Le lait maternel c’est mieux et c’est encore mieux au sein

Au cours de la prise d’un biberon de lait il se produit une
entrée d’air dans le biberon comme en témoigne l’apparition de bulles. Une
conséquence en est « l’aérophagie du nourrisson », qui pourrait favoriser les
régurgitations et les coliques intestinales. Une autre semble être la
dégradation des vitamines A et E. Une étude publiée dans “Maternal  & child nutrition” d’avril va dans ce sens. Différents modèles de biberon, dont certains
munis de dispositifs « anti-aérophagie», ont été remplis avec 100 ml de lait de
femme  ou de vache. Le lait a ensuite été
aspiré avec une pompe électrique. Les concentrations en vitamine ont baissé
progressivement dans le lait retiré des différents biberons (30% pour la E, 10%
pour la A). Certains des modèles avec dispositif anti-aérophagie présentaient
les dégradations les moins fortes. En revanche, les concentrations en vitamines
restaient à peu près stables dans du lait prélevé sans aspiration. Des
recherches complémentaires sont nécessaires pour préciser l’impact potentiel de
cette baisse sur le statut nutritionnel de l’enfant, en particulier s’il est né
prématurément. Parlez-en avec votre pédiatre et, si vous en cherchez un, utilisez notre moteur de recherche! 

VOIR L’ETUDE