Définition du peeling

Définition du peeling

Le peeling (« peler » en anglais) consiste à détruire les couches plus ou moins profondes de l’épiderme, de la surface jusqu’à la jonction épiderme-derme, pour gommer les reliefs (ridules, pores dilatés, cicatrices) et éclaircir le teint.
Il
est réalisé par des moyens physiques, notamment le froid (cryopeeling
avec la neige carbonique) à l’aide de certains lasers ou par des
méthodes chimiques (acides). Aujourd’hui, le terme de peeling est plutôt
réservé aux peelings chimiques.

 

Comment se déroule le peeling

L’intervention se déroule en trois phases :

1. Phase préparatoire
(1 à 4 semaines avant) : application à domicile de « cosméceutiques »
(lotions à la fois « cosmétiques » et « thérapeutiques ») pour diluer le
« ciment » qui colle les cellules de l’épiderme entre elles. On
facilite ainsi le peeling à venir.
2. Intervention :
à l’aide d’un coton-tige, le praticien applique sur la peau une
solution acide qui détruit les cellules superficielles. Lorsqu’il juge
que suffisamment de couches cellulaires ont été détruites, il stoppe
l’action de l’acide en appliquant une solution basique qui le
neutralise. Suivant les indications ou l’épaisseur de la zone à traiter,
la nature de l’acide et sa concentration diffèrent.
3. Phase postopératoire : application à domicile de cosméceutiques aux propriétés hydratantes (pour « resouder » les cellules) et apaisantes.

Pour
un peeling superficiel, le traitement est étalé sur plusieurs séances
(2 à 4). Les peelings moyen ou profond sont réalisés en une seule
séance.

 

Risques et inconvénients du peeling

Les risques et inconvénients du peeling sont :

Fréquents et transitoires : rougeurs (érythèmes) persistantes, sensations de « cuisson », œdèmes ;

Rares, parfois réversibles après une nouvelle intervention : anomalies
de coloration (« dyschromies ») homogènes ou hétérogènes avec des taches
claires (hypochromie) ou plus foncées (hyperchromie). Ces anomalies
surviennent soit parce que la peau a été mal préparée ou le traitement mal réalisé,
soit en cas d’exposition solaire prématurée. Les peaux mates sont aussi
plus à risque (voir contre-indications). Pour limiter ce risque, les
peelings sont toujours réalisés en hiver, entre octobre et avril ;
Très rares et irréversibles : si le peeling est trop profond, l’acide détruit le derme, la peau perd sa capacité de régénération. Le peeling fait alors le même effet qu’une brûlure.

Peeling – Informations pratiques

Quelles sont les contre-indications du peeling ?


Elles sont générales et locales : angor instable, diabète déséquilibré,
immunodépression, maladie mentale, grossesse, herpès facial en poussée,
plaies ouvertes…
– Attention aux peaux mates : le peeling peut laisser des taches par un phénomène nommé « hyperpigmentation réactionnelle », souvent transitoire.
– Attention aux peaux sensibles et irritables : elles sont plus sujettes aux rougeurs.
– Attention en cas de traitement récent par isotrétinoïne orale  : le traitement doit être interrompu au moins 6 semaines avant.

 

Quels sont les coûts et remboursements des différents peelings ?

Cela dépend des praticiens et du type de peeling. Dans tous les cas, un devis détaillé est obligatoire, avec un délai incompressible de 15 jours de réflexion. Ce type d’acte n’est jamais remboursé par l’Assurance maladie.

 

Le peeling superficiel ou doux


– À qui s’adresser ? À un médecin esthéticien ou un dermatologue diplômés.

– Principe : éliminer les couches superficielles de l’épiderme.


Indications : peaux jeunes, comme traitement de l’acné (comédons et
microkystes), des peaux grasses, des taches brunes et des ridules, du
teint terne…

– Produits utilisés : acide glycolique, acide salicylique (seuls ou combinés), acide trichloracétique (TCA à 15 %), résorcine.


Déroulement du traitement : le traitement dure environ 20 minutes et
doit être renouvelé 2 à 4 fois à quelques semaines d’intervalle.


Conséquences : la desquamation est fine et progressive, donc facilement
masquée. Son efficacité est transitoire (1 à 2 ans maximum), mais ce
peeling peut être renouvelé tous les ans.

– Protection solaire : totale, quotidienne pendant au moins 6 semaines après le peeling.

– Coût : environ 300 euros la séance.

 

Le peeling moyen


– À qui s’adresser ? À un dermatologue diplômé.

– Principe : éliminer les couches superficielles et moyennes de l’épiderme.


Indications : peaux mûres, comme traitement des cicatrices d’acné, des
taches pigmentaires, des ridules et rides de moyenne profondeur…

– Produit utilisé : acide trichloracétique (TCA à 30 %).

– Déroulement du traitement : le traitement est réalisé en une seule séance.


Conséquences : la peau rosit et peut démanger dans la phase
préparatoire, puis la desquamation dure 3 à 6 jours, avec parfois la
formation de croûtes et des sensations de brûlure. Un œdème se forme et
disparaît en 2-3 jours. Des rougeurs peuvent persister sur la peau neuve
les premiers mois. L’effet dure plusieurs années. Il peut être
renouvelé au bout de 2 ou 3 ans.

– Protection solaire : totale, quotidienne, pendant au moins 3 mois après le peeling.

– Coût : environ 1 000 euros.

 

Le peeling profond


– À qui s’adresser ? À un dermatologue ou un chirurgien plasticien diplômés.

Le peeling profond doit être réalisé en clinique agréée, en présence d’un anesthésiste et d’appareils de monitoring.

– Principe : éliminer l’épiderme jusqu’à sa profondeur sans toutefois toucher le derme.

– Indications : peaux âgées, cicatrices déprimées, cicatrices d’acné, rides profondes.

– Produit utilisé : le phénol.


Déroulement du traitement : application sous anesthésie locale et
tranquillisants (neuroleptiques), puis pose d’un masque occlusif à base
de produits hydratants et apaisants. L’intervention dure environ 1 heure
30. Le masque est retiré au bout de 24 heures ou 48 heures. La peau est
nettoyée, réhydratée… De nouveaux « cosméceutiques » sont prescrits
pour la phase de suivi.

– Conséquences : la peau est à vif après le
peeling, parfois suintante, le visage est gonflé. Une éviction sociale
de 2 à 3 semaines est à prévoir, mais des rougeurs et un œdème peuvent
persister plusieurs mois. Le résultat final n’est visible qu’au bout de 6
mois environ. Ce peeling est rarement renouvelé.

– Protection solaire : quotidienne et totale, pas d’exposition au soleil pendant au moins 1 an après le peeling.

– Coût : environ 3 000 euros.

 

Qui fait quoi ?

Les interventions sont réalisées par des médecins et chirurgiens spécialisés diplômés, dans des cabinets médicaux et établissements de soins officiellement reconnus.

CATEGORIE : chirurgie-esthetique