Accueil > Actualités > Medecines alternatives > Médecines alternatives : seulement en utilisation complémentaire

Médecines alternatives : seulement en utilisation complémentaire


Les médecines alternatives (Acuponcture, Hypnose, Ostéopathie, Chiropraxie, Tai chi, Qigong) constituent une nébuleuse sujette à trop de dérives pour être encouragées officiellement selon l'Académie nationale de médecine dans un  rapport en réponse à l'initiative récente de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) d'expérimenter ces thérapies dont nous avions fait état dans un news précédente. Concernant l'ostéopathie, les complications sont peu fréquentes mais alors  très graves avec des séquelles définitives observées dans 31% des cas. Sur l'hypnose, l'Académie remet en cause son efficacité et reste perplexe quant à son utilité. Quant à l'acupuncture, l’effet placebo serait le mécanisme d’action le plus plausible. Enfin, le Tai chi et le Qigong peuvent présenter un intérêt dans la prise en charge d’un ensemble de maladies où l’exercice physique joue un rôle mais la faveur dont ils jouissent est un effet de mode. Afin d’éviter tout retard de diagnostic et perte de chances dans le traitement d'une maladie, l’Académie recommande de manière générale d’éviter l’usage des thérapies complémentaires en l’absence d’un diagnostic médical et de ne les accepter qu’avec une extrême prudence comme traitement de première intention. Si vous en voulez toujours, le moteur de recherche Les Bons Choix Santé peut vous indiquer quels sont les 1470 généralistes pratiquant l’acuponcture dont 326 en secteur 1 dont 17 à Paris ! Ou les 947 généralistes ostéopathes dont 360 en secteur 1 dont 9 à Paris ! Et même les 25 généralistes qui sont l’un et l’autre dont 3 en secteur 1 (il n’y en a pas à Paris).


VOIR LE RAPPORT DE L'ACADEMIE DE MEDECINE