Accueil > Actualités > Maternite > Stress de la mère et mortinatalité

Stress de la mère et mortinatalité


Aux Etats-Unis, le risque de mortinatalité, décès du fœtus après 20 semaines de gestation, ne concerne qu’un cas sur 167 mais il est double dans la communauté noire. C’est pour en comprendre la raison qu’une étude portant sur plus de 2.000 femmes, hospitalisées entre 2006 et 2008 dans 59 établissements différents et publiée dans l'American Journal of Epidemiology a été réalisée par les National Institutes of Health. L’origine de la plus grande mortinatalité frappant la communauté noire n’est, comme on pouvait s’y attendre, pas raciale mais environnementale. Le risque supérieur de mortinatalité est corrélé avec la survenance d’évènements (12 répertoriés) importants d’ordre financier, émotionnel, traumatique ou lié au couple (perte d’emploi, décès d’un parent, accident, déménagement, etc.). 2 événements stressants subis par une femme durant l’année précédant la naissance de son enfant, sont ainsi associés à un risque accru de 40%. Pour 5 événements stressants, le risque est accru de 150%. 20% des femmes subiraient au moins 3 événements stressants durant leur grossesse. D’où la recommandation d’un meilleur encadrement de celle-ci. Vous cherchez un obstétricien ou une maternité ? Choisissez les meilleures près de chez vous avec notre moteur de recherche ! Il y a 63 maternités en France qui ont des scores maximum (5) en lutte contre les infections nosocomiales, qualité de la prise en charge et certification. Découvrez les en testant les fonctionnalités de recherche avancée (inscription nécessaire).


VOIR L'ARTICLE