Accueil > Actualités > Coeur > IDM : Time is of the essence !

IDM : Time is of the essence !

La mortalité liée à l’infarctus a été divisée par trois entre 1995 et 2012 en France selon une étude portant sur 6700 patients présentée le 27 août au congrès de la Société européenne de cardiologie et publiée dans le Journal of the American Medical Association. La mortalité à 30 jours est ainsi passée de 13,7% à 4,4%. Ces progrès sont aussi bien dus à l’amélioration des traitements qu’à la rapidité de l’intervention. La proportion de patients ayant reçu un traitement de reperfusion est passée de 50% à 75%, celle de ceux traités par angioplastie primaire de 10% à 60%. Cette évolution des pratiques a joué un grand rôle dans la chute globale de la mortalité, mais chaque type de traitement a permis une amélioration. Chez les patients non reperfusés, la mortalité a été divisée par deux, et chez les patients reperfusés, par trois. En outre, le délai moyen séparant le début des symptômes et l'appel des patients est passé de deux heures à 1h15 minutes et la proportion de patients directement pris en charge par le Samu a doublé pour atteindre 50%. Cependant, on observe une augmentation des patients jeunes, particulièrement des femmes et des personnes obèses. L'âge moyen des personnes ayant fait un infarctus est ainsi passé de 66 à 63 ans, la proportion de moins de 60 ans augmentant de 40% à 50% chez les hommes et de 12% à 25% chez les femmes. Vous cherchez un cardiologue? Le moteur de recherche le trouvera !


VOIR LA REVUE JAMA