Accueil > Actualités > Cancer > Ablations de la prostate : trop ou trop peu ?

Ablations de la prostate : trop ou trop peu ?


Le cancer de la prostate est la première cause de mortalité par cancer et chaque année plus de 70 000 cas apparaissent alors que près de 23 000 ablations de la prostate (prostatectomie) sont réalisées. L'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) s’est penché sur les écarts considérables qu’on observe d’un département à l’autre. Les taux de recours standardisés, c’est-à-dire après prise en compte des  facteurs comme les revenus et la mortalité (dont celle par cancer de la prostate qui va de 1 à 3) vont de 1 à 4. Les taux les plus élevés s’observent dans le Doubs, la Haute-Vienne, le Morbihan, la Loire-Atlantique et les Ardennes et les plus faibles en Haute-Corse, dans le Loiret et la Nièvre. Les facteurs expliquant ces invraisemblables variations sont le nombre d’urologues libéraux d’une part et l’importance de l’offre hospitalière publique et assimilée (privée à but non lucratif). Mais ce que l’étude ne dit pas c’est si ce sont les taux faibles ou les forts qui sont justifiés ! Que l’offre suscite sa demande on s’en doutait un peu….


VOIR L'ETUDE