Accueil > Actualités > Medecine esthetique > Les anglais font eux aussi le point sur les PIP

Les anglais font eux aussi le point sur les PIP




D’après le National Health Service (NHS), le service de santé britannique, si le taux de rupture de ces prothèses est légèrement plus élevé que celui d’autres marques, les implants mammaires PIP ne présentent pas de risques pour la santé des femmes. Ce constat est le fruit d’une étude réalisée sur 240 000 implants de différentes marques placés sur 130 000 femmes. Les implants PIP (environ 47 000 dont une partie posée par le NHS lui-mêrme) ont 15 à 30 % de chances de se déchirer après 10 ans d’utilisation, contre 10 à 14 % pour les autres marques. En cas de déchirure, il n’y aurait pas de raison de s’alarmer puisqu’ils déclarent que les composants des prothèses PIP ne sont ni toxiques, ni cancérigènes. Cependant, si les risques paraissent au gouvernement britannique moins élevés qu’au gouvernement français, il propose tout de même aux femmes qui le souhaiterait de les explanter gratuitement.


VOIR L'ETUDE DU NHS