Accueil > Actualités > Systeme francais de sante > Qu’est-ce qu’une pharmacie de garde ?

Qu’est-ce qu’une pharmacie de garde ?

Qu’est-ce qu’une pharmacie de garde ?


On distingue deux services : le service de garde et le service d’urgence.


Le service d’urgence s’applique lorsque l’officine est ouverte en dehors des heures d’ouverture habituelles (la nuit).
Le service de garde se déroule en dehors des jours habituels d’ouverture : les dimanches et jours fériés (art. L. 5125-22 du Code de la santé publique – CSP). Pour les gardes, on parle de gardes à volets ouverts ou fermés. Les pharmacies qui emploient des collaborateurs pharmaciens peuvent rester ouvertes tout le temps de la garde. Dans certaines régions, ou la nuit, le pharmacien peut être disponible à son domicile à condition d’être immédiatement joignable, la pharmacie est dite alors à volets fermés.

 

La loi régissant la répartition des officines de pharmacie dispose que les créations, les transferts et les regroupements d’officines de pharmacie ne peuvent être effectués que dans des lieux qui garantissent un accès permanent du public à la pharmacie, donc des lieux permettant les gardes. Sur le plan général, les pharmaciens titulaires veillent à ce que leur officine satisfasse à ces obligations imposées par les services de garde et d’urgence (Code de déontologie, art. R. 4235-49 CSP).

 

La garde est-elle obligatoire ?

 

Toutes les officines d’une zone territoriale sont tenues de participer aux services de garde et d’urgence. « Les pharmaciens sont tenus de prêter leur concours aux actions entreprises par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé. » (Code de déontologie, art. R. 4235-8 CSP).


Quelques exceptions : les pharmacies possédées par une société mutualiste ou une union de sociétés mutualistes ne sont pas tenues de participer aux services de garde et d’urgence. Par ailleurs, quand existent dans une grande agglomération des officines ouvertes en permanence la nuit, le préfet peut prendre un arrêté suspendant localement cette obligation générale, après avis des organisations représentatives de la profession dans le département.


Pharmacie de garde
Conseils pratiques

Qui organise les services de garde et d’urgence ?


Les syndicats départementaux ont en charge l’organisation des tableaux de garde. Mais la loi prévoit trois cas où cette prérogative revient au préfet. Celui-ci prend un arrêté après avis des organisations professionnelles précitées, du pharmacien inspecteur régional et du Conseil régional de l’Ordre des pharmaciens.

 

L’arrêté est mis en place lorsque :


– l’organisation retenue ne permet pas de satisfaire les besoins de santé publique ;
– les organisations syndicales représentatives ne parviennent pas à un accord ;
– l’un des pharmaciens titulaires d’une licence d’officine intéressée a manifesté son désaccord.

 

Comment sait-on qu’une pharmacie est de garde ?
 

Dans tous les cas, les collectivités locales sont informées des services de garde et d’urgence. Tout pharmacien qui n’est pas de service de garde ou d’urgence doit porter « à la connaissance du public, soit les noms et adresses de ses proches confrères en mesure de procurer aux malades les médicaments et secours dont ils pourraient avoir besoin, soit ceux des autorités publiques habilitées à communiquer ces renseignements. » (Code de déontologie, art. R. 4235-49 CSP).


Quand un pharmacien change ses jours de garde en accord avec un confrère, sauf cas de force majeure il doit en avertir suffisamment tôt les responsables de l’organisation. L’Ordre recommande que soient aussi lisibles de l’extérieur les jours et heures d’ouverture et les honoraires de gardes. Un pharmacien est obligatoirement présent dans l’officine de garde.

 

Qui appelle-t-on en cas d’urgence ?


Les numéros d’urgence classiques ainsi que les commissariats de police — 15 pour le SAMU, 17 pour la police, 18 pour les pompiers — sont les premiers interlocuteurs pour trouver la pharmacie de garde la plus proche.
Ces numéros d’urgence sont gratuits et accessibles depuis tous les téléphones, même lorsque la ligne a été supprimée et même lorsqu’il n’y a pas de tonalité. Ceci est aussi valable de n’importe quelle cabine téléphonique, sans carte ni aucun moyen de paiement.


CATEGORIE : mon-pharmacien