Accueil > Actualités > Systeme francais de sante > La théorie du tire-au-flan

La théorie du tire-au-flan


Les arrêts maladie d’une journée ont chuté de 43% en 2012 dans la fonction publique territoriale, ceux de deux jours de 18% et ceux de trois jours de 12% en raison de l’instauration de la journée de carence pour les fonctionnaires. Depuis janvier 2012 en effet, ceux-ci ne sont plus rétribués la première journée de leur arrêt maladie contre trois jours de carence dans le secteur privé. Au total les arrêts de moins de 15 jours reculent de 20%. Une évolution d’autant plus significative que les arrêts de travail courts s’ils ne représentent pas l’essentiel du temps perdu pour cause de maladie sont particulièrement impactants pour la qualité de service et l’organisation de la production et beaucoup moins contrôlables que les arrêts longs. Une nouvelle illustration de la théorie du tire-au-flan qui prédit que les maladies s’accroissent (resp. décroissent) quand l’indemnisation s’améliore (resp. se détériore). Mais difficile de savoir si les salariés vont moins à la pêche ou s’ils ne se soignent plus alors qu’ils le devraient. La ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, avait annoncé que le prochain projet de loi de finances reviendrait sur ce jour de carence introduit par la législature précédente car « c’était une mesure injuste, inutile et inefficace » : injuste peut-être, inutile c’est son opinion, mais inefficace c’est plus douteux ! Et il serait fort éclairant de disposer des données comparables pour le secteur public hospitalier, lui aussi caractérisé par un très fort absentéisme.


VOIR L'ETUDE