Définition de la bouche sèche



Définition de la bouche sèche

 

 

 

La sécheresse buccale
(ou xérostomie pour les médecins) est liée à la diminution ou à la
disparition de la sécrétion de salive dont le volume normal est compris
entre 500 à 1500 ml/jour.

La sécheresse buccale est fréquente et souvent secondaire à la prise de médicaments ou de substances irritantes pour les muqueuses. Non seulement elle est désagréable mais elle favorise les infections des dents et de la cavité buccale mais si elle se prolonge elle peut conduire à la dénutrition.

Quels sont les risques et les enjeux sanitaires de la bouche sèche ?

La sècheresse buccale concerne près d’un quart de la population et jusqu’à 30% des plus de 65 ans.

La salive aide au nettoyage des dents, de la plaque dentaire et des muqueuses buccales, leur permet de se défendre contre les infections et constitue la première étape de la digestion des aliments. La diminution de la salive favorise donc les petites plaies de la bouche (en particulier au niveau des prothèses dentaires), de la langue et des lèvres ; ainsi que les caries dentaires, les infections des gencives et les candidoses buccales, voire une atteinte osseuse des maxillaires.

La bouche sèche gêne la mastication, la digestion des aliments (les enzymes contenus dans la salive ramollissent le bol alimentaire), la déglutition et la parole. Chez les gens âgés, le manque de salive persistant risque d’aboutir à la dénutrition.

Symptômes de la bouche sèche

Ils sont nombreux :

 

Le manque de salive

 


Hyposialie pour les médecins, peut être passager après une
déshydratation, une hypersudation ou une diarrhée et se normalise après
une réhydratation correcte.

Mais dans la plupart des cas, la bouche sèche est secondaire à la

 

Prise d’un médicament

 


Lors des problèmes de bouche sèche, plus de 500 sont mis en cause ! Les
plus souvent impliqués sont les médicaments du système nerveux :
tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, traitement de l’épilepsie, du parkinson, de la migraine,
etc. Ainsi que certains médicaments contre l’hypertension artérielle,
l’incontinence urinaire, l’obstruction nasale, l’acné (vitamine A acide
en comprimés).

 

Substances irritantes

 

– La salive
peut être asséchée par des produits irritants (alcool, tabac,
cannabis), la mauvaise hygiène dentaire, ou l’abus de bains de bouche
agressifs : en particulier ceux contenant des antiseptiques.

 

Traitement d’un cancer

 

– Lors d’une radiothérapie de la face, ou chimiothérapie générale s’accompagne pratiquement toujours d’une bouche sèche.

 

L’obstruction du nez

 

– Respirer bouche ouverte, favorise aussi son dessèchement

Beaucoup plus rarement, l’hyposialie est liée à une

 

Une pathologie des glandes salivaires

 

– Beaucoup plus rare, elle peut être associée à une sècheresse des autres muqueuses (l’œil en particulier) par des causes diverses : maladie auto-immune, syndrome de Gougerot-Sjögren, VIH/SIDA, diabète, anémie, parkinson…

Bouche sèche – Prévention

Quels sont les signes de la bouche sèche ?

Elle
se manifeste par des difficultés à parler, mastiquer ou déglutir, des
douleurs aggravées par le contact d’aliments acides ou épicés, des
difficultés à supporter les appareils dentaires. Elle entraîne à terme
une perte du goût, une mauvaise haleine, surtout des plaies ou
d’érosions muqueuses au niveau de la langue, de l’intérieur de la bouche, ou des lèvres. Les lèvres et la langue sont souvent collées le matin par une salive épaisse.

La survenue de caries à répétition, de plaies muqueuses, de problèmes de gencives doivent amener à s’interroger sur la quantité de salive.

Comment traiter la bouche sèche ?

Arrêter le tabac, l’alcool, le cannabis ainsi que les médicaments non indispensables.

Les
petits gestes sont bien utiles : mastiquer de la gomme à mâcher sans
sucre (ou un noyau de fruit), des bonbons acidulés sans sucre.

Des
substituts salivaires commerciaux sont utilisés en bains de bouche ou
applications locales à répéter plusieurs fois dans la journée. On peut
aussi utiliser une solution “maison” faite de 5 ml de jus de citron + 45
ml de glycérine + 50 ml d’eau stérile.

D’autres produits protègent  la muqueuse buccale et limitent le desséchement.

 

Comment prévenir la bouche sèche ?

Il
est nécessaire de maintenir une bonne hydratation au quotidien,
d’éviter les sucres raffinés qui favorisent les caries, ainsi que le
tabac, de vérifier son état bucco-dentaire systématiquement tous les 6
mois à un an auprès de son dentiste.

La bonne hygiène des dents et
des prothèses dentaires est indispensable. Il faut changer de dentifrice
s’il provoque des picotements et ne pas abuser des bains de bouche, en particulier ceux contenant des antiseptiques.

Bouche sèche – Consultation

A quel moment consulter le médecin ?

Lorsque la sècheresse persiste, le médecin doit :

– vérifier l’absence d’une cause qui demanderait un traitement spécifique ;

– arrêter si possible ou modifier le traitement médicamenteux potentiellement responsable ;

– prescrire un traitement stimulant la sécrétion salivaire si les traitements locaux sont insuffisants.

La
consultation du dentiste ou du stomatologue est nécessaire en cas de
caries, d’atteinte des gencives, d’intolérance à la prothèse dentaire.

CATEGORIE :  pathologies-et-symptomes