En quoi consiste un régime en cas de diabète de type 2 ?

En quoi consiste un régime en cas de diabète de type 2 ?

Le régime en cas de diabète de type 2 (ou non insulinodépendant) concerne un diabète d’installation insidieuse, qui survient le plus souvent après l’âge de 50 ans, en cas de surpoids et d’obésité.

C’est pourquoi il est aussi appelé « diabète gras du sujet d’âge mûr ».

Le régime en cas de diabète de type 2 repose sur des mesures diététiques spécifiques visant :

– à mieux contrôler le taux de sucre dans le sang ;
– à perdre un éventuel surpoids ;
– à faire baisser le taux de cholestérol le cas échéant ;
– tout en assurant une alimentation variée et équilibrée.

Le régime en cas de diabète de type 2 doit toujours être associé à une activité physique, qui favorise la perte de poids et facilite la régulation du taux de sucre dans le sang (glycémie).

 

Diabète de type 2 : Pourquoi un régime ?


Dans le diabète de type 2 (ou non insulinodépendant), soit le pancréas ne parvient plus à assurer une sécrétion correcte d’insuline (hormone qui régule le taux de sucre dans le sang), soit les cellules de l’organisme perdent leur sensibilité à l’action de l’insuline. Mais,  il n’y a pas de carence totale en insuline.
Dans ce type de diabète, les mesures diététiques ont prouvé leur intérêt sur un meilleur contrôle de la glycémie et s’inscrivent au premier plan de la prévention du diabète de type 2 et de ses complications.

 

Aliments à éviter en cas de diabète de type 2

Ce sont les glucides à IG élevé (entre 70 et 100) : sucre,
confiseries, céréales sucrées et mélangées, biscuits, pâtisseries,
flocons de pommes de terre, fruits à IG élevé (comme banane, mangue…),
sodas, gâteaux et viennoiseries, glaces…
Attention à certains aliments à IG bas mais riches en graisses (comme le chocolat) en cas de surpoids.

Régime diabète type 2 – informations pratiques

Quelles sont les grandes règles de base ?

• Lutter contre le surpoids en ne consommant pas plus de 1 800 kilocalories (kcal)par jour et en pratiquant une activité physique régulière.

• Connaître les glucides et faire la distinction entre :

glucides simples (sucres et produits sucrés) qui entraînent une augmentation brutale du taux de sucre dans le sang (glycémie) ;
– et glucides complexes (pain complet, pâtes et riz complet, céréales, légumineuses…) qui font monter la glycémie de façon plus progressive.

• Connaître « l’index glycémique » (IG) d’un aliment, qui traduit la vitesse d’absorption du sucre dans le sang.
La
notion d’IG a permis de revoir le régime des diabétiques et de
réhabiliter des aliments, comme certains fruits (IG inférieur à 40) dont
l’absorption des sucres reste lente et progressive.

 

• Privilégier les fibres à chaque repas (légumes, fruits, légumineuses, céréales complètes, avoine, germes de blé…) qui favorisent une baisse de la glycémie et réduisent l’absorption intestinale du cholestérol.

• Veiller à ne consommer qu’une quantité modérée de matières grasses qui font grossir et à leur qualité (huiles d’olive, colza, noix, germe de blé… riches en bons acides gras).

• Veiller à une ration suffisante en protéines (viandes maigres, produits laitiers allégés, poissons), mais éviter charcuteries et fromages gras.

• Manger des fruits pour leur apport en micronutriments (vitamines, oligoéléments, antioxydants) en fin de repas et éviter de les consommer entre les repas.

Faire trois repas par jour
avec éventuellement une collation à 10 heures et une autre vers 16
heures. La règle étant de manger plus souvent sans manger davantage.

 

De quoi faut-il se méfier ?

Il faut se méfier de l’alcool qui est source de calories, et de certaines boissons alcoolisées riches en sucre (champagne, apéritifs).

 

Dans quelles circonstances faut-il consulter un expert ?

Il est nécessaire de consulter un expert si les mesures diététiques ne suffisent pas à réguler votre diabète et en cas de complications liées à au diabète.

CATEGORIE : regimes-et-menus