Tensiomètres pour particuliers et professionnels de santé comment faire le bon choix ?

Le tensiomètre est utilisé pour mesurer la tension artérielle. Afin de surveiller les effets d’un nouveau traitement mis en place ou pour veiller sur sa santé, l’on utilise des appareils appelés auto-tensiomètres. Ils sont donc utiles pour réaliser un suivi de sa tension artérielle au quotidien. Sélectionner un tensiomètre fiable revêt une importance capitale, car l’hypertension peut provoquer de graves troubles cardiovasculaires. Pour vous aider à pallier ses désagréments, nous avons passé en revue dans ce guide les critères à suivre pour choisir au mieux votre tensiomètre.

Pourquoi est-il essentiel de surveiller sa tension ?

Afin de contrôler l’efficacité ou l’inefficacité d’un traitement prescrit par le médecin, il est essentiel d’utiliser un tensiomètre à domicile pour surveiller sa tension. Cela vous permettra de réagir à temps en cas de tension trop élevée, trop basse ou anormale. Ainsi le choix de tensiomètres bras ou poignet est crucial afin de vérifier la pression artérielle sans prendre de façon incessante de rendez-vous chez le médecin.

Toutefois, il faut notifier que les données fournies par un tensiomètre à domicile ne sont qu’indicatives et ne remplacent en aucun cas un diagnostic médical. C’est donc le médecin seul qui est habilité à poser un diagnostic d’hypertension artérielle ainsi que les troubles du rythme.

Précautions générales à observer avant l’application du tensiomètre à domicile

Pour réussir l’utilisation de votre tensiomètre à domicile, il est indispensable d’observer la règle des 3 R. C’est-à-dire que vous devez vérifier votre tension 3 fois le matin et 3 fois le soir au cours d’une durée de 3 jours. Vous devez procéder ainsi de préférence avant la prise des médicaments.

Une telle mesure doit être prise en l’occurrence au même moment de la journée pour être efficaces et fiables. En outre, vous devez prendre votre tension artérielle assise après quelques minutes de repos.

Il faut notifier qu’il est judicieux de noter les résultats dans un carnet si votre appareil n’enregistre pas les mesures de même que les médicaments pris récemment. De surcroît, évitez de prendre la tension au-delà de la normale. Évitez la prise de tabac et d’alcool au moment où vous vérifiez votre tension.

Par ailleurs, il est aussi essentiel, voire fondamental de lire le mode d’emploi du tensiomètre avant son usage. Comme pour toute sorte de tensiomètres, il est notoire de vérifier au premier abord que le tensiomètre électronique détient une validation par les autorités de santé. Vous l’aurez compris, les tensiomètres sont divers avec différentes fonctionnalités. Au nombre de ceux-ci l’on peut citer :

  • Les tensiomètres au poignet : ayant une taille réduite, les tensiomètres au poignet ont l’atout d’être transportable. Le manomètre est autogonflable et s’enroule autour du poignet, il se gonfle et se dégonfle lors de la prise de la mesure. Toutefois, avec ces manomètres le bras doit être placé au mieux au niveau de la mesure ;
  • Les tensiomètres au bras : cette catégorie de tensiomètre est plus délicate à positionner notamment pour une personne seule. C’est le genre de tensiomètre avec un brassard à ajuster au niveau du bras. Il est donc essentiel de choisir le brassard de taille qui correspond à la corpulence de l’utilisateur ;
  • Les tensiomètres connectés : ces tensiomètres peuvent s’associer à une application gratuite sur une tablette ou un smartphone par une connexion Bluetooth ;
  • Les tensiomètres à poire et manuels : cette catégorie est réservée au professionnel de santé et au corps médical. En outre, puisque les contrôles des pressions systoliques et diastoliques se font visuellement et de manière auditive, elle requiert l’utilisation d’un stéthoscope.

Les chiffres de tension artérielle : à quoi correspondent-ils ?

Une tension artérielle est la pression sanguine exercée sur la paroi des artères. Lors de la prise d’une tension artérielle trois mesures sont prises en compte : il s’agit entre autres :

  • De la pression systolique : elle est évaluée au moment ou le cœur se contracte et refoule le sang dans les vaisseaux ;
  • De la pression diastolique : elle est déterminée quand le cœur se relâche et se remplit ;
  • Du pouls : il correspond au nombre de battements cardiaque par minute.

Si les pressions systoliques et diastoliques se transcrite en millimètre de mercure (mmHg), le médecin communique par contre ces résultats en centimètres de mercure. Ainsi, un rendu de 134 mmHg (Systiloque)/83 mmHg (diastolique) est transcrit par un 13/8.

Encore une fois, l’interprétation du médecin est requise étant donné que les chiffres observés doivent être mis en relation étroite avec les attributs médicaux du concerné, voire du patient : poids, maladies, antécédents familiaux et autres. Pour vous enquérir davantage, vous pouvez vous référer à cette page ou vous découvrirez les chiffres de tension artérielle vulgarisée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).