Les défauts des classements d’établissements

Une étude publiée
dans les Archives of Cardiovascular Diseases s’interroge sur la pertinence du classement par
le journal Le Point des meilleurs
établissements
en comparant les mortalités en cas d’infarctus du myocarde dans
les hôpitaux les mieux et les plus mal classés. En 2012, les critères d’excellence
choisis par l’hebdomadaire étaient notamment les suivants:

·
nombre
d’actes réalisé dans l’année

·
pourcentage
de malades soignés dans l’établissement mais domiciliés dans un autre
département

·
part
d’ambulatoire

·
part
des actes réalisés avec les techniques les plus performantes

·
spécificité
de l’activité des équipes

·
Coeliochirurgie

·
gravité
des cas traités

·
Durée
de séjour

Au total,
l’analyse de 190 000 patients, traités dans 450 hôpitaux, dont 43
figuraient parmi les 50 meilleurs pour le traitement de l’infarctus montre qu’après
ajustement de l’âge et du sexe il n’y a pas de différences significatives entre
établissements 
! Les patients admis dans les «meilleurs»
hôpitaux sont, en effet, plus jeunes et
plus fréquemment de sexe masculin et présentent moins de comorbidités. En
données brutes, la mortalité était effectivement plus faible dans les hôpitaux
du “top 50” que dans les hôpitaux non classés (7,5% contre 11,9%). Mais, après
ajustement, le bénéfice différentiel de survie  perd s’amenuise considérablement (4,89% contre. 5,51% et non significatif
statistiquement). Les Bons Choix Santé ne publient pas de classement mais ils vous permettent de trouver près de chez vous l’établissement qui convient le mieux à vos attentes en fonction de critères de qualité, de sécurité et de prix que vous définissez vous-mêmes !

VOIR L’ETUDE