Accueil > Actualités > Divers > Définition des probiotiques

Définition des probiotiques

Définition des probiotiques

 
Les probiotiques sont définis comme étant des microorganismes vivants, de type bactéries, qui vivent en bonne intelligence avec notre flore intestinale (la population de bactéries qui se trouvent dans le tube intestinal) et ont un effet bénéfique sur la santé lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates.


Notre flore intestinale est indispensable au bon fonctionnement de l’intestin et notamment à la motricité du côlon :
– certaines bactéries de la flore intestinale sont dites « résidentes », c’est-à-dire présentes à l’état physiologique dans l’intestin, et sont en bonne harmonie avec l’organisme (on parle alors de bactéries « saprophytes ») ;
– d’autres bactéries dites « de passage » peuvent avoir un potentiel toxique et sont normalement maîtrisées par la flore saprophyte dominante.


Les probiotiques regroupent notamment :
– les bactéries lactiques (lactobacilles, bifidobactéries) ;
– et quelques levures (comme Saccharomyces boulardii…).

 

Les bifidobactéries et les lactobacilles ont fait l’objet de nombreuses études, qui ont montré que les processus de fermentation effectués par certaines espèces bactériennes semblent indispensables au maintien du temps de transit intestinal, notamment colique.
Un temps de transit colique de 48 à 72 heures est considéré comme ralenti, et un ralentissement du transit colique (temps supérieur à 72 heures) est pathologique (constipation).

 

Caractéristiques d’un probiotique


Un probiotique doit :
– être de qualité alimentaire ;
– se présenter sous forme de cellules vivantes ;
– être stable et rester viable pendant la période de conservation ;
– exercer un effet bénéfique sur la santé de l’hôte.

 

À quel niveau les probiotiques agissent-ils ?


Les probiotiques agissent à trois niveaux de l’intestin :
– au niveau de la flore intestinale ;
– au niveau de la barrière intestinale  qui permet de lutter contre les infections ;
– au niveau du système immunitaire de l’intestin.

 

Des travaux de recherche ont permis d’observer :
– leur influence sur l’équilibre de la flore intestinale ;
– leur impact sur certains marqueurs des défenses immunitaires ;
– leur effet bénéfique sur certaines pathologies notamment infectieuses.

 

Effets des probiotiques dans l’organisme


• Les probiotiques rééquilibrent la flore intestinale, aident l’organisme à éliminer les germes responsables des maladies et stimulent la croissance des germes utiles.
• Les probiotiques jouent un rôle régulateur de l’immunité.
• Les probiotiques aident à lutter contre les infections et à moduler des réactions immunitaires inadaptées de l’organisme (comme les allergies).


Les probiotiques
Conseils pratiques


Les probiotiques: en pratique


Le bénéfice de certains probiotiques (lactobacilles, bifidobactéries) est notamment souligné :
– dans le ralentissement du transit et les problèmes de constipation ;
– dans la guérison des diarrhées infectieuses chez l’enfant ;
– dans la prévention des diarrhées dues aux antibiotiques ;
– dans certains troubles intestinaux (intolérance au lactose ; syndrome de l’intestin irritable avec ballonnements, douleurs abdominales…) ;
– dans la prévention de l’eczéma et des allergies chez l’enfant.

 

On leur prête également un effet bénéfique possible :
– dans la prévention des infections hivernales, en améliorant certains paramètres du système immunitaire ;
– en cas d’infection à un germe (Helicobacter pylori) responsable d’ulcère gastroduodénal ;
– en cas d’infections urogénitales.

 

Où trouve-t-on les probiotiques ?


On trouve des probiotiques dans les yaourts, les produits laitiers fermentés (fromages, laits fermentés) et aussi dans les végétaux (céréales, artichauts, poireaux), les germes de blé, la levure de bière (gélules, comprimés, paillettes).
Les probiotiques n’ont pas tous une action sur le fonctionnement intestinal et chaque espèce de probiotiques a des effets spécifiques.

Les bactéries lactiques sont utilisées depuis longtemps pour la fabrication des yaourts et des laits fermentés.
Le yaourt classique contient les deux souches traditionnelles du yaourt : Lactobacillus bulgaricum et Streptococcus thermophilus.
La consommation de yaourt améliore la digestion du lactose et est recommandée en cas d’intolérance au lactose, des qualités qui font déjà du yaourt classique un des premiers aliments probiotiques.
L’appellation yaourt ou yoghourt est réservée aux produits préparés avec ces deux ferments lactiques traditionnels.
On parle de laits fermentés lorsque d’autres ferments lactiques sont utilisés.

Les yaourts enrichis en probiotiques ont recours à des souches probiotiques spécifiques comme Bifidus Actif Essensis, Lactobacillus casei Defensis.


De nombreuses études ont montré que l’adjonction de souches probiotiques spécifiques aux yaourts leur conférait certaines propriétés par rapport au yaourt classique.


Leur effet est spécifique de la souche probiotique utilisée. Pour exemples :
– réduction de la durée des diarrhées au cours de gastroentérites (pour la souche probiotique Lactobacillus rhamnosus) ;
– action bénéfique sur l’immunité et les défenses de l’organisme contre les infections (pour la souche probiotique Lactobacillus casei defensis) ;
– effet sur la motricité intestinale avec accélération du temps de transit (pour la souche probiotique Bifidus actif essensis). La consommation quotidienne de laits fermentés avec certaines souches de bifidobactéries réduit le temps de transit intestinal, ce qui améliore les problèmes d’inconfort intestinal, de ballonnements.

 

Quels sont les critères de qualité d’un probiotique ?


Un probiotique de qualité alimentaire doit :
– être présent en grand nombre sous forme de cellules vivantes avant l’ingestion ;
– être stable et capable de rester viable durant toute la période de conservation du produit ;
– se retrouver à une certaine concentration bien précise au site d’action pour avoir un effet sur son environnement.

 

Quelle est la différence avec les prébiotiques ?


Les prébiotiques sont définis comme étant des ingrédients alimentaires non digestibles, métabolisés par les bactéries coliques qui s’en servent pour leur croissance et leur développement.
Les prébiotiques vont donc stimuler la multiplication d’un ou de quelques groupes de bactéries bénéfiques pour l’organisme (effet régulateur sur le transit intestinal) ; notamment la croissance des bifidobactéries (probiotiques) qui représentent la population microbienne la plus importante dans le côlon.
Pour exemple, le lait maternel contient plus de 130 probiotiques naturels différents qui jouent un rôle fondamental dans la constitution de la flore bactérienne intestinale du nouveau-né.
Les prébiotiques utilisés dans l’alimentation sont classés dans les fibres alimentaires solubles. Ils sont essentiellement constitués d’un mélange d’oligofructoses et d’oligogalactoses d’origine végétale (chicorée, betterave, oignon, bananes…) ou synthétique.
Ces prébiotiques sont ajoutés dans de nombreux aliments sucrés (biscuits, desserts lactés…).

 

De quoi faut-il se méfier ?


Il ne faut pas confondre les différents types de probiotiques car les souches probiotiques sont très variées et n’ont pas les mêmes effets.


CATEGORIE : mangez-mieux