Grippe : définition

Grippe : définition 

La grippe est une maladie infectieuse virale. Le virus de la grippe, de la famille des Myxovirus, s’attaque principalement aux voies respiratoires supérieures (nez, gorge, bronches) et parfois aux poumons. Les virus mutent d’une année sur l’autre et sont extrêmement contagieux : ils se propagent dans le monde sous la forme d’épidémies parfois dramatiques (grippe espagnole en 1918 et 1919 avec 40 millions de morts, grippe asiatique en 1957 et grippe de Hong Kong en 1968).

 

Risques et conséquences de la grippe

La grippe, bénigne
chez les sujets bien portants, peut avoir des conséquences mortelles
chez les plus jeunes ou les personnes âgées et/ou malades
(diabète, cancer,
problèmes cardiaques ou rénaux). Chaque année, 5 à 15 % de la
population sont touchés lors des épidémies courantes, avec des
répercussions économiques importantes (arrêt de travail, baisse de
productivité…) et 5 millions de cas graves dont 250 000 à 500 000
mortels. En France, les décès surviennent surtout chez les personnes de
plus de 65 ans.

 

Causes et mécanismes de la grippe

Les virus de la grippe qui circulent de nos jours et provoquent les épidémies humaines sont de deux types : A et B. Ces virus
sont génétiquement programmés pour pouvoir muter très facilement, avec
des modifications mineures mais imposant de reformuler les vaccins chaque année.

Ces virus de la grippe se transmettent très facilement d’une personne à une autre par voie aérienne, via les microgouttelettes et les particules expulsées lors de la toux ou des éternuements. Le virus pénètre par la bouche et le nez et contamine l’organisme.

Fortes concentrations de populations et temps sec et froid sont autant de conditions favorables à la propagation de la grippe.

 

Symptômes et signes de la grippe

Les premiers symptômes apparaissent quelques jours après la contamination (1 à 4 jours), mais le patient est déjà contagieux avant l’apparition des symptômes. La grippe dure environ une semaine et se caractérise par une forte fièvre brutale, des signes de courbatures et des douleurs musculaires, des céphalées et une sensation de malaise. Toux sèche, gorge irritée et rhinite (nez qui coule) orientent vers le diagnostic, d’autant que l’entourage est également atteint.

Les symptômes régressent spontanément ou grâce au traitement symptomatique en 1 à 2 semaines.

Chez les patients fragilisés, des complications de la grippe peuvent survenir sous la forme de surinfections bactériennes, d’atteintes extrapulmonaires (troubles digestifs, méningite…) voire de grippe maligne mortelle (insuffisance respiratoire aiguë).


Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

La grippe saisonnière ne doit pas être confondue avec la grippe aviaire ou « influenza aviaire » qui ne touche pour l’instant que les oiseaux. Les virus de la grippe aviaire sont en effet incapables de contaminer directement l’être humain.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre la grippe, d’origine virale, avec d’autres infections d’origine bactérienne. Les antibiotiques sont dans le cas de la grippe complètement inefficaces sur les virus.

 

Y a-t-il une prévention possible ?

La vaccination reste le principal moyen de prévention de la grippe pour limiter la propagation de l’épidémie et éviter les complications.

Toutes
les personnes âgées et toutes les personnes à haut risque de
complication doivent en bénéficier car elle réduit la mortalité de 70 à
80 %. Les virus grippaux étant en constante mutation, les vaccins sont adaptés chaque année par le réseau mondial de l’Organisation mondiale de la Santé.

L’Assurance
Maladie prend en charge la vaccination des personnes âgées de plus de
65 ans et des patients, quel que soit l’âge, atteints des maladies
chroniques suivantes :

–  diabète de type 1 et diabète de type 2 ;

–  accident vasculaire cérébral invalidant ;

–  néphropathies chroniques graves et syndromes néphrotiques primitifs ;

–  forme grave des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;

–  mucoviscidose ;

–  insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;

–  insuffisance respiratoire chronique grave ;

–  déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l’immunodéficience humaine ;

–  drépanocytose ;

–  asthme ou bronchopneumopathie chronique obstructive ;

– 
enfants et adolescents, de 6 mois à 18 ans, dont l’état de santé
nécessite un traitement prolongé par l’acide acétylsalicylique (syndrome
de Kawasaki compliqué et arthrite chronique juvénile).


À quel moment consulter ?

Chez l’adulte jeune et exempt de pathologies, l’évolution de la grippe est le plus souvent favorable spontanément ou avec des traitements symptomatiques en libre accès à la pharmacie. En revanche, en cas de grippe chez une personne fragile (jeune enfant, personne de plus de 65 ans, maladie chronique…), une consultation rapide est nécessaire.

 

Que fait le médecin ?

Le médecin confirme le diagnostic sur l’interrogatoire et l’examen clinique. Le contexte épidémique, de même que les bulletins sanitaires de progression de la grippe aident à faire le diagnostic de présomption.

Pour les cas non compliqués, aucun prélèvement ni examen n’est nécessaire. Le traitement est symptomatique, visant à faire baisser la fièvre et calmer les douleurs. Les antibiotiques sont des agents antibactériens sans action sur les virus et ne sont donc pas indiqués dans le traitement de la grippe (sauf en cas de surinfection bactérienne).

Les antiviraux peuvent être utiles dans certaines indications mais ne remplacent pas le vaccin.

En cas d’atteinte grave, une hospitalisation peut être indispensable, parfois en réanimation.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

Toute aggravation ou persistance des signes au-delà de 7 jours doit faire consulter un médecin. Dans tous les cas et pour éviter de contaminer son entourage, des mesures simples sont à adopter
: se couvrir la bouche en éternuant, se moucher dans des mouchoirs en
papier jetables, éviter de serrer les mains, d’embrasser, se laver
fréquemment les mains ou se désinfecter les mains avec une solution
hydroalcoolique et au mieux porter un masque type chirurgical.

 

 CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes