Oreillons : définition

Oreillons : définition

 

Les oreillons correspondent à une maladie infectieuse liée à un virus, le virus ourlien ou Paramyxovirus. Ce virus s’attaque de manière privilégiée aux glandes salivaires situées sous les oreilles (d’où le nom d’oreillons) et nommées les parotides, et aux nerfs.
Les
oreillons ne concernent que l’être humain, et la maladie est très
contagieuse de sept jours avant à sept jours après les premiers symptômes.

 

Risques et origines des oreillons

Les oreillons évoluent par poussées d’épidémies principalement l’hiver et dans les collectivités (écoles).

Les oreillons sont exceptionnels avant l’âge de 1 an car les anticorps maternels protègent solidement le nourrisson ; ils atteignent donc surtout les enfants prépubères.
La période d’incubation dure de 18 à 21 jours.

 

Causes et mécanismes des oreillons

Le virus des oreillons est un Paramyxovirus attiré par les glandes salivaires et les nerfs. Ce tropisme explique en grande partie les symptômes, c’est-à-dire linflammation de la glande parotide.

La transmission du virus se fait par voie aérienne à partir d’un individu contaminé.

L’immunité acquise après avoir été infecté est solide et dure toute la vie.

 

Symptômes et signes des oreillons

Les oreillons peuvent être totalement asymptomatiques ; ces formes sont les plus fréquentes.

Quand ils font parler d’eux, les oreillons se localisent… sous les oreilles sous la forme de parotidite.

La glande parotide est située sous l’oreille et en arrière de la mâchoire ; elle est le siège de symptômes de gonflement d’abord d’un seul côté puis des deux côtés (le visage se trouve déformé).

Des signes généraux accompagnent cette inflammation : fièvre (qui peut survenir 28 à 48 heures avant), mal à la gorge, ganglions…
Il est à noter que les symptômes généraux sont moins importants chez l’enfant que chez l’adulte.

Oreillons
Prévention

Avec quoi ne faut-il pas confondre les oreillons ?

Il ne faut pas confondre avec d’autres causes qui sont responsables d’une inflammation de la glande parotide : causes virales, bactériennes (surtout chez l’immunodéprimé) ou médicamenteuses.
Les lithiases salivaires ou calculs salivaires provoquent également une inflammation récidivante des glandes, survenant principalement autour des repas.

 

Y a-t-il une prévention possible aux oreillons ?

Les
oreillons sont contagieux et nécessitent donc un isolement et une
éviction scolaire de 15 jours. Il faut éviter le contact avec les femmes
enceintes, les adolescents ou hommes jeunes non protégés par la
vaccination ou n’ayant jamais développé la maladie.
La vaccination est efficace et confère une immunité importante ; elle est généralement associée au vaccin contre la rubéole
et la rougeole (ROR). Elle est proposée aux enfants de plus de 1 an,
chez l’adolescent ou la jeune femme non immunisée ou éventuellement
immédiatement après un contage.

Oreillons
Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?

 

Toute tuméfaction doit motiver une consultation médicale pour en établir le diagnostic.

Les oreillons ne représentent pas une urgence, d’autant plus qu’il n’existe pas de traitement spécifique. L’évolution se fait en 8 à 10 jours vers la guérison.
Néanmoins, une consultation s’impose pour confirmer le diagnostic et éliminer une autre cause (bactérienne).

 

Que fait le médecin ?

Le diagnostic est essentiellement clinique devant l’aspect de la tuméfaction, les signes ressentis et la notion éventuelle de contage. Le médecin palpera la tuméfaction (consistance ferme et élastique) et recherchera une turgescence du canal de Sténon (canal salivaire).
D’autres localisations seront recherchées comme les atteintes du pancréas (douleurs abdominales), l’orchite (tuméfaction des testicules…) ou la méningite.

Aucun examen complémentaire n’est habituellement prescrit, sauf cas atypique ou compliqué. Dans ce cas, l’isolement du virus est possible dans un prélèvement de salive ; de même, une prise de sang peut permettre de faire le diagnostic sérologique.

Le traitement est symptomatique : repos, bains de bouche, antalgiques (contre la douleur) et antipyrétiques (contre la fièvre).

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

Il convient de surveiller la fièvre : une recrudescence, des douleurs abdominales, une douleur testiculaire, font craindre une localisation extrasalivaire.

Une reconsultation médicale rapide s’impose alors.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes

TAG : virus ourlien, glandes salivaires, oreilles