Accueil > Actualités > Maternite > Une alimentation varié

Une alimentation varié

Une alimentation varié

 

L’alimentation chez la femme enceinte doit répondre à deux objectifs : elle doit assurer à la fois une bonne croissance du bébé et la bonne santé de la mère.
L’alimentation chez la femme enceinte ne signifie pas manger pour deux, mais manger mieux.
Une alimentation variée, équilibrée, de bonne qualité, répartie sur quatre repas quotidiens avec un apport liquidien suffisant permet de respecter les besoins nutritionnels de la femme enceinte.

 

Besoins énergétiques de la femme enceinte


Les besoins énergétiques chez une femme enceinte sont légèrement plus élevés qu’en temps normal (2 000 kcal). Ils augmentent en moyenne de 20 à 30 %, ce qui correspond :


– à une supplémentation de 100 kcal par jour pendant les trois premiers mois (soit 2 150 kcal)
– à une supplémentation de 250 kcal aux deuxième et troisième trimestres (soit 2 250 kcal).
Hormis les problèmes de surpoids, la ration calorique chez la femme enceinte ne doit donc pas être réduite.

 

Les différents besoins nutritionnels pendant la grossesse


Les protéines : indispensables pour la construction et le développement du bébé, notamment du cerveau.


Apports journaliers recommandés en protéines : 70 g/j.
En pratique : augmenter de 10 g l’apport en protéines, surtout aux deuxième et troisième trimestres, soit par exemple un œuf ou deux yaourts ou un bol de lait en plus.

 

Les glucides : apportent le glucose, principal carburant utilisé par le bébé.
Ils doivent représenter environ 55 % de la ration calorique totale, soit 250 g à 300 g de glucides par jour.
En pratique : consommer des féculents à chaque repas.

 

La vitamine B9 (folates) : joue un rôle primordial dans le développement des systèmes nerveux et sanguin du fœtus. Sa carence peut entraîner une prématurité et certaines malformations cérébrales (spina bifida).

Les besoins doublent pendant la grossesse : 400 microg/j.
En pratique : au moins deux portions de fruits et légumes frais à feuilles par jour.

 

Le calcium : intervient dans la fabrication des os du squelette, des dents du fœtus et prévient le capital osseux de la mère.
L’apport en calcium doit passer de 900 mg/j à 1 200 mg/j voire 1 500 mg/j.
En pratique : consommer au moins quatre produits laitiers par jour.

 

La vitamine D : permet la fixation du calcium sur les dos et les dents.
Ses besoins doublent pendant la grossesse.
Une supplémentation systématique en vitamine D est en général conseillée : entre 500 et 1 000 UI (unités internationales) par jour pendant toute la grossesse ou 1 000 UI/j au dernier trimestre ou une dose unique de 100 000 UI au 7e mois.

 

Le fer : est indispensable durant la grossesse (risque d’anémie par carence en fer, néfaste pour le bébé et la mère).
Les besoins doublent pendant la grossesse (25 à 35 mg/j) et nécessitent en général une supplémentation.

 

Le magnésium : est important pour le bon développement du fœtus.

Besoins quotidiens durant toute la grossesse : 400 mg/j.

 

Les matières grasses : apportées par le beurre (vitamine A) et les huiles végétales riches en bons acides gras essentiels (type oméga 3) indispensables pour le bon développement des tissus nerveux du fœtus : huiles de colza, noix, soja, maïs… huiles diététiques riches en oméga 3 (type Isio 4) ou en DHA (oméga 3 d’origine marine) du type Isio mémo.

 

L’eau : en buvant 1,5 l d’eau par jour et en limitant au maximum les boissons sucrées.

 

De quoi faut-il se méfier duant la grossesse ?


Pendant la grossesse, il faut se méfier de certains aliments susceptibles de véhiculer des bactéries responsables de maladies parasitaires et toxiinfections alimentaires dangereuses chez la femme enceinte.


CATEGORIE : etre-enceinte