Définition de la fibromyalgie

Définition de la fibromyalgie

La fibromyalgie est une affection
caractérisée par une douleur généralisée dans les muscles et les
ligaments. Les patients atteints de fibromyalgie ont souvent des
difficultés à dormir et ressentent une fatigue chronique. La fibromyalgie a longtemps été désignée par différents termes dont le syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID), le rhumatisme musculaire chronique (1901), le rhumatisme psychogène (1960), la fibrosite (1983), et le rhumatisme des tissus mous.

 

Risques et origines du syndrome

La
fatigue est une plainte extrêmement fréquente dans la population
générale : jusqu’à 50 % des Français se déclarent fatigués (Pascal
Cathébras. Troubles fonctionnels et somatisation : comment aborder les symptômes médicalement inexpliqués. Masson 2006).

La fibromyalgie, comme le syndrome de fatigue chronique
(sans douleurs), ont longtemps été considérés comme des maladies
psychosomatiques voire imaginaires. La fibromyalgie a néanmoins été
reconnue en 1992 par l’Organisation mondiale de la Santé
(OMS) et concernerait 2 à 5 % de la population, touchant
essentiellement les femmes entre 30 et 50 ans avec une proportion de 4
femmes pour 1 homme. Elle débute brutalement, le plus souvent dans des conditions de « stress ».

 

Causes de la fibromyalgie

La cause exacte de la fibromyalgie n’est pas identifiée. Une origine psychosomatique est évoquée, avec un certain nombre de facteurs comme le stress, les accidents ou encore les interventions chirurgicales. La fibromyalgie correspond à une anomalie de la réponse à la douleur, qui est augmentée.

 

Symptômes et signes de la fibromyalgie

Des « signes précurseurs » peuvent apparaître avant les symptômes
de la fibromyalgie : fatigabilité à l’effort, courbatures,
fourmillements, mauvaise tolérance au chaud/froid, troubles du sommeil.

Sinon, la fibromyalgie se manifeste par des douleurs diffuses associées à des signes de fatigue intense et chronique. La douleur est le symptôme
principal, touchant les régions proches de la colonne vertébrale
(nuque, épaules, entre les épaules, omoplates, dos…). Cette douleur peut
varier dans la journée en fonction du stress et de l’activité, mais
globalement les patients se plaignent d’avoir « mal partout ». Des points douloureux sont retrouvés en palpant les muscles. La fatigue ou asthénie accompagne ces douleurs : station debout pénible, difficulté à se lever le matin…

Le
retentissement psychologique est très important, d’autant que des
troubles du sommeil empêchent toute période de récupération. Anxiété
voire état dépressif surviennent très rapidement.


Avec quoi ne faut-il pas confondre la fibromyalgie ?

L’algodystrophie
correspond à des atteintes douloureuses des membres et fait suite à un
traumatisme (fracture, luxation, le plus souvent plâtrée) chez un adulte
entre 45 et 70 ans. L’articulation non mobilisée devient raide et
douloureuse, avec progressivement une algodystrophie du membre,
décelable à la radiographie et à la scintigraphie osseuse.

Le syndrome de fatigue chronique s’apparente à la fibromyalgie mais aucune douleur n’est présente.

Enfin, d’autres maladies (insuffisance surrénalienne, dépression, polyarthrite chronique,
lupus érythémateux disséminé, polymyosite…), peuvent être confondues
avec la fibromyalgie ; les examens complémentaires permettront de faire
la différence. Aucun examen ne permet de poser directement le diagnostic
de fibromyalgie. Les examens pratiqués servent à éliminer les autres
maladies susceptibles de donner des symptômes identiques. Le diagnostic de fibromyalgie est un diagnostic d’élimination.

 

Y a-t-il une prévention possible de la fibromyalgie ?

Le patient doit prendre une part active au traitement.

L’activité
physique (marche, natation…) soulage les douleurs et empêche la fonte
musculaire. Échauffement, étirements ou exercices d’assouplissement sont
fondamentaux avant de commencer la séance d’exercice proprement dite.

La chaleur appliquée localement (douche chaude) favorise le relâchement des muscles.

L’amélioration du sommeil peut diminuer les symptômes
de la maladie et tout facteur de stress doit être éliminé : les
thérapies comportementales pourraient avoir un effet bénéfique.

 

À quel moment consulter ?



Le retentissement de la fibromyalgie est variable, mais peut entraver la vie personnelle et professionnelle. Un des facteurs importants dans le traitement de la fibromyalgie est la précocité du diagnostic : il convient ainsi d’agir le plus tôt possible après l’apparition des symptômes.

 

 

 

Que fait le médecin ?



Poser le diagnostic de fibromyalgie est difficile ; le diagnostic est souvent évoqué après plusieurs mois de douleurs et d’errances diagnostiques. Le Collège Américain de Rhumatologie a établi un score à partir d’un questionnaire (durée de l’affection, nombre et zones concernées…) qui peut aider le médecin traitant ou le rhumatologue à confirmer la maladie.

Afin d’éliminer d’autres maladies, des prises de sang, radiographies du squelette ou scintigraphie peuvent être réalisées et sont normales dans la fibromyalgie.

Aucun traitement spécifique n’existe ; le traitement vise à soulager les douleurs et prendre en charge les autres symptômes.
Des médicaments du groupe des antidépresseurs tricycliques et
tétracycliques sont utilisés, de même que les antalgiques (contre la
douleur).

 

 

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?



Tenir un journal des activités quotidiennes et de l’effet qu’elles procurent permet d’identifier les facteurs qui aggravent ou soulagent. Cela aidera le médecin à trouver des moyens de modifier le style de vie pour se sentir moins fatigué et moins stressé.