Qu’est-ce que le cancer du sang ?

Qu’est-ce que le cancer du sang ?

Même si l’on distingue les leucémies chroniques
des leucémies aiguës, dans tous les cas, cette maladie, qui affecte le
système sanguin, se traduit principalement par l’infiltration de
cellules tumorales dans la moelle osseuse ainsi que dans le sang. La
moelle osseuse (dite « rouge », à ne pas confondre avec la moelle
épinière) se trouve dans les os plats : crâne, os iliaque (os du
bassin), côtes, sternum et colonne vertébrale. Dans cette moelle sont
fabriqués les trois différents types de cellules sanguines : globules
rouges, globules blancs et plaquettes. Toutes ces cellules sont
fabriquées à partir de cellules-souches uniques lors d’un processus
complexe, appelé « l’hématopoïèse », qui permet leur différenciation.
Selon
le type de cellules sanguines touchées, mais aussi selon le stade de
l’hématopoïèse affecté par la maladie, les leucémies prennent des formes
variées. Leurs symptômes, leur évolution et leurs traitements seront ainsi différents.

 

Causes et caractéristiques de la leucémie myéloïde aiguë

On
parle de leucémie aiguë quand l’hématopoïèse est bloquée à un stade
précoce de la fabrication des cellules sanguines. Les cellules malignes
qui prolifèrent sont alors immatures (on parle de cellules « blastiques
»). Elles correspondent à des formes d’évolution rapide mettant en jeu
la vie des patients à court terme (par opposition aux formes chroniques). Parmi les leucémies aiguës, on différencie les leucémies aiguës lymphoblastiques, qui touchent la lignée des lymphocytes
(une catégorie de globules blancs impliquée dans le système
immunitaire), des leucémies aiguës myéloblastiques, qui elles peuvent
affecter les précurseurs de toutes les autres cellules fabriquées par la
moelle osseuse (globules rouges, plaquettes, certains autres globules
blancs comme les polynucléaires).

  

Symptômes de la leucémie myéloïde aiguë

Le plus souvent la leucémie aiguë s’installe brutalement en quelques jours, sans signes avant-coureurs, avec une rapide altération de l’état général et une association de symptômes.
Ceux-ci traduisent souvent l’incapacité de la moelle osseuse à
fabriquer normalement les globules du sang, en raison de la
prolifération des cellules leucémiques. Ainsi, la diminution de la
fabrication des globules rouges provoque une anémie dont les signes
cliniques principaux sont : pâleur, essoufflement, fatigue,
accélération du rythme cardiaque… La diminution du taux de plaquettes
expose aux saignements, hématomes, hémorragies
gingivales ou cutanées. Enfin, la réduction du nombre de globules
blancs (polynucléaires) risque d’entraîner des problèmes infectieux.

 

Diagnostic de la leucémie myéloïde aiguë

Le
diagnostic de leucémie aiguë ne peut pas être établi après une seule
analyse de sang. Il est indispensable de procéder à un examen
cytologique des cellules de la moelle osseuse. Cet examen consiste en
l’analyse morphologique des cellules de la moelle après prélèvement de
ces cellules par un myélogramme. Le myélogramme est effectué sous anesthésie locale, par ponction
dans le sternum ou dans l’épine iliaque. L’analyse morphologique de ces
cellules permet ainsi de définir la sous-catégorie de leucémie aiguë :
leucémie aiguë lymphoblastique ou leucémie aiguë myéloblastique.
D’autres examens biologiques permettent d’obtenir des données
complémentaires pour mieux caractériser les cellules de la maladie.
Étude des protéines cellulaires (phénotype), et étude des chromosomes de la cellule par caryotype permettent également d’affiner le diagnostic et le pronostic.

 

Traitements de la leucémie myéloïde aiguë

Le
traitement consiste en l’administration d’une polychimiothérapie, à
savoir l’utilisation d’une combinaison de plusieurs médicaments. La
première phase (la phase d’induction) consiste en une chimiothérapie
et a pour but la destruction des cellules leucémiques. Toutefois, elle
détruit également, de manière transitoire, les cellules normales de la
moelle et du sang, ce qui est responsable chez le patient d’une phase
dite d’aplasie (absence transitoire dans le sang des cellules sanguines
normales). Cet état doit être rigoureusement surveillé car il augmente
le risque infectieux. Puis, le taux de cellules sanguines remonte, et le
patient sort de l’aplasie dans laquelle il se trouvait.
D’autres séquences de chimiothérapie (dites de consolidation) doivent alors être entreprises, dont les modalités sont fonction de l’âge et du risque de récidive.
Chez
certains patients jeunes, dont la leucémie est à haut risque de
récidive, on peut procéder à une allogreffe de cellules souches
hématopoïétiques provenant de la moelle osseuse (« greffe de moelle »)
ou du sang (« greffe de cellules souches périphériques »), s’il existe
un donneur.

CATEGORIE : pathologies-et-symptomes

TAG : leucémie, myéloïde, cancer, sang