Définition de l’hernie hiatale

Définition de l’hernie hiatale

 

La hernie hiatale
désigne le passage d’une partie de l’estomac à travers le diaphragme ;
une partie de l’estomac (normalement positionné dans l’abdomen) se
retrouve donc dans le thorax et est responsable de symptômes comme le reflux gastroœsophagien (RGO). Hernie hiatale et RGO sont souvent associés mais ne sont pas synonymes ; une hernie hiatale peut exister sans reflux et un reflux peut avoir lieu sans hernie hiatale.

 

On distingue deux types de hernies hiatales : la hernie hiatale par glissement (la jonction œsophage-estomac ou cardia et une partie de l’estomac ascensionnent dans le thorax) et la hernie par roulement (le cardia reste en place).

La hernie hiatale peut être permanente ou intermittente.

 

Origines et risques des hernies hiatales

La hernie hiatale par glissement est la plus fréquente (90 % des cas).

 

Aucune cause précise n’est incriminée pour expliquer le développement d’une hernie, mais des facteurs de risque comme l’obésité, des anomalies congénitales de l’œsophage ou un traumatisme sont souvent retrouvés.

L’association RGO et hernie hiatale est très fréquente, et on estime que 10 % de la population est atteinte de reflux.

 

Causes d’une hernie hiatale

Dans la hernie hiatale,
les fixations de l’estomac et de l’extrémité inférieure de l’œsophage
sont défaillantes et provoquent le glissement ou le roulement au travers
de l’orifice du diaphragme, censé séparer le thorax de l’abdomen.

Ainsi, toute augmentation de la pression abdominale (obésité, traumatisme…) va faciliter l’ascension dans le thorax et créer une hernie. La hernie facilite alors le reflux du contenu acide de l’estomac vers l’œsophage.

 

Symptômes et signes de l’hernie hiatale

La hernie hiatale intermittente ou de petite taille ne se manifeste par aucun symptôme.

En cas de manifestations, le principal signe
est le RGO, qui survient classiquement en position allongée ou penchée
en avant (en laçant ses chaussures par exemple) après les repas.

Des signes de douleurs à la poitrine à type de brûlures derrière le sternum, un essoufflement ou encore des épisodes de toux nocturne peuvent révéler la hernie hiatale.


Avec quoi ne faut-il pas confondre une hernie hiatale ?

 

Toute douleur thoracique peut révéler un problème cardiaque ou pulmonaire grave.

Le
message clé est que toute douleur intense et prolongée dans la poitrine
nécessite un appel au SAMU Centre 15 pour réaliser un
électrocardiogramme.

Il ne faut pas confondre non plus le terme « hernie hiatale » avec le terme « hernie discale » (saillie du disque entre les vertèbres, responsable de sciatique) ou « hernie crurale » (hernie au niveau du pli de l’aine).

 

Y a-t-il une prévention possible aux hernies hiatales ?

 

En cas de hernie hiatale avec ou sans reflux gastroœsophagien, des conseils hygiénodiététiques s’imposent.

Il convient d’éviter de se coucher immédiatement après les repas car la position allongée favorise le reflux, et de surélever la tête du lit.

Les
repas doivent être pris en plus petites quantités (quitte à augmenter
le nombre de repas) et les excitants (café, thé, tabac…) ou épices sont à
éviter.

La lutte contre le surpoids par une activité physique et une alimentation équilibrée permet de réduire la pression abdominale.

De même, les vêtements seront desserrés pour ne pas accentuer le reflux.


Traitement d’une hernie hiatale

 

Le traitement de la hernie hiatale n’est pas une urgence à proprement parler.

La
seule urgence chirurgicale est le volvulus de l’estomac ou torsion de
l’estomac, qui se traduit par une douleur intense dans le creux de
l’estomac avec vomissements. Une intervention en urgence est alors
requise.

 

Que fait le médecin face à une hernie hiatale ?

 

L’interrogatoire
sur les circonstances de déclenchement de la douleur (après les repas,
position allongée ou penchée en avant, sensation de brûlure…) oriente le
médecin vers le diagnostic de hernie hiatale et reflux.

L’examen
pour confirmer le diagnostic est une fibroscopie œsogastroduodénale,
réalisée en principe sous anesthésie locale et chez un
gastroentérologue. Elle visualise les muqueuses, confirme la position
anatomique et permet de faire des prélèvements.

En l’absence de symptômes, aucun traitement n’est nécessaire.

Le reflux
se traite par des médicaments antiacides en cas de brûlures, des
médicaments prokinétiques pour faciliter la vidange de l’estomac et des
antisécrétoires acides.

Si les symptômes persistent malgré un traitement bien conduit, un traitement chirurgical appelé cure de hernie
hiatale peut s’envisager. Il s’agit de repositionner l’estomac dans
l’abdomen et de créer un dispositif antireflux. Cette intervention peut
se réaliser par cœlioscopie.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

 

Repérez les situations qui améliorent ou aggravent les symptômes et parlez-en à votre médecin. Il pourra vous conseiller et adapter votre traitement.