Le rhume : définition

Le rhume : définition

Le rhume est défini par une infection des voies respiratoires supérieures et concerne donc essentiellement le nez et la gorge. Le rhume est le plus souvent d’origine ; des centaines de virus sont susceptibles de le provoquer. Les rhinovirus sont les principaux pourvoyeurs de rhume, notamment en période hivernale. Les enfants peuvent contracter jusqu’à dix rhumes par an et les adultes souffrent en moyenne de deux à cinq rhumes par an.

 

Risques et origine du rhume

Rhinopharyngites, angines et rhumes
arrivent en tête des motifs de consultation médicale pour les enfants
et adultes jeunes. Les modes de transmission (voie aérienne, contact des
mains) des maladies virales respiratoires favorisent la circulation
rapide des virus.
Les mesures d’hygiène pour limiter cette circulation sont donc un
véritable enjeu de santé publique, d’autant que l’évolution des modes de
vie (vie en collectivité, air confiné) favorise naturellement leur
dissémination.

 

Causes et mécanismes du rhume

Le rhume est une maladie virale due à des centaines de virus, dont les principaux sont le rhinovirus et les coronavirus. Pour être contaminé par un de ces virus, plusieurs conditions doivent être réunies : être en contact étroit avec une personne infectée (inhalation des gouttelettes de muqueuse
rejetées lors de la toux ou l’éternuement, contamination par les mains)
et avoir un système immunitaire qui ne peut éliminer le virus. Ce dernier pénètre par le nez, contamine les membranes nasales et les cellules dans lesquelles il se multiplie.

 

Symptômes du rhume

Les symptômes du rhume
banal sont maux de gorge, enrouement, éternuements et nez qui coule.
Dans un deuxième temps, des maux de tête, le nez bouché voire une toux
complètent le tableau. Dans la majorité des cas, le rhume dure une dizaine de jours ; il peut s’accompagner d’une laryngite (inflammation du larynx), d’une trachéite (inflammation de la trachée) ou d’une bronchite (inflammation des bronches).

Parfois, en fonction des virus et de la fragilité des patients, des complications peuvent survenir.

Ces symptômes apparaissent en période automnale ou hivernale et dans un contexte épidémique.


Avec quoi ne faut-il pas confondre le rhume ?

La grippe est causée par des virus à part entière (virus A, B ou C), capables de muter très rapidement et responsables d’épidémies de grippes plus ou moins sévères : maux de tête, fièvre élevée et douleurs musculaires sont les symptômes
les plus courants, mais des complications redoutables peuvent survenir,
notamment chez les sujets âgés et/ou fragiles (plusieurs milliers de
décès chaque année). Une vaccination préventive, chaque année, est
recommandée et prise en charge par l’Assurance Maladie pour les patients
de plus de 65 ans ou atteints de certaines maladies chroniques
(diabète, maladies cardio-vasculaires ou respiratoires,
immunodépression…).

Il ne faut pas confondre non plus avec le terme « rhume des foins » qui désigne une allergie respiratoire ; les symptômes sont les mêmes (nez qui coule, éternuements…) mais le rhume des foins survient en saison de pollinisation (printemps, été) et n’est pas contagieux.

 

Y a-t-il une prévention possible du rhume ?

Des mesures d’hygiène simples contribuent à diminuer la circulation des virus et à éviter ainsi la contamination:

se laver les mains correctement et fréquemment (avant de préparer les repas, de manger ou de nourrir les enfants, après s’être mouché, après avoir toussé ou éternué…) ;

éternuer ou tousser dans un mouchoir jetable ou, à défaut, mettre la main devant la bouche, utiliser un mouchoir jetable à usage unique au moment de cracher ou de se moucher ;

porter un masque de type chirurgical en cas d’infection pour éviter d’émettre des millions de particules infectieuses dans l’air.

Une alimentation équilibrée et un nombre suffisant d’heures de sommeil favorisent également la prévention des infections.

À quel moment consulter ?

 

 

Généralement, une consultation chez un médecin n’est pas indispensable en cas de simple rhume. En revanche en cas de forte fièvre (> 39,5 °C), de maux de têtes intenses, de douleurs d’oreille, de difficultés respiratoires, de persistance des symptômes plus de dix jours ou de terrain fragilisé, une consultation s’impose pour détecter une complication et/ou proposer un traitement.

 

Que fait le médecin ?

 

Dans le cadre du rhume, il n’existe pas de médicament capable de détruire les virus ; le traitement vise donc à soulager les symptômes
: décongestionner le nez, limiter l’écoulement nasal, faire baisser la
température. Le médecin recherche également des complications et peut proposer un traitement par antibiotiques en cas de surinfection par une bactérie.

Aucun examen complémentaire n’est en général requis.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

 

Une bonne hygiène nasale
est indispensable, avec mouchages et lavages de nez avec du sérum
physiologique ou de l’eau de mer. Elle permet de limiter le risque de
surinfection bactérienne et d’améliorer les symptômes.