Accueil > Actualités > Maternite > Le calendrier vaccinal du nourrisson

Le calendrier vaccinal du nourrisson

Le calendrier vaccinal du nourrisson 

Régulièrement, les autorités sanitaires remettent à jour le calendrier vaccinal pour tenir compte des connaissances les plus récentes sur les bactéries ou virus responsables des infections, et des progrès réalisés en matière de vaccins. Voici le calendrier vaccinal infantile publié en avril 2010 par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire. En commençant par un point du cadre légal.

 

Calendrier vaccinal : obligation légale et expertise

 

La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, qui a créé le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), précise1 que « la politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d’immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis du HCSP ».

 

Le Comité technique des vaccinations (CTV) qui regroupe des experts de différentes disciplines (infectiologie, pédiatrie, microbiologie, immunologie, épidémiologie, santé publique, médecine générale, économie de la santé, sociologieppp), comité technique permanent dépendant d’une des commissions spécialisées du HCSP, élabore une proposition de calendrier vaccinal qui est ensuite validée par le Haut Conseil de la santé publique. Le calendrier vaccinal, qui fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge, résume les recommandations vaccinales « générales ».

 

Il existe en outre des recommandations vaccinales « particulières » propres à des conditions spéciales (risques accrus de complications, d’exposition ou de transmission) ou à des expositions professionnellesp Ces recommandations sont présentées depuis 2009 vaccin par vaccin. Les missions du CTV sont d’assurer la veille scientifique sur les évolutions et les perspectives en matière de vaccins, d’élaborer la stratégie vaccinale en fonction des données épidémiologiques et d’études sur le rapport bénéfice-risque individuel et collectif et d’études médico-économiques relatives aux mesures envisagées, de proposer des adaptations en matière de recommandations et d’obligations vaccinales pour la mise à jour du calendrier vaccinal.

 

De plus, les recommandations des experts tiennent compte des orientations générales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d’élimination de certaines maladies, notamment des objectifs d’élimination de la rougeole en Europe et d’éradication de la poliomyélite dans le monde.

 

Vaccinations à la naissance

- BCG chez les enfants à risque élevé de tuberculose (nés dans un pays où la tuberculose est répandue, ou parents originaires de ce pays, histoire de tuberculose dans la famille, conditions socio-économiques défavorables, résidents en Ile de France ou en Guyane). Le BCG peut être proposé jusqu'à 15 ans.
- Hépatite B chez les nouveau-nés dont la mère est porteuse de l'antigène HBs, un des marqueurs du virus de l'hépatite B (avec ou sans signe visible de la maladie) : le schéma standard est de 3 doses injectées à 0 -1 - 6 mois.

 

À 2 mois

- Diphtérie, Tétanos, Polio (DTP) : obligatoires, 1ère dose
- Coqueluche : recommandé, 1ère dose au sein d’un vaccin combiné

- Hépatite B : recommandé, 1ère dose au sein d'un vaccin combiné
- Haemophilus influenzae B  (responsable de méningites graves) : recommandé, 1ère dose
- Pneumocoque (responsable d'infections pulmonaires et de méningites) : recommandé, 1ère injection. Le vaccin "à 7 valences" (heptavalent) est remplacé par le vaccin à 13 valences (une dose à 2 et 4 mois et rappel à un an) : il protège contre 75% des infections à pneumocoque. Les enfants ayant commencé avec la vaccination à 7 valences peuvent la compléter avec le vaccin à 13 valences. 

Les vaccins du 2è mois de vie sont groupés dans une même injection par tous les fabricants. Par exemple : 4 vaccins en une seule injection (DTPCoq,), ou 5 (avec Haemophilus), ou 6 (avec l’hépatite B). Ils sont repris au 3è et 4è mois de la même façon.

 

 

À 4 mois


- DTP, coqueluche obligatoire : 2ème dose
- Haemophilus influenzae recommandé : 2ème dose
- Hépatite B recommandé : Rappel si pas déjà fait 
- Pneumocoque recommandé : 2ème injection

La vaccination avant 6 mois contre le rotavirus responsable des gastro-entérites n'est pas recommandé de façon systématique.
La vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chez le nourrisson dès 6 mois souffrant de pathologies particulières, comme une maladie chronique respiratoire ou cardiaque, une insuffisance respiratoire ou cardiaque, etc.

 

À 11 mois

- Rougeole, oreillons, rubéole (ROR) recommandé : 1ère dose pour les nourrissons entrant en collectivités (crèches). Les enfants de 6 à 11 mois non vaccinés peuvent être vacciné en urgence dans les 72 heures suivant un contact avec un cas de rougeole.
- Pneumocoque : rattrapage chez les enfants de sept à onze mois (deux injections à deux mois d'intervalle, rappel un an après).

- DTP, coqueluche obligatoire : Rappel
- Haemophilus influenzae recommandé : Rappel

- Hépatite B recommandé : Rappel si pas déjà fait 

 

À 1 an

- Méningocoque C recommandé : une seule injection entre 1 et 2 ans, mais aussi chez les enfants, adolescents et adultes jeunes jusqu’à 25 ans qui ne l’ont pas reçu antérieurement.
- ROR : rappel pour les enfants vivant en collectivité, et 1ère dose pour les autres.
- Hépatite A : enfants dont les parents sont originaires de pays à forte prévalence du virus.

 

De 16 à 18 mois

- ROR : rappel pour les enfants vivant en collectivité, et 1ère dose pour les autres.


Calendrier vaccinal à partir de 2 ans

 

À 6 ans

- DT polio obligatoire : rappel 

- Coqueluche : rappel recommandé
- Méningocoque C: rattrapage si pas fait entre 12 et 24 mois (1 seule dose)

 

À 11-13 ans


- DT, polio, coqueluche : rappel obligatoire pour DTpolio. La coqueluche est recommandée.
- Varicelle : la vaccination est recommandée chez les 12 à 18 ans n’ayant pas fait la maladie.
- Méningocoque C: rattrapage si pas fait entre 12 et 24 mois (1 seule dose)

- Papillomavirus humain (HPV) : chez les filles pour prévenir les cancers du col de l'utérus (2 doses espacées de 1 à 2 mois, 3ème dose 6 mois après) 

 

À 14 ans


- Papillomavirus humain (HPV) : chez les filles pour prévenir les cancers du col de l'utérus (2 doses espacées de 1 à 2 mois, 3ème dose 6 mois après) rattrapage si pas fait entre 11-13 ans
- Hépatite B : rattrapage entre 11 et 15 ans des non vaccinés, par trois doses ou schéma simplifié (2 injections à 6 mois d'intervalle) sous certaines conditions : vaccination par ENGERIX B® 20µg ou GENHEVAC® B , sans risque élevé d'infection entre les deux injections.
- Méningocoque C: rattrapage si pas fait entre 12 et 24 mois (1 seule dose).

 

À 25 ans


- DTP à dose réduite adulte : rappel (associé à la coqueluche si le rappel n'a pas été fait à 11-13 ans)

- Coqueluche : rappel (associé au DTP si le rappel n'a pas été fait à 11-13 ans)

 

À 45 ans


- DTP à dose réduite adulte : rappel (associé à la coqueluche si le rappel n'a pas été fait à 25 ans)

 

À 65 ans et +


- DTP à dose réduite adulte : rappel tous les 10 ans (associé à la coqueluche si le rappel n'a pas été fait à 45ans)

- Grippe : tous les ans


Calendrier vaccinal - vaccinations particulieres


Rougeole : administrer deux doses de vaccin trivalent (rougeole, oreillons, rubéole) aux personnes nées entre 1980 et 1991 au lieu d’une seule.

 

Coqueluche  : le vaccin est recommandé pendant la grossesse pour l'entourage immédiat (père, frère et sœur, personne susceptible de s'occuper de l'enfant pendant ses 6 premiers mois) et chez la mère immédiatement après l'accouchement.
Il est aussi recommandé pour le personnel soignant et les étudiants en médecine ou professions paramédicales. L'injection sera pratiquée en même temps que le rappel du vaccin DTP (tous les 10 ans) qui est obligatoire dans ce contexte.

 

Hépatite B : le vaccin est obligatoire chez l'étudiant préparant une profession médicale ou paramédicale. Elle est fortement recommandée en cas de partenaires sexuels multiples, usage de drogues injectable, personnes détenues, sans domicile fixe, entourage d'un patient infecté par le virus, ou avant un voyage dans des zones où elle est fréquente (Afrique subsaharienne).

 

Fièvre jaune : le vaccin est obligatoire à partir de 8 mois pour les personnes résidant en Guyane ou avant un voyage dans certains pays l’exigeant à l’entrée (une dose, vaccin valide pendant 10 ans).


CATEGORIE : les-petits