Le match public vs privé : l’AP-HP s’absous, la clinique Capio réalise une première

Pendant que l’AP-HP s’absout de toute responsabilité dans l’affaire
 de la patiente suivie à la maternité de
Cochin – Port-Royal qui s’était présentée dans la nuit du 31 janvier au 1er
février avec un fœtus mort in utéro à terme, la clinique de la Sauvegarde de
Lyon réalise la première colectomie en ambulatoire en Europe. L’enquête confiée
au  Professeur Bruno Carbonne, président
de la collégiale des gynécologues-obstétriciens et membre de la CME de l’AP-HP
conclut que les personnels soignants, médicaux et paramédicaux, étaient au complet
et que la disponibilité des lits et des salles permettait de recevoir les
urgences. Elle souligne également que la prise en charge médicale a été
conforme aux bonnes pratiques obstétricales
telles que définies par les
recommandations de la HAS ; le déclenchement de l’accouchement, tel qu’il avait
été planifié, n’avait, à aucun moment, présenté un caractère urgent, en
l’absence de risque fœtal identifiable. Cependant la mission a formulé des
recommandations  visant à améliorer la
communication au sein de l’équipe et avec les patients.
Réalisée par  le docteur Benoit Gignoux en février, l’ablation du colon gauche par voie cœlioscopique a permis selon la clinique au patient  le patient de revenir à son domicile moins de
12 heures après son admission
, de reprendre une alimentation 3 heures après la
fin de l’intervention et  de se lever et
de marcher à la cinquième heure. La reprise de ses activités quotidiennes s’est
effectuée sans douleur ni trouble du sommeil. Quinze jours après l’opération,
le patient ne présentait “‘aucune complication”.

VOIR LE COMMUNIQUE DE L’AP-HP

VOIR LA FICHE DE LA CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE