Définition du botulisme alimentaire

Définition du botulisme alimentaire

 

Le botulisme est une maladie causée par une bactérie appelée Clostridium botulinum transmise par l’alimentation.

Clostridium
botulinum produit des toxines (les médecins parlent d’intoxination) qui
contaminent l’organisme humain et peuvent être mortelles.

 

Le botulisme est rare et le plus souvent transmis par voie alimentaire, plus rarement par blessure (contamination d’une blessure avec pénétration des toxines dans le sang).
La bactérie responsable du botulisme est très courante dans l’environnement comme le sol, l’eau ou les produits agricoles.

 

Risques et enjeux sanitaires de la bactérie

Le botulisme est une pathologie rare en France, avec une incidence de l’ordre de 0,5 pour 1 000 000 d’habitants.


Il s’agit d’une maladie à déclaration obligatoire.

Les
foyers de botulisme récents sont d’origine alimentaire, avec des
contaminations à partir de conserves familiales, de salaisons ou de
charcuteries.

Les toxines sont en général directement présentes dans
les aliments incriminés et la contamination d’une personne à une autre
est impossible.

La prévention passe par des mesures industrielles :
les fabricants de conserves par exemple sont tenus d’utiliser des
processus thermiques qui détruisent les spores de Clostridium botulinum.
Les nitrites ajoutés dans les aliments permettent également une réduction du risque de botulisme.

 

Causes et origine de la bactérie

Clostridium botulinum est une bactérie qui ne peut vivre en présence d’air (on parle de bactérie anaérobie stricte) et qui est très courante dans l’environnement.

Cette bactérie a la capacité de produire des toxines (on en dénombre 7 types, de A à G). Une fois dans l’organisme, par ingestion d’un aliment contaminé le plus souvent, ces toxines s’attaquent au système nerveux et provoquent des paralysies à l’origine des symptômes voire du décès.

 

Symptômes et signes d’une infection au botulisme

Les symptômes sont variables en fonction du type de toxine et de la quantité présente.

La durée d’incubation (délai entre l’exposition à la toxine et le début des symptômes) est de quelques heures (de 6 à 36 heures).

 

Les premiers symptômes sont des troubles neurologiques comme une vision double (on parle de diplopie) ou brouillée, des difficultés à parler ou à déglutir ou encore une sécheresse de la bouche ou des maux de tête.

Des signes de paralysies plus importantes concernent le visage (paralysie faciale), les muscles de la tête, de la poitrine et des membres.

La paralysie respiratoire peut entraîner le décès par asphyxie

Le botulisme alimentaire
Prévention

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

Il ne faut pas confondre le botulisme, qui est une maladie rare et grave, avec une banale toxi-infection alimentaire ou encore une gastroentérite virale.

 

Si les premiers symptômes sont parfois les mêmes (nausées, vomissements…), les signes neurologiques en font toute la gravité.

Par
ailleurs, les troubles neurologiques (troubles de la parole, paralysie
faciale ou d’un membre…) peuvent aussi être confondus avec un accident
vasculaire cérébral.

 

Dans tous les cas, un appel au SAMU-Centre 15 est nécessaire pour un avis médical en urgence.

 

Y a-t-il une prévention possible ?

Une des causes du botulisme alimentaire est la mise en conserve familiale (asperges, haricots, betteraves, viande…).

Il
est indispensable de suivre des règles d’hygiène strictes lors de la
préparation et de chauffer les aliments à des températures très élevées
avant de les consommer (les faire bouillir pendant 10 minutes).

Certaines
contaminations par le miel peuvent être évitées en ne donnant pas de
miel aux enfants avant l’âge de 1 an (après l’âge de 1 an, l’acidité de
l’estomac détruit la bactérie et évite ce mode de contamination).
Enfin,
l’inspection visuelle des boîtes de conserves peut alerter : ne pas
consommer par exemple en cas de boîte gonflée ou présentant une fuite.

Le botulisme alimentaire
Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?

L’apparition de symptômes neurologiques (paralysie faciale, difficultés d’élocution, troubles visuels comme une vision double…) ne doit jamais être négligée.

Un
appel au SAMU-Centre 15 permet un diagnostic et un traitement en
urgence quelle que soit la cause (botulisme, accident vasculaire
cérébral…).

 

Que fait le médecin ?

Le médecin peut poser le diagnostic sur les signes cliniques, notamment l’évolution des troubles neurologiques (paralysie descendante).

L’interrogatoire permet aussi d’aider au diagnostic en mettant en évidence une consommation récente de conserves « maison » ou l’existence d’autres cas similaires dans l’entourage.

Le diagnostic de botulisme est confirmé par la mise en évidence de la toxine dans le sang du malade (test de létalité sur souris).

 

Clostridium botulinum peut être recherché dans les selles et les aliments suspects.

Une fois diagnostiqué, une surveillance en réanimation est souvent nécessaire car le traitement est symptomatique avec assistance ventilatoire si besoin.

 

Les antibiotiques sont inefficaces.

Le botulisme peut être diagnostiqué rapidement et traité sans tarder au moyen d’une antitoxine.

 

Enfin, le médecin a l’obligation de déclarer la maladie aux autorités sanitaires, qui conduiront une enquête épidémiologique pour éviter que d’autres cas ne se produisent.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?

La surveillance est généralement faite lors d’une hospitalisation. Il est important de signaler toute difficulté respiratoire ou difficulté à avaler.

Ces premiers symptômes sont en effet les prémices à une insuffisance respiratoire pouvant nécessiter un transfert urgent en réanimation.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes