Arthroplastie du genou (prothèse)

Prothèse du genou : de quoi parle-t-on ?

 

L’arthroplastie du genou ou prothèse du genou est l’opération visant à remplacer l’articulation du genou par une prothèse.

 

Les prothèses du genou actuelles utilisent essentiellement des matériaux en métal et/ou polyéthylène.

 

Lors de l’arthroplastie du genou, la partie inférieure du fémur et la partie supérieure du tibia sont remplacées et les parties articulaires des os sont remplacées par la prothèse,
composée d’une pièce métallique fixée à l’extrémité inférieure du fémur
et d’une autre pièce sur l’extrémité supérieure du tibia.

 

L’arthroplastie du genou améliore les douleurs et la mobilité de l’articulation.

L’arthroplastie du genou est réalisée par un chirurgien orthopédiste et nécessite une rééducation postopératoire.

 

Quels sont les risques et les enjeux sanitaires de la prothèse du genou?

 

La principale cause d’arthroplastie totale du genou est larthrose à un stade avancé ; elle touche les patients âgés de 55 à 75 ans.

 

D’autres causes conduisent également à l’intervention chirurgicale comme différentes formes d’arthrite inflammatoire, et notamment la polyarthrite rhumatoïde,
qui endommagent cartilage et os du genou. Les patients atteints par ces
maladies inflammatoires sont opérés à un âge plus jeune.

On estime le nombre de prothèses totales de genou posées chaque année à 120 000 aux États-Unis et 20 000 en France.

Quels sont les mécanismes de la prothèse du genou?

Au sein d’une articulation, le cartilage a pour fonction d’absorber les chocs et de favoriser le glissement de 2 surfaces, sans douleur ni frottement.

Ce tissu cartilagineux se régénère très lentement et l’arthrose ralentit encore sa régénération et la réparation des microblessures.

Les
cellules ne sont plus remplacées et le cartilage s’effrite, causant
frottements et douleurs entre les surfaces osseuses. Des phénomènes
inflammatoires se produisent, aggravant encore les lésions.
Dans la polyarthrite rhumatoïde, l’inflammation est chronique pour des raisons immunitaires et cause l’attaque du cartilage et des os.

Dans les 2 cas, quand le cartilage est détruit l’unique solution est le remplacement de l’articulation par une arthroplastie du genou.

Comment cela se manifeste-t-il ?

Les douleurs sont causées par l’inflammation de l’articulation appelée en terme médical « arthrite ».

L’ostéoarthrose est l’arthrite la plus courante et correspond à une affection dégénérative qui s’aggrave avec le temps.

L’arthrite se manifeste par une chaleur locale, un œdème de l’articulation, une rougeur et surtout une douleur qui devient chronique.

 

L’indication de l’opération chirurgicale dépend notamment de la gêne dite fonctionnelle :
marche difficile voire impossible, distance possible parcourue (on
parle de périmètre de marche), montée et descente des escaliers,
position assise possible ou difficile, déformation de l’articulation,
importance de l’œdème et de la douleur…

 

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

 

Il ne faut pas confondre prothèse partielle et prothèse totale de genou.

 

Il existe en effet 2 types de prothèses.

  • L’arthroplastie partielle du genou vise à remplacer la seule partie usée de l’articulation
  • tandis que l’arthroplastie du genou par prothèse totale vise à remplacer la totalité du genou, y compris selon les cas la rotule en utilisant un insert rotulien.

 

Y a-t-il une prévention possible ?

 

L’arthroplastie est réservée aux stades avancés
d’atteinte de l’articulation lorsque la douleur est permanente (marche,
repos) ou que le retentissement fonctionnel est très important, rendant
la marche impossible.

À un stade plus précoce, l’ostéoarthrose du genou peut bénéficier d’un traitement dit conservateur et de mesures de prévention
visant à retarder l’évolution. Ce traitement est axé sur la prise en
charge de la douleur (médicaments, attelle, massage, acupuncture…), des
exercices de renforcement et d’étirement.

Parmi les facteurs favorisant l’arthrose et qui peuvent être prévenus, les traumatismes, liés par exemple au sport (football…) sont importants à prendre en compte. De même, la lutte contre le surpoids permet de limiter l’arthrose du genou.

 

À quel moment consulter ?

Il est nécessaire de consulter précocement en cas de douleurs ou de gonflement articulaires.

 

En effet, les phénomènes inflammatoires locaux aggravent la destruction du cartilage et les symptômes, précipitant la nécessité d’une intervention chirurgicale.

 

La prise en charge précoce permet de réduire l’inflammation et la douleur, et d’envisager un traitement conservateur.

 

Que fait le médecin ?

Le médecin et le chirurgien orthopédiste évaluent par l’interrogatoire et l’examen clinique le retentissement de l’atteinte.

 

Des examens complémentaires radiologiques
(radiographies, scanner ou imagerie par résonance magnétique [IRM])
fournissent quant à eux des images plus précises des lésions.

Si l’intervention est décidée, elle a lieu au cours d’une hospitalisation de quelques jours et nécessite une anesthésie générale, ou une rachianesthésie ou une anesthésie péridurale (moitié inférieure du corps insensibilisée).

 

Il est par ailleurs recommandé que le médecin traitant prescrive 10 séances de kinésithérapie préopératoire, afin d’établir un premier contact et de débuter un traitement préparatoire.

L’arthroplastie totale du genou est proposée en cas d’arthrose ou d’arthrite importante ; l’arthroplastie partielle du genou est quant à elle réalisée si l’arthrose
ne touche qu’un seul compartiment de l’articulation. Seul ce dernier
sera alors remplacé. L’incision est plus petite pour cette opération
partielle, avec une convalescence plus courte.

En fonction du
type d’arthroplastie choisi, l’intervention dure de 1 à 2 heures avec
une durée d’hospitalisation de 3 à 10 jours.

La rééducation
est extrêmement importante en période postopératoire. La physiothérapie
permet au genou artificiel de fonctionner et d’éviter raidissement et
affaiblissement musculaire. Cette rééducation peut avoir lieu lors d’une
hospitalisation dans une structure spécialisée ou en ambulatoire.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

Il est normal qu’après l’intervention le genou soit raide et douloureux.

 

La douleur est prise en charge par les médicaments antalgiques,
qu’il faut prendre avant d’avoir mal (heures régulières, avant les
exercices…), et par de petits moyens (surélever la jambe pour diminuer
l’œdème, application de glace…).

Les exercices
permettent quant à eux de lutter contre la raideur : contracter les
muscles de la cuisse, puis exercices d’amplitude (plier et déplier la
jambe…), étirer l’articulation…

Il faut éviter à tout prix de rester immobile et inactif.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes

TAG : genou