Définition de la prostate

Définition de la prostate

La prostate
est une glande génitale masculine de la taille d’une châtaigne située
juste au-dessous de la vessie. Elle est traversée par l’urètre, le canal
qui permet l’évacuation des urines et du sperme.

 

De la taille d’une châtaigne, la prostate peut augmenter de volume. On appelle ce phénomène l’hyperplasie bénigne de la prostate (ou HBP).

 

C’est une cause courante d’apparition de troubles urinaires. Tout symptôme de ce type n’est donc pas systématiquement en rapport avec un cancer de la prostate.

 

Le cancer de la prostate en chiffres

C’est le cancer le plus fréquent de tous les cancers
en France (données 2005). 62 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en
2005. C’est le 4ème en termes de mortalité avec environ 9 000 décès par
an.

 

Les causes du cancer de la prostate

 

Certains facteurs semblent augmenter le risque de développer un cancer de la prostate.

Hérédité :

Les formes héréditaires (au moins trois cas chez les apparentés au premier degré) ne représentent que 5 à 10 % des cancers de la prostate. Le risque est clairement plus élevé chez les hommes dont la famille est touchée par le cancer de la prostate.

Comportement alimentaire :

Une
consommation excessive de graisses animales, notamment celles des
viandes rouges, serait susceptible d’augmenter l’incidence de la
maladie.

 

L’âge avancé :

95 % des cas surviennent après 57 ans. Chez des hommes de 90 ans, on estime qu’il existe 30 % de cancers de la prostate occultes et qui ne seront pas la cause du décès.

 

Les symptômes du cancer de la prostate

 

Le plus souvent, le cancer de la prostate reste longtemps silencieux. Quand il se manifeste, les signes les plus fréquents sont des troubles urinaires ou des difficultés à l’éjaculation.

 

Le dépistage du cancer de la prostate

Vers
cinquante ans, à l’occasion d’une visite, le médecin traitant peut
pratiquer un toucher rectal qui lui permettra de détecter éventuellement
une augmentation de volume, une induration ou toute anomalie.

 

Il peut alors prescrire des examens complémentaires en particulier le taux de PSA (dosage de l’antigène spécifique de la prostate)
et une visite auprès d’un urologue. Celui-ci pourra pratiquer des
examens complémentaires et, si nécessaire, des prélèvements (sous
anesthésie locale) pour analyse au microscope.

 

Les traitements du cancer de la prostate

 

Plusieurs options thérapeutiques s’offrent aux patients et aux médecins en fonction du stade du cancer de la prostate, mais aussi en fonction de l’âge des patients : la surveillance, la chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et la chimiothérapie.

On peut ainsi procéder en chirurgie à une prostatectomie totale c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de la prostate dans son intégralité ainsi que des tissus voisins.

Il peut également être procéder à une radiothérapie externe ; elle consiste à administrer des rayonnements directement sur la tumeur.

 

On peut également envisager une curiethérapie, une radiothérapie interne qui consiste à placer une source radioactive directement dans la prostate.

Enfin, l’hormonothérapie désigne les traitements qui contrôlent la croissance de la tumeur en régulant les hormones. Elle vise en particulier à contrôler l’action de l’une d’elles, la testostérone qui joue un rôle essentiel dans le cancer de la prostate en accélérant son évolution.

CATEGORIE : pathologies-et-symptomes

TAG : cancer de la prostate, homme, vessie, urètre