Accueil > Actualités > Medecine esthetique
AVCCANCERCHIRURGIECOEURDIVERSMEDECINE ESTHETIQUEFIN DE VIEIVG-CONTRACEPTIONMALADIES CHRONIQUESMATERNITEPERSONNES AGEESPRIX DES SOINSPSYQUALITE DES SOINSREMBOURSEMENTSSYSTEME FRANCAIS DE SANTEVACCINATIONMEDICAMENTSADDICTIONSMEDECINES ALTERNATIVESSOMMEIL

Prothèses PIP : faites-vous explanter


L’Afssaps vient de publier une mise à jour mensuelle du suivi de matériovigilance des femmes porteuses de prothèses PIP.  Le nombre de ruptures est plus élevé encore qu’anticipé : 2 227 déclarées au 31 mars 2012, soit 241 de plus qu’en février 2012. Ce nombre élevé confirme les défauts documentés des prothèses PIP d’autant qu’elles surviennent de façon anormalement précoce : pour 43% d’entre elles, moins de 5 ans après la pose des implants PIP.  Au 31 mars 2012, 3 935 femmes ont fait l’objet d’une explantation préventive, soit 904 de plus qu’à la fin février 2012. L’explantation préventive des prothèses PIP est d’autant plus recommandée que dans 19% des cas, on retrouve un défaut de la prothèse qui n’avait pas engendré de symptôme clinique. Donc faites-vous explanter et si vous cherchez un chirurgien, consultez notre moteur de recherche !


VOIR LA MISE A JOUR




Par(être) plus jeune? C'est possible!



Selon une étude canadienne, la chirurgie plastique de la face et du cou permet de paraître en moyenne 7,2 ans de moins que son âge réel ! Soixante patients (dont 54 femmes) âgés de 42 à 75 ans sont recrutés après qu’ils aient subi un acte chirurgical réalisé par le même chirurgien plasticien, co-auteur de l’étude (Aie !) ; trois groupes sont constitués selon la nature plus ou moins complet de l’acte chirurgical : lifting de la face et du cou (22 patients), lifting de la face et du cou et paupières (17 patients), lifting de la face et du cou et paupières et front (21 patients). Quarante étudiants ont ensuite invités à apprécier l’âge apparent des soixante patients sur la base de photographies prises l’une avant l’intervention, l’autre 6 mois après. La dispersion des résultats entre étudiants était faible. L’âge estimé selon les photographies préopératoires était en moyenne 1.7 année inférieur à l’âge réel. L’âge moyen estimé sur les photographies post-opératoires était en moyenne, sur l’ensemble des trois groupes de patients, inférieur de 8.9 années à l’âge réel et le gain était proportionnel au nombre de procédures : les patients du 3ème groupe bénéficiaient le plus du « rajeunissement ». La fiabilité de ces résultats peut évidemment faire débat mais, que vous y croyez ou pas, si vous cherchez un chirurgien plastique, vous pouvez consulter le moteur de recherche LBCS !



VOIR L'ETUDE




Explantation de PIP : Tartufferie

Le président du Conseil national de l’Ordre des médecins recommande à tous ses confrères de bien vouloir pratiquer des honoraires en rapport avec les tarifs de l’Assurance Maladie, dans le cadre du respect du tact et de la mesure, et cela compte tenu du caractère exceptionnel de ces situations. Les praticiens ayant pratiqué les implantations de ces prothèses ont le devoir de prendre en charge leurs explantations et le suivi des patientes. Voilà des gens compatissants : des honoraires "en rapport" , cela ne veut rien dire (trois fois le tarif c'est en rapport avec le tarif, un rapport de 3!) et n'exclut pas les dépassements. Quant au tact et à la mesure, ils sont un principe déontologique d'application générale. C'eût été autre chose de recommander l'application des tarifs de l'assurance maladie! Pour ce qui concerne le "devoir" de prise en charge, c'est encore plus beau : après avoir facturé les PIP, on va pouvoir facturer leur explantation... Si vous n'avez plus confiance dans le chirurgien esthétique qui vous les a implantées et que vous voulez en changer, trouver ceux qui vous conviendront mieux en consultant le moteur de recherche LBCS!


 Voir la source




Prothèses PIP : état de la question

Il n y a pas de risque accru de cancer chez les femmes porteuses de prothèses de marque PIP en comparaison aux autres prothèses. Néanmoins les risques bien établis liés à ces prothèses sont les ruptures et le pouvoir irritant du gel pouvant conduire à des réactions inflammatoires, rendant difficile l’explantation. Les recommandations AFSSAPS sont donc modifiées:

http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Actualisation-des-recommandati.127503.0.html


Prothèses PIP: suite

Compte tenu des anomalies documentées des prothèses PIP, qui ont conduit à leur retrait en mars 2010, l’Afssaps estime que ces informations nouvelles justifient un renforcement de ses recommandations : les patientes porteuses de prothèses PIP doivent bénéficier systématiquement d’un examen clinique et des examens radiologiques appropriés; toute rupture, suspicion de rupture ou de suintement d’une prothèse doit conduire à son explantation, ainsi qu’à celle de la seconde prothèse; une explantation préventive de cette prothèse même sans signe clinique de détérioration de l’implant doit être discutée avec les femmes concernées.

http://www.afssaps.fr/Dossiers-thematiques/Implants-mammaires-PIP-pre-remplis-de-gel-de-silicone/Recommandations-de-suivi-des-femmes-porteuses-d-implants-PIP-et-informations-sur-le-dossier-PIP/(offset)/3



Implants PIP : l'AFSSAPS met en place un numéro vert

Les médias ayant fait état le 24 novembre 2011 d’une patiente porteuse d’implants mammaires pré-remplis de silicone PIP et décédée des suites d’un lymphome, l'AFSSAPS a mis en place un numéro vert 0800 636 636 (du lundi au samedi de 9h à 19h) pour informer les femmes de l'état actuel des connaissance en la matière. Les seules disponibles aujourd'hui proviennent de la FDA américaine qui estime qu’il n’est pas possible de conclure statistiquement quant à un lien de cause à effet entre ce lymphome et la pose d’implants mammaires et qu’au vu de la fréquence extrêmement faible de ce type de lymphome et des éléments collectés à ce jour, la sécurité des implants mammaires n’est pas remise en question.

http://www.afssaps.fr/content/download/37215/487987/version/3/file/QR_Femmes-Pip-Lymphome_Novembre2011.pdf

Page précédente