La toxicité hématologique chimio induite : Définition

La toxicité hématologique chimio induite : Définition

Les traitements de chimiothérapie anticancéreuse s’attaquent aux cellules qui se multiplient rapidement.

 

C’est
le cas des cellules cancéreuses mais, malheureusement, c’est aussi
celui de certaines cellules saines de l’organisme comme les cellules du
sang : certains protocoles de chimiothérapie
induisent en effet  la destruction des cellules de la moelle osseuse
qui donnent naissance aux globules rouges, aux globules blancs et aux
plaquettes.

 

On parle alors respectivement d’anémie, de leucopénie (ou de lymphopénie) et de thrombopénie.
Plusieurs de ces différentes anomalies peuvent coexister. Lorsque les
trois types de cellules sont touchés, on parle d’aplasie médullaire.

 

L’anémie

 
C’est
la diminution du nombre de globules rouges et du taux d’hémoglobine.
Elle entraîne principalement une fatigue intense. Elle peut notamment
survenir après un traitement à base de sels de platine. Un traitement
par érythropoïétine (EPO) ou par transfusion sanguine est envisagé en
cas d’anémie avérée.

 

La leucopénie

 
C’est la diminution du nombre des globules blancs ou leucocytes. La leucopénie réduit la résistance de l’organisme aux infections. Un traitement antibiotique est parfois administré de façon préventive.

 

Dans
certains cas, la prescription de facteurs de croissance leucocytaire
peut être envisagée pour limiter cette baisse et les complications qui
lui sont associées (injections sous-cutanées réalisables à domicile le
ou les jours suivants la chimiothérapie).

 

La thrombopénie

 

C’est diminution du nombre des plaquettes sanguines. Elle augmente le risque d’hémorragies. Selon le seuil atteint, il peut s’agir d’évènements mineurs (ecchymoses,
saignements de nez) ou majeurs (au niveau viscéral, méningé…). Elle est
corrigée par des transfusions régulières de plaquettes.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes

TAG : chimiothérapie