Définition de l’astigmatisme

Définition de l’astigmatisme

 

La lumière pénètre à l’intérieur de l’œil grâce notamment à la cornée,
membrane située à sa surface. L’astigmatisme correspond à une anomalie
de cette cornée, qui au lieu d’être parfaitement arrondie (par exemple
comme une balle de ping-pong coupée en deux), est ovale (comme le dos
d’une cuillère à café). La conséquence est une distorsion de la lumière
qui pénètre à l’intérieur de l’œil et diffuse de manière anormale
(distorsion visuelle) : les rayons lumineux qui pénètrent dans l’œil
sont nets dans une direction mais brouillés dans une autre. Ce trouble de la diffusion de la lumière est appelé par les médecins trouble de la réfraction.

 

Causes et mécanismes de l’astigmatisme

 

Aucune cause d’astigmatisme n’est connue, mais cette maladie peut être héréditaire. Certaines causes sont évoquées, comme une position incorrecte ou la répétition de travaux en vision de près.
Aucune cornée n’étant parfaitement ronde, on considère que chaque individu présente un astigmatisme a minima. L’astigmatisme est très souvent associé à d’autres troubles comme une myopie ou une hypermétropie.

Dans un œil normal avec une cornée parfaitement lisse et sphérique
(même courbure dans toutes les directions), les rayons lumineux
traversent et sont dirigés en un seul point à la surface de la rétine.

En cas d’astigmatisme la cornée n’est pas parfaitement sphérique, et ce défaut de courbure fait dévier les rayons lumineux non pas en un seul point mais en plusieurs points sur la rétine. L’image interprétée par le cerveau est donc distordue.
En fonction de la projection des points lumineux par rapport à la rétine, on parle d’une part d’astigmatisme hypermétropique (la focale est derrière la rétine) ou myopique
(la focale est devant la rétine), et d’autre part d’astigmatisme simple
(la courbure de la cornée n’est déformée que suivant un axe), composé
(la courbure de la cornée est déformée suivant 2 axes) ou mixte (une
focale est en avant de la rétine et l’autre en arrière).

 

Symptômes et signes de l’astigmatisme

Les symptômes de l’astigmatisme sont généralement peu importants. Il se manifeste par une déformation des objets et parfois une fatigue oculaire (avec rougeur et maux de têtes).
Ces
signes se majorent lors d’un effort visuel prolongé, qu’il soit en
vision de près ou de loin. Plus rarement, l’astigmate peut voir double avec l’œil atteint ; on parle alors de diplopie monoculaire.

Astigmatisme Prévention

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

 

Il ne faut pas confondre avec les autres anomalies de réfraction liées à la forme de l’œil, dont les principales sont :

 

  • la myopie
    (œil trop convergent pour sa longueur ou trop long pour sa puissance,
    avec une image de l’objet observé qui se forme en avant de la rétine) :
    bonne vision de près mais pas de loin ;
  • l’hypermétropie
    (œil pas assez convergent pour sa longueur ou trop court pour sa
    puissance, avec une image qui se forme en arrière de la rétine) : bonne
    vision de loin mais pas de près ;
  • la presbytie
    (perte du pouvoir d’accommodation, c’est-à-dire du pouvoir de
    convergence de l’œil, liée à l’âge) : les objets rapprochés sont flous,
    obligeant à les éloigner.

 

Y a-t-il une prévention possible ?

Même si certaines causes ont été évoquées (position incorrecte, répétition de travaux en vision de près…), aucune prévention n’est efficace dans l’astigmatisme.
La seule prévention est le repérage précoce des troubles visuels. En
cas de vision floue, de fatigue visuelle voire de migraines ou maux de
têtes, un contrôle ophtalmologique s’impose.

Astigmatisme Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?

En cas de symptômes ou de fatigue visuels, un examen ophtalmologique permet de dépister les troubles de l’acuité visuelle et de la réfraction, dont l’astigmatisme.

En revanche, en cas de symptômes
comme l’apparition d’un halo, de différences d’intensité ou encore de
points scintillants, il est nécessaire de consulter en urgence car ils
évoquent d’autres pathologies (glaucome, cataracte, anomalie de la rétine…).

 

Que fait le médecin ?

Le médecin ophtalmologiste confirme le diagnostic d’astigmatisme. Il peut mesurer la valeur et l’axe de l’astigmatisme grâce à plusieurs appareils (ophtalmomètre de Javal, skiascopie et aujourd’hui utilisation de réfractomètres automatiques).

Il
prescrit si nécessaire une correction par le port de lunettes ou de
lentilles de contact, voire par un traitement chirurgical définitif.

Les lunettes et les lentilles de contact sont équipées d’un composant supplémentaire appelé lentille torique, dont la fonction est de réfracter la lumière et de contrebalancer les effets de l’astigmatisme.

 

La chirurgie réfractive corrige l’astigmatisme en abrasant (photoablation) en surface la cornée (kératotomie au laser Excimer). Une fine partie de la cornée est enlevée, pour lui redonner une forme sphérique et lui permettre de réfracter la lumière correctement.
Cette chirurgie de l’astigmatisme est souvent réservée aux forts astigmatismes et/ou en cas d’association à une myopie.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?


Il est important de préciser dans quelles circonstances vos troubles de la vision apparaissent :
fin de journée, lecture de près… Ces indications guideront le médecin
ophtalmologiste dans ses examens. Compte tenu des délais de rendez-vous,
anticipez et n’attendez pas que les troubles s’aggravent pour
consulter.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes