Accueil > Actualités > Psy > Hospitalisations des dépressifs : trop longues ou trop courtes ?

Hospitalisations des dépressifs : trop longues ou trop courtes ?



La dépression est l’une des maladies psychiques les plus répandues en France, 3 millions de personnes en seraient affectées dont 60% auraient recours aux soins. C’est à leur médecin généraliste qu’elles font le plus appel (21 %), devant les psychiatres (13 %) et psychologues libéraux (7 %) alors que 10% sont suivies en établissement avec hospitalisation dans un cas sur quatre (troubles sévères).  Sur 588 établissements de santé assurant une prise en charge hospitalière en psychiatrie, la moitié relève du public. Ces établissements représentent également les deux tiers des lits d'hospitalisation à temps complet. Le reste se partage entre privé lucratif, dont elle représente près de la moitié de l’activité, et le privé non lucratif. La DREES qui vient de publier une étude sur le sujet relève que la durée annuelle d'hospitalisation est près de deux fois supérieure dans les établissements privés à but lucratif sans que la sévérité des affections y soit plus forte. La durée d’hospitalisation pour dépression semblerait donc dépendre du statut de l’établissement plus que de la gravité de la pathologie. Le public fait-il plus tourner ses lits par manque de place ou est-ce le privé qui tond ses clients ? Les statistiques ne donnent pas la réponse. Quoiqu’il en soit que vous cherchiez un généraliste qualifié en psychiatrie ou un psychiatre, un établissement public de santé mentale ou une clinique, notre moteur de recherche est à votre disposition !


VOIR L’ETUDE