Accueil > Actualités > Ivg-contraception > Pilules de 3ème et 4ème génération : recul prononcé

Pilules de 3ème et 4ème génération : recul prononcé


La polémique autour des dangers des pilules de 3e et 4e générations utilisées jusqu'à la fin 2013 par plus de la moitié des 4,2 millions de Françaises sous pilule a conduit les femmes à se reporter sur les pilules de génération précédente et à avoir davantage recours au stérilet, selon le bilan publié récemment par l'agence du médicament. Selon les données de 3000 pharmacies, les ventes de pilules de 3e et 4e générations ont chuté de 26% entre décembre 2012 et mars 2013 et les ventes d’oestroprogestatifs non oraux (patchs et anneaux vaginaux), qui présentent les mêmes risques que les pilules ont diminué de 11% alors que dans le même temps les ventes de pilules de 2e génération ont augmenté de 18%. Les médecins et les femmes ont donc suivi les recommandations de l’agence qui déconseillait de prescrire les premières en première intention. Il n’a pas été observé de diminution importante du nombre de femmes sous contraception et ce sont même les jeunes filles de 15 à 19 ans, pour lesquelles le report vers la pilule de 2ème génération s'est le mieux effectué. Globalement, les ventes de contraceptifs oraux combinés ont légèrement diminué mais cette baisse a été partiellement compensée par une augmentation des ventes d'implants et de dispositifs intra-utérins : les ventes de stérilet sont en hausse dans toutes les tranches d'âge, et notamment de 29% chez les jeunes filles de 15 à 19 ans, qui traditionnellement avaient peu recours à ce type de contraception. Vous êtes à la recherche d'un gynécologue qui pratique des prix raisonnables ? Pourquoi ne pas tirer parti des fonctionnalités uniques de notre moteur de recherche et par exemple découvrir les 51 praticiens de secteur 1 à Paris?


VOIR LES GYNECOLOGUES EN SECTEUR 1 A PARIS

VOIR LE DOSSIER DE L'ANSM