Accueil > Actualités > Personnes agees > Les recos de la HAS mal appliquées

Les recos de la HAS mal appliquées



Malgré les plus récentes recommandations de la Haute Autorité de Santé, le dosage du PSA, responsable de quantités de surdiagnostics et surtraitements de cancers de la prostate non évolutifs, continue d’être massivement prescrit par les généralistes selon une récente enquête de l’Institut de veille sanitaire publiée dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Cette étude qui a porté sur 11 millions d’hommes de 40 ans et plus montre qu’environ 30% d’entre eux ont eu au moins un dosage alors que seuls ceux présentant des facteurs de risque spécifiques auraient dû y être soumis. Le surtraitement possible consiste notamment en une prostatectomie inutile qui s’accompagne souvent d’une dégradation sensible de la qualité de la vie et notamment de troubles urinaires et érectiles. Donc si votre médecin vous le prescrit, demandez-lui quels sont vos facteurs de risque et entamez une discussion : cela ne peut de toute façon pas vous faire de mal !


VOIR LE BEH