Origines des Pellicules des cheveux

Origines des Pellicules des cheveux

Comme la peau, le cuir chevelu se renouvelle en éliminant en permanence les cellules “mortes” superficielles, ou squames. Ce phénomène qu’on appelle la desquamation passe normalement totalement inaperçu.
Lorsque l’élimination de ces cellules devient plus importante, les squames
sont plus nombreuses et plus épaisses, s’agglomèrent entre elles, et
deviennent alors très visibles, qu’elles restent accrochées à la racine
des cheveux ou tombent sur les épaules.

 

Differents types de pellicules

 

Les pellicules sèches

Les
pellicules sèches, parfois appelées “pityriasis simplex capitis” (mais
sans rapport avec le  champignon provoquant le pityriasis versicolor),
sont de petite taille, blanches et tombent “en neige” sur les vêtements.
Elles sont généralement associées à un cuir chevelu sec. 

 

Les pellicules grasses

Les
pellicules grasses (ou pityriasis stéatoïde) sont plus grandes, plus
épaisses, souvent jaunâtres. Elles surviennent sur les cuirs chevelus
gras, avec surproduction de sébum. Les pellicules s’agglomèrent avec
l’excès de sébum, jusqu’à former une couche épaisse qui colle au cuir
chevelu et à la racine des cheveux.

 

Risques et conséquences des pellicules des cheveux

La
présence de pellicules sur le cuir chevelu, l’accumulation de
sécrétions sébacées, les lésions dues au grattage, provoquent un cercle «
vicieux » avec une inflammation qui favorise la surinfection par des bactéries ou des champignons, et cette surinfection augmente la formation de pellicules.  

 

Pourquoi a-t-on des pellicules dans nos cheveux ?

Lorsque 
des agressions externes ou des dérèglements internes irritent ou
dessèchent le cuir chevelu, celui-ci réagit en fabriquant et en
éliminant plus de cellules.

 

Les causes locales
Tout
ce qui irrite le cuir chevelu est susceptible de provoquer des
pellicules : transpiration, chaleur (exposition au soleil, utilisation
du sèche-cheveux répétée ou à trop haute température), climatisation ou
chauffage excessif, exposition à des atmosphères chargées en poussières,
colorations, mauvaise hygiène du cuir chevelu, shampoings agressifs,
port fréquent de casquettes, chapeaux ou de “charlottes” enserrant les
cheveux dans certaines professions (médicales ou paramédicales,
industrie agroalimentaire…etc.).

 

Le mauvais état général

Le cuir chevelu est particulièrement sensible aux modifications hormonales lors de la puberté, de la grossesse, de la ménopause ou par la prise de contraceptifs, ainsi qu’à une alimentation déséquilibrée, à un manque de sommeil,  à un tabagisme actif ou passif. Des situations d’anxiété ou de stress peuvent aussi entrainer la formation de pellicules.

Pellicules du cuir chevelu – Prévention

Peut-on prévenir les pellicules ?

 

Le
terme de “cuir” chevelu ne doit pas faire oublier qu’il est
pratiquement aussi fragile que la peau et comme tel ne doit pas être
agressé. Les shampoings doivent débarrasser cheveux et cuir chevelu des
impuretés et du sébum accumulé, mais sans excès : les produits qui
dessèchent le cuir chevelu, même en cas de cheveux gras, entrainent par
réaction une sécrétion augmentée de sébum.
Il ne faut pas écouter le
mythe qui recommande « de ne pas trop laver les cheveux pour ne pas
agresser le cuir chevelu » : des shampooing  doux plus rapprochés, tous
les 2 jours par exemple, permettent souvent de contrôler correctement un
état pelliculaire simple.
Surtout, les shampoings doivent être bien rincés, et le sèche-cheveux utilisé à basse température. 
 
 
Avec quoi ne faut-il pas confondre les pellicules ?


Il est facile de reconnaître des pellicules qui ne doivent cependant pas être confondues avec :
1-
la dermite séborrhéique est une maladie inflammatoire de la peau et du
cuir chevelu; elle est provoquée par une hypersécrétion des glandes
sébacées qui favorise le développement d’un champignon qui entretient et
aggrave la dermite séborrhéique. Les pellicules épaisses s’accompagnent
de lésions rouges et suintantes du cuir chevelu et de démangeaisons
souvent importantes. 
2- le psoriasis est une maladie de peau provoquant des squames à divers endroits du corps, dont au niveau du cuir chevelu. Les squames
sont épaisses et très bien limitées. L’existence de lésions
desquamantes en d’autres endroits du corps (coudes, genoux surtout)
permet de faire le diagnostic. 

Pellicules du cuir chevelu – Consultation

Quand consulter votre médecin traitant ?


Quand les pellicules sont très abondantes ou ne disparaissent pas avec des shampoings antipelliculaires. Ou quand les démangeaisons sont difficiles à calmer, et le cuir chevelu très rouge.
Le médecin confirme qu’il s’agit bien de pellicules et non d’un psoriasis ou d’une dermatite séborrhéique. Il recherche la ou les causes des pellicules et propose un traitement adapté en fonction du type de cuir chevelu.
Des pellicules rebelles peuvent motiver une consultation dermatologique car il est parfois difficile de faire la part entre pellicules simples et dermite séborrhéique : dans ce cas, des shampooing médicamenteux à base de kétoconazole ou ciclopirox olamine délivrés sur prescription médicale uniquement sont utiles.

Quelle est la conduite à tenir face à des pellicules ?

 
Il faut s’abstenir de chercher à éliminer les pellicules en grattant ou en brossant vigoureusement le cuir chevelu.

L’offre de shampoings antipelliculaires est particulièrement riche : on choisit un shampoing antipelliculaire doux, de préférence à usage fréquent. Si les cuirs chevelus secs bénéficient bien sûr des shampoings “spécial cheveux secs”, il semble préférable d’utiliser sur cuir chevelu gras des shampooings
cheveux gras ou normaux mais qui ne dessèchent pas trop. Il ne faut pas
éliminer totalement le sébum qui normalement a un rôle protecteur
vis-à-vis des cheveux et du cuir chevelu.

Parallèlement on veille à un rythme de sommeil et une alimentation équilibrés.

La prescription de shampoing ou de produits visant à traiter la surinfection par des bactéries ou une mycose, ou à diminuer l’hypersécrétion sébacée est du ressort du médecin.

CATEGORIE : bien-etre-et-beaute