Accueil > Actualités > Remboursements > Téléscopage

Téléscopage


Selon un sondage  Ifop/Capital Image réalisé en ligne du 17 au 19 juillet 2013 auprès d'un échantillon représentatif de 1007 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas), si 32% des personnes interrogées disaient avoir peur d'être atteints d'une maladie ou en train d'en développer une lorsque en présence de symptômes, 13% s'angoissaient même en l'absence de tout symptôme notamment les hommes de moins de 35 ans (23%) et les habitants de la région parisienne (19%). Près de la moitié d’entre eux déclarent avoir peur d'être atteints d'une maladie en en entendant parler dans les médias (48%), en lisant quelque chose à son propos sur internet  (43%) ou par un proche (41%). 74% d'entre eux font alors des recherches en ligne, 58% sur les blogs et forums et 47% consultent livres, revues et médias. 59% vont consulter leur médecin et 44% en consultent plusieurs. Les gens qui redoutent d'avoir une maladie en l'absence de tout symptôme sont aussi plus enclins à fuir les examens que l'ensemble des personnes interrogées. 19% craignent les tests de dépistage du cancer contre 13%, 14% évitent la mammographie contre 5% et 12% préfèrent également éviter les tests sanguins contre 3%. Un rapport parlementaire sur la psychiatrie proposait récemment d’examiner la possibilité et les modalités d'une prise en charge des consultations psychologiques par l'assurance-maladie et une pétition a été lancée en janvier sur internet par des psychologues à cet effet. Ils soulignent qu’un délai moyen de six mois est aujourd’hui nécessaire pour obtenir rendez-vous dans un CMP (centre médico-psychologique) ou CMPP (centre médico-psycho-pédagogique) et que la consultation en libéral est inaccessible pour la majorité de Français qui ne peuvent donc bénéficier de soins psychologiques alors que la consultation en libéral n’est actuellement remboursée que par quelques mutuelles. S’ils obtiennent gain de cause et que les 8,5 millions de Français qui se croient atteints sans l'être de rien s’y précipitent, ni la santé des Français ni le déficit de la Sécu ne s'en porteront mieux !


VOIR LE RAPPORT PARLEMENTAIRE


VOIR LA PETITION