Accueil > Actualités > Addictions > La meilleure façon de s'arrêter de fumer...

La meilleure façon de s'arrêter de fumer...


dépend de votre métabolisme ! La vitesse avec laquelle un fumeur élimine ou métabolise la nicotine de son organisme permettrait selon une étude publiée lundi dans The Lancet Respiratory Medicine de déterminer le meilleur traitement pour l'arrêt du tabac. Pour distinguer les fumeurs qui éliminent plus ou moins rapidement la nicotine, et sont donc moins ou plus susceptibles d’être de gros consommateurs et des accros, le professeur Lerman de l’Université de Pennsylvanie a utilisé le CYP2A6, un biomarqueur de la vitesse d'élimination de la nicotine qui reflète l'activité d'une enzyme du foie. 1 250 fumeurs désireux de cesser de fumer, dont la moitié de métaboliseurs lents et l’autre de métaboliseurs normaux été répartis par tirage au sort en trois groupes : le premier traité avec des patchs à la nicotine et une pilule placebo, le deuxième avec une pilule de varénicline (Champix® ou Chantix®) et des patchs placebo, et le dernier avec des pilules et patchs placebo. A la fin du traitement (11 semaines), les métaboliseurs normaux qui avaient pris de la varénicline étaient deux fois plus nombreux à ne pas fumer que ceux ayant utilisé le timbre à la nicotine, avec de meilleures chances de s'abstenir encore au bout de six mois. En revanche pour les métaboliseurs lents, les patchs avaient la même efficacité que la varénicline. A noter également que les personnes appartenant à cette catégorie ont rapporté plus d'effets secondaires indésirables avec le Champix®.

Reste à développer le test sanguin permettant d’évaluer le métabolisme de la nicotine et d’augmenter l’efficacité des traitements de sevrage. Vous cherchez un généraliste, un psychiatre ou un établissement de santé spécialisé dans la prise en charge des addictions au tabac ou à d’autres substances psychoactives ? N’hésitez pas à tirer tout le parti de notre moteur de recherche multicritères entièrement gratuit !


VOIR L’ETUDE