Maladies neurodégénératives de type Parkinson et Alzheimer, origine et prise en charge

Plus on prend de l’âge et plus l’organisme est sujet à une dégénérescence des cellules nerveuses et une régression des fonctions cellulaires. Toutefois, si cette perte est si importante que le cerveau ne peut plus la compenser, nous sommes en présence d’une maladie neurodégénérative.

En raison de leur lien avec le processus de vieillissement, les maladies neurodégénératives sont considérées comme un défi médical important pour les prochaines décennies. Les experts estiment déjà le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à plus d’un million. En outre, on estime que 160 000 individus en France sont affectés par la maladie de Parkinson.

Découvrez dans cet article ce qu’il en est réellement de l’origine de ces maladies et du dispositif de prise en charge.

Les pathologies de Parkinson et Alzheimer, évolution vers une perte d’autonomie

Les pathologies neurodégénératives de type Alzheimer et Parkinson surviennent généralement suite à l’obsolescence progressive des neurones. Elles se manifestent à travers certains symptômes relatifs à la zone touchée et diminuent le pronostic vital de la victime.

Parkinson, définitions, causes et enjeux

Pathologie chronique et souvent génétique, la maladie de Parkinson désigne l’affection neurodégénérative caractérisée par une perte progressive des cellules nerveuses. L’exposition répétée aux pesticides peut également la causer.

La dopamine sert de neurotransmetteur entre le cerveau et les centre nerveux responsables de la coordination et du contrôle des mouvements du corps. Ainsi donc, au fur et à mesure qu’on assiste à la perte des cellules nerveuses, la dopamine du cerveau diminue considérablement.

Les mouvements quotidiens sont en conséquence gravement affectés. Les mains peuvent commencer à trembler, et ce, de manière progressive. Même en marchant certaines fois, les bras qui devraient se mouvoir naturellement demeureront figés. L’élocution en pâtit également.

Face à la maladie, plusieurs alternatives doivent être mises en œuvre afin de l’endiguer. Certes, des médicaments sont prescrits pour le faire. Mais ils ne sont pas pour autant dépourvus de graves effets secondaires. C’est donc dans cette optique qu’il faudrait mobiliser les ressources et optimiser les solutions pour lutter contre cette pathologie invalidante.

Il faut également effectuer des sensibilisations sur la maladie en insistant sur les facteurs environnementaux qui la causent surtout l’usage des pesticides. En dernier recours, il est possible de recourir au retour et au maintien à domicile des personnes fragilisées.

Alzheimer, définitions, causes et enjeux

À l’instar de la maladie de Parkinson, la pathologie d’Alzheimer est une démence neurodégénérative affectant la pensée, le comportement et la mémoire. Certaines fonctions cognitives sont même affectées et l’on en vient même à perdre complètement la mémoire.

Cela est principalement dû aux divers changements observés dans le cerveau, principalement au niveau des plaques amyloïdes où se produisent souvent des enchevêtrements entre neurones jusqu’à leur perte totale. Étant donné que ces phénomènes surviennent avec l’âge, le vieillissement est souvent considéré comme la principale cause de cette maladie. Toutefois, les scientifiques soutiennent l’idée que l’âge n’est qu’un facteur et non une cause.

L’Alzheimer étant une maladie très grave, les personnes souffrant de ce mal devraient être très vite prises en charge. Parallèlement, les diagnostics doivent également être effectués à temps dans des centres spécialisés. L’avantage est que lors de ces consultations, ils peuvent également déceler d’autres maux apparentés et commencer aussi le traitement.

Les maladies neurodégénératives de types Parkinson, Alzheimer, comment anticiper et accompagner ?

Les maladies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson sont des pathologies à évolution progressive. Des traitements ont été conçus pour permettre aux patients de conserver une bonne qualité de vie, mais elles restent jusque-là incurables.

Pour anticiper leur évolution, les consultations permettent au médecin traitant de pallier divers manques du patient (soins corporels, adaptation de l’environnement, etc.). Elles permettront également au patient, à ses proches et au médecin de décider des mesures à prendre concernant les soins de santé que recevra le patient.

Pour les troubles de la déglutition par exemple, il peut être décidé de la mise en route ou non d’une alimentation artificielle. Par ailleurs, de nombreuses interventions comme l’orthophonie, les essais cliniques sont proposés pour aider les patients.