Régime anti-cholestérol : définition

Régime anti-cholestérol : définition

 

Un régime anti-cholestérol consiste :

– à ce que la ration de lipides ne dépasse pas 30 à 35% de la ration calorique totale
– et à adopter des mesures diététiques visant à faire baisser le taux de cholestérol sanguin, et surtout intervenir sur le bon cholestérol (HDL-cholestérol) bénéfique sur les artères et sur le mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) qui se dépose sur les artères avec le risque de formation de plaques d’athérome.

 

Enjeux du régime régime anti-cholestérol

 
Le régime anti-cholestérol découle du fait que :

 

l’excès de graisses d’origine animale et de certaines graisses végétales favorise l’augmentation du mauvais cholestérol et expose au risque de maladies cardiovasculaires

alors que les acides gras « insaturés » avec les acides gras
monoinsaturés (oméga 9) et polyinsaturés (oméga 3 et 6) ont un effet
bénéfique sur l’augmentation du bon cholestérol et la baisse du mauvais cholestérol
– et que les fibres et certains produits végétaux (phytostérols ou phytostanols) réduisent l’absorption du cholestérol au niveau intestinal.

 

Le régime anti-cholestérol vise donc à une alimentation équilibrée qui privilégie certains aliments et en écarte d’autres.

Régime anti-cholestérol
Informations pratiques

Quelles sont les bases d’un régime en cas de cholestérol ?

 

Les bases d’un régime anti-cholestérol consistent  :

– à préférer les viandes maigres (poulet sans peau, lapin, veau…), le jambon à faible teneur en matières grasses,  les poissons maigres (colin, merlan, lieu noir, sole…)

– à utiliser les huiles riches en acides gras monoinsaturés (huiles d’olive, de colza) et  polyinsaturés
(huiles de colza, noix, noisette, maïs, germe de blé, pépins de
raisin…). (huile d’olive pour la cuisson et/ou l’assaisonnement ; les
autres huiles, moins résistantes à la chaleur, à réserver à
l’assaisonnement)

– à consommer des aliments riches en acides gras polyinsaturés : oléagineux (noix, noisettes, amandes, pistaches) et poissons gras des mers froides, riches en oméga 3 (thon, maquereau, sardines, saumon…)

– à favoriser les aliments riches en fibres qui diminuent l’absorption intestinale du cholestérol 
: cinq fruits et légumes par jour  (notamment les pommes),  céréales
complètes,  légumineuses (boulghour, lentilles, pois chiches…),
céréales non sucrées (type avoine, muesli…)

– à recourir aux produits laitiers allégés à 0% de matières grasses et fromages à faible teneur en matières grasses

– à utiliser des margarines diététiques enrichies en phytostérols ou en oméga 3

– à ôter la graisse visible des viandes et adopter des modes de cuissons sans matières grasses

     

Quels sont les aliments interdits ?

 

Ce sont les aliments gras d’origine animale (pourvoyeurs d’acides gras saturés et de cholestérol alimentaire)  tels que :
– Viandes grasses (boeuf, agneau, mouton, poule, oie…)
– Charcuteries, lard, saindoux
– Beurre, crème, produits  laitiers entiers, fromages gras
– Oeufs (pas plus de deux fois par semaine)
– Pâtisseries au beurre ou à la crème, viennoiseries, glaces à la crème…

 

ainsi que d’autres aliments porteurs d’acides gras nocifs (saturés et « trans ») tels que :
– Huiles végétales hydrogénées, huile de palme, de coprah, margarines dures
– Frites, chips et aliments frits, panés
– Biscuits industriels salés et sucrés …

 

De quoi faut-il se méfier ?

 

Il
faut se méfier des graisses cachées  (plats tout préparés), des acides
gras « trans » (notamment dans les biscuits industriels) et des fromages
riches en acides gras saturés et en cholestérol.

Dans quelles circonstances faut-il consulter un expert ?

 

Il faut consulter un médecin généraliste ou nutritionniste si vous trouvez un taux de cholestérol élevé lors d’une automesure, si vous êtes en surpoids ou s’il y a des taux élevés de cholestérol dans votre famille.

CATEGORIE : regimes-et-menus