Définition de la néphropathie diabètique

Définition de la néphropathie diabètique

La néphropathie diabétique est l’atteinte des reins entraînant à terme une insuffisance rénale
et une dialyse (épuration du sang par une machine plusieurs fois par
semaine). La néphropathie diabétique ou glomérulopathie touche les
diabétiques et est de plus un facteur de risque de décès prématuré en
raison des autres complications du diabète (complication cardiaque
en particulier). Elle s’intègre dans les complications dites
microangiopathiques (atteinte des petits vaisseaux). Le dépistage est
essentiel, avec recherche de protéines dans les urines par des
bandelettes urinaires régulières.

 

Causes et risques de la néphropathie diabètique

Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente dans les pays industrialisés. Le diabète touche environ trois millions de sujets en France (Données de l’Assurance Maladie. In : Kusnik-Joinville O et al. Diabète
traité : quelles évolutions entre 2000 et 2005 ? Pratique et
Organisation des Soins 2007 ; 38 : 1-12). Ses complications, dont la néphropathie diabétique,
sont un enjeu de santé publique majeur, sur le plan tant médical
qu’économique. Environ 30 % des hommes et des femmes diabétiques sont
atteints de néphropathie diabétique après 15 ans d’évolution de la
maladie. 8 % des insuffisants rénaux en dialyse en France et jusqu’à
près de 25 % aux États-Unis sont des diabétiques.

 

Symptôme et mécanismes de la néphropathie diabètique

Le rein a un rôle de filtration du sang pour en évacuer les déchets. En début d’évolution du diabète, le débit sanguin rénal et le débit de filtration sont augmentés par un mécanisme impliquant directement le glucose et des hormones.
Cette augmentation du débit a des conséquences négatives sur les
vaisseaux sanguins, aboutissant à une atteinte rénale voire à une
insuffisance rénale.

Trois éléments déterminent cette atteinte :

 

Le contrôle de la glycémie

Les antécédents familiaux de maladie rénale

La durée du diabète

Néphropathie diabètique
Prévention

Comment se manifeste la néphropathie diabètique ?

La néphropathie est complètement asymptomatique au début. Aucune douleur ne se manifeste. Ce n’est qu’à un stade déjà évolué que les premiers signes apparaissent : l’hypertension artérielle (HTA) est à la fois cause et conséquence de la maladie. En cas d’insuffisance rénale, fatigue, infections urinaires, œdèmes des membres inférieurs
handicapent le quotidien. La dialyse voire la transplantation rénale
sont parfois les ultimes solutions, sinon l’insuffisance rénale
terminale est mortelle.

 

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

« Avoir mal aux reins » ne signifie pas avoir une insuffisance rénale ! La néphropathie diabétique et l’insuffisance rénale sont indolores.
Les causes d’insuffisance rénale sont très nombreuses, liées aux reins eux-mêmes, à des anomalies sanguines ou aux vaisseaux.
Enfin, les œdèmes des membres inférieurs
peuvent être synonymes d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance
veineuse ou de rétention d’eau, sans pour autant être liés à un
dysfonctionnement rénal.

Y a-t-il une prévention possible à la néphropathie diabètique ?

Les mesures préventives sont au nombre de trois :
1. La stricte normalisation glycémique
est impérative : adopter une alimentation équilibrée adaptée à son mode
de vie, exercer une activité physique régulière (par exemple, 30
minutes de marche trois fois par semaine), respecter une bonne
observance du traitement prescrit.
2. La réduction de la pression artérielle est elle aussi prioritaire car l’HTA aggrave la fonction rénale : régime pauvre en sel, médicaments antihypertenseurs.
3. Enfin, il est souhaitable de réduire la ration protidique de l’alimentation.

Néphropathie diabètique
Préparer sa consultation

Néphropathie diabètique : à quel moment consulter ?

Le dépistage systématique de la néphropathie diabétique passe par une recherche annuelle de protéines dans les urines
: une bandelette urinaire voire un dosage sur les urines de 24 heures
mettent en évidence une protéinurie (protéines dans les urines) ou une microalbuminurie (albumine en très faibles quantités) à un stade plus précoce. De même, une prise de sang permet de vérifier la fonction rénale par la mesure de la créatinine.

 

Que fait le médecin ?

Le médecin a pour objectif de prévenir la néphropathie et donc d’obtenir le meilleur contrôle possible de la glycémie. La réalisation de cet objectif passe par un traitement intensif du diabète (régime alimentaire, médicaments, insuline…) mais aussi des autres facteurs de risque (hypertension artérielle par exemple).

Il effectue ensuite un dépistage annuel,
ou plusieurs fois par an (urines, prise de sang). En cas d’anomalie,
des traitements qui protègent la fonction rénale seront proposés. En cas
d’anomalies sévères, il pourra vous orienter vers un néphrologue, médecin spécialiste du rein. Dialyse voire transplantation rénale sont parfois les seules solutions thérapeutiques.

Comment préparer ma prochaine consultation ?

L’observance du traitement et le strict suivi des examens
prescrits (dépistage annuel de la protéinurie, suivi tous les trois à
quatre mois de l’HbA1c…) permettent de protéger au mieux les reins du
diabétique.

CATEGORIE : pathologies-et-symptomes

TAG : néphropathie, diabète, diabétique, insuffisance rénale