Accueil > Actualités > Fin de vie > Définition de la méningite bactérienne

Définition de la méningite bactérienne

Définition de la méningite bactérienne

 

Les méningites bactériennes sont des infections des méninges, les enveloppes qui entourent et protègent le cerveau et la moelle épinière. Beaucoup de bactéries peuvent être en cause mais les principales sont le méningocoque, le pneumocoque, l’Haemophilus et la Listeria. Un diagnostic rapide des méningites bactériennes est nécessaire car les conséquences neurologiques sont mortelles en cas de retard.

 

Origines et risques de la méningite bactérienne

 

Chaque année en France une trentaine de personnes meurent de méningite bactérienne, alors que plusieurs centaines de personnes sont atteintes. Les germes en cause varient en fonction de l’âge du patient ; ainsi, l’adulte et l’enfant de plus de 5 ans sont essentiellement touchés par le méningocoque (A, B et C), le pneumocoque et la Listeria, tandis que les enfants de moins de 5 ans sont victimes aussi de l’Haemophilus. La mortalité est importante, de même que les séquelles. La déclaration auprès des autorités sanitaires de certaines méningites est obligatoire.

La prévention par la vaccination mais aussi par le traitement prophylactique en cas de contact avec un cas déclaré est fondamentale ; ces dernières mesures sont à entreprendre en urgence.

 

Causes et mécanismes de la méningite bactérienne

 

Les bactéries se multiplient et via le sang atteignent les structures neurologiques, dont le liquide céphalorachidien qui baigne le cerveau et la moelle épinière.

 

Le méningocoque

Le méningocoque évolue de manière sporadique ou épidémique et touche l’enfant comme l’adulte. Des déficits sanguins peuvent provoquer des méningites à répétition (déficit en complément).

 

Le pneumocoque

Le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae) se situe quant à lui dans la gorge et le nez et est responsable de pneumonies sévères ; il peut diffuser dans le système nerveux et provoquer une méningite bactérienne à partir d’un foyer ORL. Personnes très âgées, nourrissons de moins de 1 an sont des terrains à risque, avec les antécédents ORL ou d’intervention neurochirurgicale et les personnes immunodéprimées.


La Listeria

La Listeria quant à elle est présente dans l’environnement et peut coloniser l’être humain à partir d’aliments comme les crudités ou les fromages. La méningite bactérienne à Listeria est particulièrement grave, notamment chez la femme enceinte.

 

Symptôme et signes de la méningite bactérienne


Une méningite bactérienne se manifeste par un syndrome méningé fébrile avec des symptômes de fièvre, maux de tête violents, vomissements et raideur de la nuque. Parfois l’agitation, des troubles de conscience pouvant aller jusqu’au coma ou des convulsions masquent les signes.
En fonction de la bactérie en cause, des symptômes plus spécifiques sont susceptibles d’apparaître, comme des taches sur la peau (purpura du méningocoque).


La position qui soulage le patient est souvent dite « en chien de fusil », couché sur le côté, recroquevillé. La lumière gêne le patient atteint de méningite : on parle alors de photophobie.


Méningite bactérienne
Prévention

Avec quoi ne faut-il pas confondre la méningite bactérienne ?


Les méningites virales sont également des infections des méninges, mais elles sont dues à des virus. Elles sont le plus souvent bénignes et ne nécessitent pas d’antibiotiques. Leur diagnostic est fait, comme pour les méningites bactériennes, par la ponction lombaire et l’analyse du liquide céphalorachidien.


Certaines pathologies comme les sinusites ou la migraine sont parfois trompeuses et peuvent faire évoquer à tort le diagnostic de méningite… mais mieux vaut y penser et pratiquer les examens, plutôt que de risquer de passer à côté d’une vraie méningite qui est une urgence diagnostique et thérapeutique.

 

Y a-t-il une prévention possible ?


Certaines méningites bactériennes peuvent être prévenues par la vaccination. Ainsi, le calendrier vaccinal intègre les vaccinations contre le pneumocoque et l’Haemophilus chez l’enfant. Toute infection ORL doit être diagnostiquée et traitée, en particulier chez l’enfant pour éviter une dissémination.


En cas de méningite à méningocoque déclarée, par exemple dans une collectivité, une vaccination peut être proposée aux personnes contacts qui ont approché le patient atteint dans les trois semaines précédant la maladie. Cette vaccination concerne les souches de méningocoques A et C. Un traitement préventif par antibiotique est également disponible (chimioprophylaxie).
Le contact avec une personne atteinte de méningite est à éviter (masques de protection).


Méningite bactérienne
Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?


Les méningites sont des urgences diagnostiques ; les méningites bactériennes sont quant à elles des urgences thérapeutiques, car tout retard dans la mise en route du traitement antibiotique est préjudiciable.
Toute fièvre avec des céphalées (maux de tête) et/ou des signes neurologiques (prostration, changement de comportement…) doit motiver une consultation médicale en urgence, voire un appel au SAMU Centre 15.

 

Que fait le médecin en cas de méningite bactérienne ?


Le médecin pratique un examen clinique qui confirme la fièvre et le syndrome méningé. Il recherche une raideur de la nuque, des signes de Kernig (impossibilité de maintenir les jambes en extension) ou de Brudzinski (flexion spontanée des cuisses lors de la flexion de la nuque) et des signes de gravité (troubles de conscience, purpura…).
L’interrogatoire et les antécédents peuvent fournir des éléments en faveur de l’origine de la méningite : bactérienne ou virale, bactérie en cause…


L’examen clé repose sur la ponction lombaire, c’est-à-dire l’analyse du liquide céphalorachidien (LCR) après ponction dans le bas du dos. L’examen est rapide, il se pratique à l’hôpital et les résultats sont disponibles quasi immédiatement au laboratoire. Un scanner cérébral peut être proposé avant la ponction lombaire.
Le traitement antibiotique dit probabiliste (c’est-à-dire avant même l’obtention des résultats) est débuté. En cas de méningite bactérienne confirmée et en fonction de la bactérie en cause, il sera poursuivi et adapté au germe.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?


Le respect de la durée et de la posologie des antibiotiques est fondamental pour éradiquer toutes les bactéries en cause.
En cas de traitement antibiotique préventif sur prescription du médecin, la coloration des urines en rouge-orange est habituelle et normale ; il n’y a pas lieu de s’inquiéter ni d’arrêter le traitement.


CATEGORIE : pathologies-et-symptomes

TAG : méningite bactérienne, méningite, infection