Accueil > Actualités > Coeur
AVCCANCERCHIRURGIECOEURDIVERSMEDECINE ESTHETIQUEFIN DE VIEIVG-CONTRACEPTIONMALADIES CHRONIQUESMATERNITEPERSONNES AGEESPRIX DES SOINSPSYQUALITE DES SOINSREMBOURSEMENTSSYSTEME FRANCAIS DE SANTEVACCINATIONMEDICAMENTSADDICTIONSMEDECINES ALTERNATIVESSOMMEIL

5 fois par jour qu'on vous dit !

Après l’annonce par l’OMS du pouvoir cancérogène de l’abus de charcuteries et à un moindre titre de viande rouge, une nouvelle étude, publiée dans la revue Circulation, confirme les bienfaits d’une alimentation riche en fruits et légumes dès 20 ans avec des conséquences sur l’état coronaire 20 ans plus tard. Ses auteurs ont suivi une cohorte de plus de 2500 participants de 25 ans en moyenne au moment de l’inclusion entre 1985 et 2005 dont les habitudes alimentaires ont été analysées en détail. Au terme de la période de suivi, la recherche de calcifications coronariennes, qui sont un marqueur de risque, donnait des résultats très différents selon les rations de fruits et légumes consommées. La prévalence de ces calcifications était significativement plus faible dans le groupe des forts consommateurs de fruits et légumes (0.74 du risque des faibles consommateurs) même après ajustement de la consommation de frites, de pâtisseries, de sodas et de fast-food (0.94) ou de la pression artérielle, du cholestérol et de la glycémie (0.78). Pour les femmes, les bénéfices étaient encore plus prononcés (0.55). Une alimentation riche en fruits et légumes devrait donc être préférée sans attendre que l’âge « aidant », les risques se précisent ! Vous cherchez un généraliste qualifié en nutrition ? Notre moteur de recherche est à votre disposition !



VOIR LA SOURCE

Wanna stay alive? Keep cool !


Selon une étude australienne portant sur plus de 300 patients qui avaient subi une crise cardiaque confirmée par coronarographie, réalisée par l’Université de Sydney et l’hôpital Royal North Shore et publiée dans l'European Heart Journal, une colère aiguë et intense augmente considérablement la probabilité d’une crise cardiaque. Leur colère 48 heures avant l’incident a été auto-évaluée sur une échelle en 7 points, 1 pour calme, 7 pour très en colère. Le risque relatif d’apparition des symptômes d’une crise cardiaque dans les 2 heures après avoir atteint le niveau 5 de la colère était multiplié par 8,5. Un niveau plus faible ou intervenant plus de 2 heures avant une crise cardiaque n’avaient pas d’effet statistiquement significatif. Des niveaux élevés d’anxiété ont quant à eux été associés à un risque de crise cardiaque dans les 2 heures multiplié par 9,5. Vous cherchez un cardiologue pas trop cher? Vous voulez vous renseigner sur les garanties de l'établissement de votre prise en charge? Il y a toutes les informations utiles dans la base LBCS! 

VOIR L'ETUDE


Marcher ! même un peu et même pas vite...


Une étude observationnelle de l'université de l'Iowa publiée dans le Journal of the American College of Cardiology portant sur plus de  55000 adultes suivis pendant 15 ans montre que ceux qui courent seulement cinq à dix minutes chaque jour ou qui marchent le triple peuvent réduire de manière importante les risques de maladies cardiovasculaires et de mortalité prématurée. Et il n’y a pas de différence significative entre ceux qui courent peu (10 minutes par jour) ou beaucoup (35 minutes par jour), ni entre ceux qui courent vite ou lentement (plus ou moins de 10 km/h). Les personnes qui pratiquent la course à pied ont 30% de risque de mort prématurée en moins, et 45% de risque de moins de mourir d'une maladie cardiovasculaire. Leur espérance de vie est en moyenne supérieure de trois ans. Ce type d’études ne permet pas d’inférer une causalité des résultats mais ceux-ci constituent une incitation forte – sauf évidemment si l’on en a assez de la vie – à pratiquer un exercice physique minimal, les bénéfices de la simple marche annihilant toutes les mauvaises excuses tirées de l’âge ou de l’état des genoux !


VOIR L'ETUDE


Manger du saucisson pour mourir jeune?


Des chercheurs suédois et polonais ont suivi une cohorte de 37 000 hommes âgés de 45 à 79 ans et analysé leurs habitudes alimentaires en distinguant notamment entre la consommation de viande rouge non transformée (steack par exemple) et transformée (charcuterie). Pendant les douze ans de suivi, 2 891 hommes ont reçu un diagnostic d’insuffisance cardiaque et 266 en sont morts. Le risque d’insuffisance cardiaque était supérieur d’environ un tiers pour les hommes qui mangeaient plus de viande transformée (plus de 75 grammes par jour contre moins de 25). Le risque de décès par insuffisance cardiaque était multiplié par deux ! Pour chaque augmentation de 50 grammes par jour, le risque d’insuffisance cardiaque augmentait de 8% et celui de décès par insuffisance cardiaque de 38 %. En revanche, la consommation de viande rouge non transformée n’avait aucun effet sur le risque mais il est conseillé par ailleurs de la modérer. Et pour trouver un généraliste qualifié en diététique, le moteur de recherche de notre site est à votre disposition!


VOIR L'ETUDE


VOIR LES 111 GENERALISTES DIETETICIENS RECENSES


Santé cardiaque : l'activité physique déterminante


Une étude australienne des Universités de Sydney et de Queensland, publiée dans le British Journal of Sports Medicine, s’est attachée à quantifier l’importance des principaux risques à l’origine des maladies cardiaques chez des femmes réparties en 15 groupes de 22 à 90 ans. Les chercheurs ont estimé les risques relatifs de maladie cardiaque liés à un IMC élevé (>< 23kg/m2), chez les fumeuses et les non-fumeuses, une HTA (>< 11,5) et   l’activité physique. Leurs conclusions sont que les risques les plus importants varient selon l’âge : le tabagisme chez les plus jeunes (<30 ans) et l’activité physique chez les autres. Cependant à tout âge l’activité physique a un impact déterminant compte tenu de la prévalence des conduites : les fumeuses sont beaucoup moins nombreuses que les inactives ! La promotion de l'activité physique serait donc une priorité de santé publique. Plutôt que de plafonner à 450 euros (! Anyway who needs to spend so much on glasses?) les remboursements des mutuelles en optique, on ferait mieux de rembourser les coaches !!!!


LIRE L'ARTICLE


Des céréales pour les cardiaques !

Selon une étude américaine de la Harvard School of Public Health publiée dans le British Medical Journal et portant sur 4000 hommes ou femmes à antécédents cardiaques suivis pendant plus de 20 ans et dont plus d’un millier sont décédés durant la période, une alimentation riche en certaines fibres réduit le risque de mortalité. Les chercheurs ont suivi par questionnaire la quantité de fibres alimentaires consommées avant et après la crise cardiaque en distinguant fruits, légumes et céréales. Les conclusions statistiquement significatives sont que les gros consommateurs de fibres ont un risque de décès réduit de 25 % ; 10g de plus de fibres par jour réduit le risque de 15% et du double si l’augmentation des apports en fibres suit la crise cardiaque ; seules les fibres  provenant des céréales (pain complet, riz blanc, pain blanc, pâtes, etc.) sont efficaces. Si vous cherchez un bon boulanger on ne peut pas vous aider mais, en revanche, si c’est un généraliste qualifié en nutrition ou un cardiologue qu’il vous faut, toutes les infos pertinentes sont sur le site : qualifications, honoraires, satisfaction des patients, etc.


VOIR L'ETUDE


TGIF : Les lundis sont meurtriers


Le passage à l’heure d’été peut vous être fatal !  Selon une étude de l'Université du Colorado à Denver présentée samedi à la conférence de l'American College of Cardiology à Washington et publiée dans la revue Open Heart, un pic d’infarctus se produit le lundi qui le suit où le nombre d’infarctus augmente de 25% aux Etats-Unis par rapport aux autres lundis de l'année alors que le nombre total de crises cardiaques ne change pas cette même semaine. Il n’y aurait donc qu’un décalage de quelques jours de l’accident cardiaque. Ce phénomène persiste même après prise en compte des facteurs saisonniers. A l’inverse, le mardi suivant le passage à l'heure d'hiver, le nombre de crises cardiaques chute de 20%. Ces résultats recherche pourraient seulement signifier que les personnes vulnérables auraient un plus grand risque après un changement soudain d'heure, un peu plus que les autres lundi, jour déjà caractérisé par une surmortalité. Le stress suscité par le fait de commencer une nouvelle semaine de travail combiné à des changements dans le cycle du sommeil ferait ainsi perdre quelques jours de vie…Vous cherchez un cardiologue ou voulez tout savoir sur l'établissement dans lequel pratique le vôtre ? Avec notre moteur de recherche multi-critères (tarifs, qualité et sécurité), vous trouverez ce qu'il vous faut !


VOIR L'ETUDE




Vous voulez vivre longtemps ? Keep cool !


Selon une étude américaine (Harvard Medical School et Weill Cornell Medical Centre) publiée dans le European Heart Journal, les accès de colère augmentent le risque d’accident vasculaire, et notamment les crises cardiaques. Les chercheurs ont procédé à une méta-analyse de la littérature produite sur le sujet depuis 1966 (6 000 articles) et ont sélectionné 9 études dont ils ont ensuite combiné les données. Ils en concluent qu’un coup de colère multiplie par près de 5 la probabilité d’un syndrome coronarien aigu dans les 2 heures qui le suivent. Le risque reste limité pour les personnes ne présentant pas d’autres facteurs de risque mais est significatif pour celles qui ont d’autres facteurs de fragilité. Une colère par mois n’entraîne qu’un risque d’événement cardiovasculaire supplémentaire pour 10 000 personnes à faible risque sur un an, mais 5 pour les personnes à risque fort, et 5 accès de colère par jour entraînent environ 150 événements cardiovasculaires supplémentaires pour 10.000 personnes à risque faible sur un an mais 660 pour les personnes à risque fort. Vous avez besoin d’un cardiologue ou d’un psychiatre mais souhaitez le choisir en connaissant ses honoraires ? Notre moteur de recherche est à votre disposition.

 

VOIR L’ETUDE


Sortez couverts surtout si vous êtes cardiaques !


Selon une étude américaine, portant sur plus de 130 000 personnes hospitalisées pour accident vasculaire cérébral, présentée à l’International Stroke Conference 2014, de l'American Heart Association, les conditions météorologiques de température et d’humidité sont associées, après prise en compte des facteurs de confusion comme l'âge du patient, le sexe, l'origine ethnique et les comorbidités,  à l'incidence de l’AVC et à sa gravité. Chaque augmentation de 1°F de la température (soit 5/9 de °C), une diminution de 0,86 % de la probabilité d’hospitalisation pour AVC, et de 1,1% du risque de décès à l'hôpital après AVC. L’élévation du point de rosée qui mesure l’humidité (température la plus basse à laquelle une masse d'air peut être soumise, à pression et humidité données, sans qu'il se produise une formation d'eau liquide par saturation) était également associée à une élévation des risques. Le froid provoque un rétrécissement des artères (vasoconstriction), d’où il résulte une augmentation de la pression artérielle qui peut induire à une rupture des plaques d’athérome. L'humidité en accentue les effets. Vous cherchez le meilleur médecin cardiologue à Paris, , Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Lille Nantes, Nice, France entière ou près de chez vous ? Nos médecins STARS en font certainement partie !

 


VOIR L'ETUDE


VOIR LES 3 CARDIOLOGUES PARISIENS LES PLUS DEMANDES




2000 pas quotidiens font une différence


L'intolérance au glucose ou tolérance abaissée au glucose est un stade fréquent de transition vers le diabète de type 2 et un facteur de risque de développement de maladie cardiovasculaire. Une étude britannique, publiée dans The Lancet et portant sur près de 10 000 personnes présentant une intolérance glucose et un risque cardio-vasculaire recrutées dans 40 pays suivies pendant 5 ans, a analysé l’impact de l’activité physique sur le risque cardio-vasculaire. Leur activité a été mesurée grâce à des podomètres et les individus classés en 4 groupes en fonction du nombre de pas en plus ou en moins qu’ils effectuaient au bout de 12 mois.  Qu’ils aient été totalement sédentaires au début ou qu’ils aient simplement accru leur activité, l’étude a mis en lumière une réduction (augmentation de l’activité) ou un accroissement (baisse de l’activité) linéaires du risque  (voir graphe) : un accroissement (réduction) de 2000 pas quotidiens réduisait (accroissait) le risque de 10%. C’est une bonne nouvelle car si tout le monde ne peut pas courir, tout le monde (ou presque) peut marcher ! Et si vous avez besoin d’un cardiologue, vous pourrez le choisir en fonction de ses honoraires sur notre site. Et si vous voulez connaître les 15 cardiologues Stars, il vous suffira de suivre le lien plus bas !

 

VOIR LES 15 CARDIOLOGUES STARS

 

VOIR L’ETUDE


Page suivante