Accueil > Actualités
AVCCANCERCHIRURGIECOEURDIVERSMEDECINE ESTHETIQUEFIN DE VIEIVG-CONTRACEPTIONMALADIES CHRONIQUESMATERNITEPERSONNES AGEESPRIX DES SOINSPSYQUALITE DES SOINSREMBOURSEMENTSSYSTEME FRANCAIS DE SANTEVACCINATIONMEDICAMENTSADDICTIONSMEDECINES ALTERNATIVESSOMMEIL

In pifo veritas

L’idée de reconnaître des maladies à l’odeur n’est pas forcément prise au sérieux. Pourtant, les études convaincantes s’accumulent. Ces dernières années, la littérature scientifique a fourni des résultats forts prometteurs dans le diagnostic de maladies infectieuses, neurologiques, ou encore des cancers. Ces analyses sont réalisées à partir de prélèvements de patients comme leur haleine, leur sueur, leur urine, ou encore des cultures de cellules.

On utilise parfois des animaux à l’odorat sensible comme les chiens ou les rats. Mais le plus souvent, ce sont des capteurs électroniques qui servent à l’examen des molécules odorantes. Avec des résultats plutôt fiables, du moins en laboratoire.

Ces pratiques avaient jusqu’à maintenant suscité l’intérêt d’un cercle restreint de scientifiques et de médecins. Mais l’article publié en début d’année par Morad Nakhleh, chercheur à Technion (Israel Institute of Technology) à Haïfa, et ses collègues, pourrait bien accélérer les applications en médecine. Pour la première fois en effet, une collaboration internationale a réuni sur ce sujet 14 laboratoires dont, en France, l’unité Inserm Hypertension artérielle pulmonaire dirigée par le Pr Marc Humbert, de l’université Paris Sud. Ce collectif a travaillé à la validation du diagnostic olfactif de 17 pathologies majeures comme la maladie de Crohn ou le cancer des ovaires (voir la liste complète dans le tableau 1 de l’article) par des « nez » électroniques.

SOURCE


Vous avez soif ? Buvez de l'eau (surtout si vous êtes enceinte)

Selon une étude publiée dans The International Journal of Epidemiology, les futures mères souffrant de diabète gestationnel et ayant consommé au moins une boisson sucrée artificiellement par jour pendant la gestation voient leurs enfants présenter un risque accru d’être obèse ou en surpoids à l’âge de 7 ans.900 participantes de la cohorte Danish national Birth Cohort diagnostiquées pour du diabète gestationnel avaient complété à la 25e semaine de grossesse, un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires. Le poids des enfants ont également été recensé à la naissance et à 7 ans.D’après les résultats, environ 9 % des candidates ont rapporté consommer quotidiennement une boisson sucrée artificiellement. En parallèle, leurs enfants avaient 60 % de risque supplémentaire de présenter un poids élevé à la naissance par rapport aux bébés dont les mères se sont abstenues de boire des sodas. À l’âge de 7 ans, la probabilité d’être en surpoids voire obèses était multipliée par deux. Consommer chaque jour un soda sucré artificiellement ne présenterait aucun avantage par rapport à une boisson sucrée.Plusieurs hypothèses sont avancées pour l’expliquer : changements du microbiote intestinal, accroissement de la capacité de l’intestin à absorber le glucose sanguin, désensibilisation de l’appareil digestif au point que la sensation de satiété arrive plus tardivement et poussent par ce biais à trop manger…

 

Quoi qu’il en soit, BUVEZ DE L’EAU !


SOURCE


COMMENT SE DEBARASSER DES TELEMARKETERS



Le stress c'est mauvais pour la santé et être dérangé par un inconnu qui vous appelle de l'étranger pour vous vendre sa soupe plusieurs fois par jour est insupportable.

Depuis 1 an nous étions dérangés  par des appels essayant de nous vendre une mutuelle, un abonnement électrique ou n'importe quoi d'autre sans que nous ayons demandé à l'être. 

Souvent à l'heure du déjeuner parfois le soir.

Nous avons commencé par les dénoncer à Bloctel où nous avions pris la peine de nous inscrire mais cela n'avait eu aucun effet
Ce que nous avons progressivement réalisé et que les truffes de fonctionnaires qui gèrent Bloctel ignorent c'est que le
numéro qu'affichent les telemarketers est un fake

Les dénoncer ne sert à rien 

En revanche nous avons trouvé la parade....

C'est simple comme bonjour : 

il suffit de leur dire que vous n'êtes pas celui qu'ils croient appeler. Cela va les conduire à mettre à jour leurs bases en supprimant votre numéro qu'ils considéreront comme une fausse adresse. Cela demande des compétences limitées en matière d'interprétation artistique : 

1) reconnaître dès le début qu'il s'agit d'un télémarketer (c'est simple ils ne décrochent qu'après quelques secondes)

2) nier être M. X habitant à Y et prétendre être M. Z habitant à W (dans le même département)

3) Faire cela pendant une semaine

Essayez et tenez nous au courant sur FB https://www.facebook.com/LBCSFrance/


Merci la gauche !

Comme d'habitude, quand on n'y comprend rien on ne fait que des conneries et en voulant réduire les frais pour les malades, la grande réforme de Marisol Touraine va au contraire les accroître.

Au 1er janvier, la prise en charge des dépassements d'honoraires des médecins libéraux par les complémentaires santé sera ainsi plafonnée à 100% du tarif de la Sécurité sociale. Pour 60 millions de consommateurs, ce sont les patients qui feront les frais des trop nombreux dépassements encore pratiqués par les cliniques privées (867 millions d'euros en 2015, en hausse de 30% depuis 2011)

En moyenne,  les médecins des cliniques privées facturent 200 euros de dépassement d'honoraires par acte soit un taux de dépassement du tarif de la Sécu de 110%. Si, depuis avril 2015, les complémentaires santé pouvaient verser jusqu'à 125% du tarif de la Sécurité sociale (réforme des "contrats responsables"), à compter du 1er janvier prochain, le remboursement sera plafonné à 100% du tarif Sécu pour les praticiens qui ne sont pas signataires du contrat d'accès aux soins. Le surplus sera donc assumé par les patients.


VOIR LA SOURCE



Selon que vous serez puissant ou misérable

Résultat de recherche d'images pour


A problèmes de santé identiques, les Français sont soignés de manière très différente selon leur lieu de résidence. Ces variations de pratiques médicales posent un problème de nature éthique, thérapeutique et économique. Elles soulèvent la question de la qualité des soins dispensés, de l’équité d’accès aux soins et de l’efficience dans l’allocation de ressources humaines et financières limitées.

L’Atlas des variations de pratiques médicales qui vient de paraître va enfin fournir quelques informations sur les écarts de pratiques chirurgicales existant entre les départements et leurs causes. Onze interventions chirurgicales ont été sélectionnées : le choix s’est porté sur des thématiques prioritaires en termes de pertinence et de qualité des soins, identifiées dans la littérature internationale comme sensibles à l’offre de soins et dont les prises en charge varient selon les patients. Il s'agit des suivantes :

• Amygdalectomie ou ablation des amygdales

• Appendicectomie ou chirurgie de l’appendicite

• Césarienne

• Chirurgie bariatrique ou de l’obésité

• Chirurgie de la hanche

• Chirurgie de la tumeur bénigne de la prostate

• Chirurgie du syndrome du canal carpien

• Cholécystectomie ou ablation de la vésicule biliaire

• Hystérectomie ou ablation de l’utérus

• Pose d’une prothèse du genou

• Thyroïdectomie ou ablation de la thyroïde



Cet atlas est un premier pas en faveur du droit fondamental des patients de disposer de données sur leurs soins leur permettant d’opérer des choix éclairés.


RECUPERER L'ATLAS


Assurance santé : perdez des kilos, gagnez des cadeaux !


Pour la première fois en France, un assureur va inciter ses clients à améliorer leur santé en les récompensant. Generali  a, en effet, annoncé le lancement le 1er janvier 2017 d'un programme de prévention proposé gratuitement aux entreprises ayant souscrit un de ses contrats collectifs. Baptisé Generali Vitality, ce programme,déjà ,mis en place en Allemagne pour des contrats individuels avec modulation tarifaire propose aux clients qui le souhaitent de remplir un bilan de santé en ligne et de renseigner des données de santé personnelles : tabagisme, activités sportives, qualité du sommeil, par exemple. S'ils atteignent les objectifs fixés dans leur contrat (meilleure alimentation, activité physique accrue, arrêt du tabac...), ils seront récompensés par un certain nombre d'avantages comme des réductions chez des enseignes partenaires (abonnement club de sport, fruits et légumes etc.)mais pas de réductions sur la prime d'assurance car c'est malheureusement interdit (vous avez bien lu interdit!) en France.. Ce nouveau contrat traduit la mutation qu'est en train de vivre le secteur, bouleversé à son tour par les avancées technologiques et l'irruption du Big Data et Generali  n'exclut pas de le décliner un jour pour les contrats individuels. MST est contre : elle souhaite empêcher les assurés de faire ce qu'ils veulent de leurs données de santé. ne ferait-elle pas mieux de s'occuper de vaccination?

Update sur la cigarette électronique

Le HCSP actualise son avis du 25 avril 2014 relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique étendus en population générale.

Des travaux du HCSP, il ressort que la cigarette électronique :

Le HCSP recommande :

Le HCSP invite :

VOIR LE DOSSIER

Des millions d'euros mais ce n'est pas cher payé!

En 2014, quatre obstétriciens, deux anesthésistes et un chirurgien orthopédiste assurés par la MACSF-Sou médical ont été condamnés devant les juridictions civiles à verser des indemnités comprises entre un  et deux millions d’euros. Il s’agissait dans chaque cas d’handicaps lourds provoqués par des erreurs impardonnables (gynécologue obstétricien ayant laissé une parturiente sans surveillance médicale, pour procéder à un autre accouchement dans une salle voisine, alors que la première naissance était déjà mal engagée et tardé à pratiquer une césarienne - 1,8 million d’euros ; naissance d’une enfant infirme moteur et cérébral et décès d’une parturiente car médecin arrivé tardivement à la clinique a prescrit par téléphone un antihypertenseur inadapté et pratiqué trop tard une césarienne -1,5 million d’euros ; arrivé tardivement, l’obstétricien n’a pas effectué les prélèvements bactériologiques adéquats mais sa responsabilité est partagée avec la clinique pour défaut d’organisation - 1, 2 million d’euros ; jeune homme de 20 ans dont la cheville avait été fracturée se retrouve avec une jambe gangrenée, menacée d’amputation en raisons de complications au déplâtrage dues à la présence de staphylocoques - 1,1 million d’euros ;  un anesthésiste qui a réalisé une péridurale ayant provoqué une paraplégie n’a pas été condamné pour maladresse mais pour manquement à son devoir d’information sur les risques et complications éventuels liés à cette pratique - 1,1 million d’euros).

On remarque cependant la fréquence parmi ces sinistres exceptionnels des accidents liés aux grossesses ce qui souligne l’importance de bien choisir son obstétricien et surtout sa maternité.

Notre moteur de recherche vous permettra de trouver les plus sûres, les meilleurs rapports qualité/prix à proximité de votre domicile.

VOIR LA SOURCE


5 fois par jour qu'on vous dit !

Après l’annonce par l’OMS du pouvoir cancérogène de l’abus de charcuteries et à un moindre titre de viande rouge, une nouvelle étude, publiée dans la revue Circulation, confirme les bienfaits d’une alimentation riche en fruits et légumes dès 20 ans avec des conséquences sur l’état coronaire 20 ans plus tard. Ses auteurs ont suivi une cohorte de plus de 2500 participants de 25 ans en moyenne au moment de l’inclusion entre 1985 et 2005 dont les habitudes alimentaires ont été analysées en détail. Au terme de la période de suivi, la recherche de calcifications coronariennes, qui sont un marqueur de risque, donnait des résultats très différents selon les rations de fruits et légumes consommées. La prévalence de ces calcifications était significativement plus faible dans le groupe des forts consommateurs de fruits et légumes (0.74 du risque des faibles consommateurs) même après ajustement de la consommation de frites, de pâtisseries, de sodas et de fast-food (0.94) ou de la pression artérielle, du cholestérol et de la glycémie (0.78). Pour les femmes, les bénéfices étaient encore plus prononcés (0.55). Une alimentation riche en fruits et légumes devrait donc être préférée sans attendre que l’âge « aidant », les risques se précisent ! Vous cherchez un généraliste qualifié en nutrition ? Notre moteur de recherche est à votre disposition !



VOIR LA SOURCE

Le contrôle des honoraires ? Ca ne marche pas !

Et c'est même le contraire, ça favorise les dépassements ! Selon une étude réalisée pour Le Figaro par  un cabinet de courtier en assurances, auprès des gynécologues, pédiatres et ophtalmologues dans les dix plus grandes villes du pays, un spécialiste sur cinq seulement a opté pour le contrat d'accès aux soins entré en vigueur en octobre 2012. Sur toute la France, ils ont un sur trois à avoir en théorie accepté de modérer leurs honoraires (pas d'augmentation pendant trois ans) contre une baisse de leurs charges sociales et un meilleur remboursement de leurs patients. Mais une partie d'entre eux en ont profité pour aligner leurs dépassements sur le maximum autorisé; Deux villes sont particulièrement peu concernées : Paris (4 % d'adhésion) et Lyon (7 %), où les dépassements extravagants sont monnaie courante. En revanche, une spécialité  a parfaitement saisi l'effet d'aubaine : les radiologues qui sont maintenant 77 % à avoir signé pour un CAS, alors qu'ils exerçaient majoritairement préalablement  en premier secteur c'est à dire sans dépassement ! Vous cherchez un médecin pas trop cher dans une zone à dépassement? Utilisez notre moteur de recherche multi-critères (honoraires, qualifs, carte vitale, satisfaction des patients)!


VOIR LA SOURCE


Page suivante