Accueil > Actualités > Psy > Retard français en santé mentale

Retard français en santé mentale


Une étude de l’IRDES apporte de nouveaux éléments sur les situations comparées de la France et de ses trois grands voisins européens. Alors que la santé mentale des français est moins bonne que celles de leurs voisins comme le montre le tableau suivant, ni les sommes qui y sont consacrées ni surtout les modalités de la politique psychiatrique ne semblent à la hauteur des enjeux. Au regard de ses voisins européens, la situation française présente un certain retard en matière d’intégration de la psychiatrie à l’hôpital général, mais aussi et surtout en matière de développement des structures d’hébergement et services d’accompagnement de la personne souffrant de troubles psychiques dans sa vie quotidienne. La prise en charge de la maladie mentale en France a longtemps été gérée essentiellement par le secteur de psychiatrie, avec une vision souvent « totalisante » de ses missions. L’articulation avec le secteur social et l’approche globale de la prise en charge avec les autres acteurs du champ sanitaire et social (médecine de ville, établissements de santé privés, services d’accompagnement social et médico-social) y restent insuffisamment développées. L’implication des usagers et de leurs proches dans le projet thérapeutique, à travers notamment les concepts de rétablissement et d’empowerment ou de responsabilisation, comme dans l’exemple anglais, demeure embryonnaire en France. Pensée en termes sanitaires, la prise en charge française de la santé mentale ne tient pas assez compte des différentes dimensions de la vie quotidienne (hébergement, accès à l’emploi, à la formation, notamment) alors qu’elles participent fortement à la qualité de vie et au maintien ou à l’intégration sociale des personnes confrontées à un trouble psychique.

Allemagne Angleterre France Italie
Population en 2010 81 757 000 61 792 000 62 787 000 60 483 000
Taux standardisé par suicide 10,0 6,5 15,2 5,4
de mortalité pour 
100000 habitants
liée à la consommation d'alcool 51,4 49,7 66,0 40,1
Pourcentage du PIB réservé à la santé 11,6% 9,6% 11,9% 9,5%
Pourcentage des dépenses de santé 
affectées à la santé mentale
52,8 47,2 52,8 47,2
11% 14% 11% 5%

VOIR L'ETUDE IRDES