Accueil > Actualités > Chirurgie > Rupture du croisé antérieur : ne pas se presser

Rupture du croisé antérieur : ne pas se presser


La rupture du ligament croisé antérieur du genou frappe souvent les jeunes actifs sportifs (ski, rugby, etc.) et la chirurgie aussitôt décidée pour une reprise rapide de l’activité. Mais une étude danoise publiée dans le British Medical Journal incline à penser qu’il serait parfois préférable d’attendre un peu et de commencer par de la kiné. 120 jeunes (âge moyen 26 ans) ont été répartis en deux groupes dont l’un était opéré moins de 10 semaines suivant l'accident et l’autre seulement en cas d'instabilité du genou persistante à l'examen clinique les uns et les autres par les mêmes chirurgiens utilisant la même technique. Cinq ans après, une intervention n'a été nécessaire que pour la moitié des patients appartenant au deuxième groupe. Le questionnaire d'évaluation ne montre pas de différence significative entre les 2 groupes dans la perception que les sujets ont de l'état de leur genou et de leur capacité fonctionnelle dans la vie quotidienne. Il n'y a pas de différence non plus en ce qui concerne la récupération de leur capacité physique ni dans la fréquence des lésions arthrosiques ou méniscales. Il est donc préférable de n'intervenir chirurgicalement que si l'instabilité du genou persiste après la kinésithérapie. Intéressante, cette étude ne repose toutefois que sur un nombre limité de sujets présentant au surplus des caractéristiques d’âge et d’activité spécifiques et ne vaut pas pour les athlètes de haut niveau ou à l’inverse pour les personnes pratiquant une activité physique réduite. De toute façon, que vous cherchiez un généraliste qualifié en médecine du sport, un chirurgien orthopédique accrédité ou un établissement présentant toutes les garanties en matière de lutte contre les infections nosocomiales, le moteur de recherche Les Bons Choix Santé les trouvera pour vous!


VOIR L'ETUDE