Accueil > Actualités > Maladies chroniques > Diabète : les nouvelles recommandations désavouent les précédentes

Diabète : les nouvelles recommandations désavouent les précédentes


Les nouvelles recommandations conjointes de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) sur le diabète de type 2 qui touche plus de 2,7 millions de personnes en france retiennent des objectifs glycémiques individualisés et privilégient les traitements médicamenteux les plus anciens. Ces recommandations innovent : elles rompent avec la stratégie du « lower is better » pour retenir des objectifs raisonnables adaptés aux patients. Pour la plupart des diabétiques de type 2, l’objectif glycémique cible doit être inférieur ou égal à 7% mais une HBA1C inférieure ou égale à 8% est recommandée en cas de diabète avec des comorbidités ou des complications macrovasculaires avérées, ou chez des patients ayant une insuffisance rénale chronique sévère et  même à 9 % chez des malades dépendants, ayant une polypathologie chronique évoluée. En revanche, 6,5% peut être adapté chez un patient ayant un diabète nouvellement diagnostiqué dont l’espérance de vie est supérieure à 15 ans, et sans antécédent cardiovasculaire. Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont indispensables pour atteindre l’objectif glycémique cible. Les anciennes molécules (metformine) sont à privilégier en première intention car les nouveaux produits n’ont pas fait la preuve qu’ils étaient plus efficaces que les anciens et ils ne bénéficient pas d’un recul d’utilisation suffisant pour affirmer leur sécurité à moyen et long terme. Si le traitement par metformine ne permet pas d’atteindre l’objectif glycémique cible, une bithérapie voire une trithérapie sont envisagées. Les précédentes recommandations de 2006 avaient été retirées en raison de conflits d’intérêts de certains experts. La Société francophone du diabète ne figure pas parmi les sociétés savantes ayant participé à ces nouvelles recommandations.


VOIR LA VIDEO