Grave accident radiologique au CH de Lagny

Un accident grave de radiologie survenu l’an dernier au
centre hospitalier de Lagny-sur-Marne a conduit l’Autorité de sûreté nucléaire
(ASN) à rappeler la nécessité de maîtriser les doses de radioactivité délivrées
dans un cadre médical. L’accident concernait un patient souffrant d’une grave
pathologie cardiaque qui a été opéré à six reprises pour des angioplasties
coronaires. Les médecins avaient utilisé une technique de “radiologie
interventionnelle” qui permettait de guider leur geste chirurgical
. Mais
les doses de radiations émises sur le patient n’ont pas été analysées et
notamment les doses cumulées reçues. Aucun suivi des effets secondaires
potentiels n’a été réalisé et faute de suivi médical approprié, le patient a
subi une nécrose profonde de l’omoplate droite.  Les deux inspections réalisées par l’ASN après
la déclaration de l’accident par le centre hospitalier ont mis en évidence des
doses de radioactivité plus élevées que nécessaire, une mauvaise connaissance
des machines et de leur réglage, ainsi que des défaillances dans le suivi
. Plus
généralement, l’ASN met depuis plusieurs années en garde contre l’augmentation
des doses de radioactivité délivrées aux patients par imagerie médicale, en
particulier par les scanners. En 2007, les scanners représentaient seulement
10% des examens mais 58% des doses reçues, rappelle l’Autorité indépendante.  En l’espace de cinq ans, les doses délivrées
aux patients ont progressé de 47%. 

VOIR LE RAPPORT DE L’ASN