La lithiase vésiculaire : définition

La lithiase vésiculaire : définition

La
lithiase vésiculaire est une maladie fréquente de la vésicule biliaire.
Lithiase vésiculaire signifie présence de calculs dans la vésicule. La
bile contient du cholestérol et d’autres constituants qui, lorsqu’ils sont en excès, forment des cristaux aussi durs que des pierres. On distingue les calculs de cholestérol
qui représentent 90 % des lithiases vésiculaires et les calculs
pigmentaires, de couleur brune ou noire. La plupart du temps, la
lithiase vésiculaire ne se manifeste pas, sauf si les calculs cherchent à
sortir de la vésicule.

 

Risques et origines de la lithiase vésiculaire

La
lithiase vésiculaire augmente avec l’âge, avec une fréquence de l’ordre
de 2-3 % à 20 ans, jusqu’à 25 % à 60 ans. On retrouve des facteurs prédisposant
à la lithiase vésiculaire comme le sexe féminin, l’âge, le surpoids ou
au contraire la perte rapide de poids, certaines maladies digestives
(maladie de Crohn), l’élévation des triglycérides/cholestérol, le terrain génétique et enfin certains médicaments (œstrogènes, hypolipémiants).

L’évolution de la lithiase est le plus souvent bénigne, mais des complications graves comme la rupture de la vésicule ou une pancréatite peuvent venir l’émailler. Le lien entre lithiase et cancer vésiculaire est peu connu, même si la majorité des patients atteints de ce cancer ont également des calculs dans la vésicule.

 

Causes et mécanismes de la lithiase vésiculaire

Anatomiquement,
la vésicule biliaire se situe du côté droit de l’abdomen, sous les
côtes, et a la forme d’un sac (ou d’une petite poche). La vésicule
biliaire contient de la bile liquide composée d’eau, de sels biliaires,
de pigments et de cholestérol, et participe à la digestion (des aliments gras, des vitamines D et E…).
En
cas d’excès d’un des composants de la bile, des cristaux se forment et
restent emprisonnés dans la vésicule sous forme de boue vésiculaire
(sludge) ou de véritables pierres.

Lithiase vésiculaire
Prévention

 

Comment cela se manifeste-t-il ?

Au stade non compliqué, la lithiase vésiculaire est asymptomatique. La majorité des patients souffrant de lithiase s’ignorent et le diagnostic est fait à l’occasion d’une échographie.

 

D’autres présentent des symptômes qui peuvent apparaître sous la forme de crises vésiculaires (coliques hépatiques) avec des épisodes de douleurs, en haut et à droite du ventre. Un fond douloureux constant
peut persister, et des troubles digestifs à type de vomissements,
ballonnements abdominaux, éructations, mauvaise digestion accompagnent
souvent les symptômes.

 

Avec quoi ne faut-il pas confondre la lithiase vésiculaire ?

Les troubles de la lithiase vésiculaire sont peu spécifiques et se retrouvent dans beaucoup de maladies digestives. Les brûlures d’estomac, le reflux gastroœsophagien ou encore une gastroentérite aiguë ou une intoxication alimentaire peuvent aussi se manifester par les mêmes symptômes. Parfois, seule l’échographie fera la différence.
Il ne faut pas confondre lithiase vésiculaire et lithiase rénale. Lithiase signifie « calculs » qui peuvent se former dans d’autres régions du corps, comme les reins (ils sont alors responsables de coliques néphrétiques).

 

Y a-t-il une prévention possible ?

Le surpoids mais aussi un amaigrissement trop rapide peuvent favoriser les lithiases. Le maintien d’un poids « de forme
» par une alimentation équilibrée est donc un objectif de prévention.
Une alimentation riche en fibres et pauvre en graisses est conseillée ; fruits, légumes frais, protéines végétales sont largement recommandés.
Une activité physique régulière est également bénéfique : 30
minutes d’activité physique (marche, jogging, vélo, natation…) trois
fois par semaine suffisent par exemple pour ne plus être sédentaire.


Lithiase vésiculaire
Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?

La répétition des crises ou la persistance d’un embarras gastrique ou d’un fond douloureux doivent motiver une consultation. L’apparition d’une fièvre peut traduire l’inflammation de la vésicule biliaire : on parle de cholécystite aiguë, qui nécessite un traitement antibiotique en urgence.

 

Que fait le médecin en cas de lithiase vésiculaire ?

Symptômes, facteurs de risque mais aussi pauvreté de l’examen clinique qui semble normal font soupçonner une lithiase vésiculaire. Le médecin prescrira volontiers une échographie,
meilleur examen pour détecter la présence de calculs. Radiographie de
l’abdomen, scanner ou analyses de sang sont moins sensibles pour faire
le diagnostic. L’échographie est un examen rapide, indolore,
qui ne nécessite aucune préparation particulière ; les calculs arrêtent
les ultrasons, avec un cône d’ombre postérieur caractéristique.

Pour la plupart des lithiases vésiculaires, l’abstention thérapeutique
est de mise. Pour d’autres, symptomatiques, l’ablation chirurgicale de
la vésicule biliaire, ou cholécystectomie, est la solution pour traiter
la lithiase. Des traitements non chirurgicaux existent également, mais sont réservés à certains types de calculs ; ils ont pour objectif de dissoudre ces calculs.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

En cas de découverte fortuite d’une lithiase vésiculaire (par exemple lors d’une échographie réalisée pour autre chose), aucune surveillance ni aucun traitement n’est justifié. Crises de colique hépatique, symptômes digestifs ou fièvre ne doivent pas être négligés et doivent être signalés au médecin traitant.

CATEGORIE : pathologies-et-symptomes

TAG : lithiase, vésicule