Accueil > Actualités > Medecine esthetique > Définition de l'acné

Définition de l'acné

Définition de l'acné

 

L’acné est une maladie de peau très fréquente caractérisée par une inflammation du follicule pileux (d’où le nom de folliculite) avec peau grasse et boutons. L’acné évolue par poussées et affecte principalement les adolescents. Certaines formes sévères d’acné ont un retentissement physique et psychologique tel qu’il est responsable d’un handicap social important à un âge réputé difficile.

Origines de l'acné

 

L’acné frappe avant tout les adolescents puisque plus de 70 % d’entre eux en sont victimes. L’acné débute à l'adolescence et régresse avant l’âge de 20-25 ans. Les adultes et particulièrement les femmes peuvent également en souffrir sous l’influence de facteurs hormonaux notamment : on parle alors d’acné tardive. Un bilan hormonal est parfois nécessaire, à la recherche d’une maladie endocrinienne ou hormonale sous-jacente.

 

Causes de l'infection due à l'acné

 

L’acné est une maladie du follicule pileux et pilosébacé chargé de produire le sébum, corps gras protecteur de la peau. La cause principale de l’acné est due à une hyperproduction de sébum sous influence hormonale. Le sébum s’accumule et forme des lésions rétentionnelles, puis une surinfection par des bactéries comme Propionibacterium acnes conduit à des lésions inflammatoires.

Composition du sébum et de la flore cutanée bactérienne, taux d’hormones mâles mais aussi terrain familial sont des facteurs influençant l’acné.

Comment cela se manifeste-t-il ?


Les manifestations cutanées de base de l’acné sont des comédons plus ou moins inflammatoires.
Les comédons correspondent à des lésions rétentionnelles dans les follicules pilosébacés : il s’agit des classiques points noirs et des microkystes… Ces lésions peuvent devenir inflammatoires sous la forme de papules ou pustules (blanc jaunâtre) superficielles ou plus profondes (nodules > 5 mm sous la peau).


La peau est grasse et les lésions d’acné laissent des cicatrices définitives en cas de manipulations intempestives.


Le visage est le plus souvent touché, puis dos, cou et thorax peuvent être atteints.

 

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?


L’acné peut être provoquée par une hormonothérapie, comme une contraception hormonale contenant par exemple des progestatifs androgéniques.


Par ailleurs, en cas d’acné chez la femme, l’apparition de signes d’hyperandrogénie (voix rauque, pilosité excessive…) est fortement évocatrice d’une maladie endocrinienne et un avis médical est nécessaire.


Enfin, certains médicaments ou produits peuvent induire une acné, comme la cortisone ou certains épileptiques ou encore des crèmes comédogènes.


D’autres affections comme la rosacée ou les folliculites infectieuses peuvent aussi être confondues avec l’acné.

 

Y a-t-il une prévention possible ?


Quels que soient la forme d’acné et le traitement prescrit, des soins d’hygiène sont indispensables avec toilette une fois voire deux fois par jour avec des gels ou pains dermatologiques sans savon. L’application d’une crème hydratante doit respecter la peau acnéique.


Certains produits de camouflage ou de maquillage sont spécialement adaptés aux peaux acnéiques et sont non comédogènes.


En cas d’exposition solaire, une protection de la peau est recommandée (risque de réaction phototoxique des médicaments antiacnéiques, risque de pigmentation des cicatrices…).


Enfin, les lésions ne doivent pas être manipulées sous peine de provoquer des poussées inflammatoires et des surinfections.

À quel moment consulter ?


L’acné est souvent considérée comme faisant partie intégrante de l’adolescence. Pourtant, des traitements efficaces existent et permettent d’améliorer les symptômes souvent mal vécus par l’adolescent. Pour cela, une consultation dès les premiers signes avec le médecin traitant et/ou le dermatologue permet de diagnostiquer l’acné et de proposer des solutions.

 

Que fait le médecin ?


L’interrogatoire (antécédents familiaux, poussées…) et l’examen clinique des lésions suffisent à faire le diagnostic. Le médecin recherchera des signes cliniques d’hyperandrogénie orientant vers une maladie hormonale. Il pourra dans ce cadre prescrire un bilan sanguin hormonal et/ou une échographie des ovaires, à la recherche d’anomalies évocatrices d’un syndrome des ovaires polykystiques ou d’un déficit congénital en enzymes.


Le traitement médicamenteux proposé est le plus souvent long et fait appel à des traitements d‘attaque et de fond, sous forme locale et/ou générale en fonction de la sévérité de l’acné. Des antibiotiques au long cours sont souvent nécessaires dans la prise en charge de l'acné, de même que certains médicaments comme l’isotrétinoïne dont l’emploi est très strict (contraception obligatoire et surveillance biologique).

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?


Des facteurs individuels influencent positivement ou négativement l’acné. Les repérer permet de mieux prévenir les poussées éventuelles. De même, certains produits sont déconseillés sur les peaux acnéiques : n’hésitez pas à en parler à votre médecin.