L’asthme du nourrisson : définition

L’asthme du nourrisson : définition

On parle d’asthme du nourrisson dans le cas d’une toux chronique depuis plus de trois semaines et sans infection apparente, ou dans le cas de trois épisodes de dyspnée respiratoire sifflante dans les deux premières années de vie. L’asthme du nourrisson est souvent déclenché par une infection virale comme la bronchiolite.

 

Le diagnostic peut être d’autant plus difficile que les deux affections se manifestent souvent à la même période (entrée dans l’hiver).

 

C’est la répétition des épisodes respiratoires viro-induits qui fait évoquer le diagnostic d’asthme du nourrisson.

 

Origines de l’asthme

La prédisposition génétique, que l’on appelle terrain allergique ou atopique (c’est-à-dire s’il y a de l’eczéma, des rhinites, des allergies ou de l’asthme dans la famille proche), est un facteur de risque déterminant pour l’asthme du nourrisson. Le cumul de certains facteurs environnementaux (pollution, tabagisme, poussière, poils d’animaux, pollens…) peut fragiliser le tout-petit aux infections virales pourvoyeuses de l’asthme à cet âge de la vie. On a par ailleurs noté que les bébés concernés par le reflux gastroœsophagien (régurgitations, vomissements fréquents…) développaient plus fréquemment un asthme du nourrisson.

 

Risques et conséquences de l’asthme

Affection fréquente et qui paraît en constante augmentation chez les tout-petits, l’asthme du nourrisson évoluera en asthme
durable après l’âge de trois ans dans environ 30 % des cas. Il faut
donc être vigilant dès les premières manifestations de gêne
respiratoire, afin d’optimiser sa prise en charge et limiter les crises.
Une absence de traitement peut entraîner un mauvais développement des poumons et une insuffisance respiratoire à l’âge adulte.

 

Symptômes et signes de l’asthme du nourrisson

Une simple rhinite peut provoquer la première crise. C’est pourquoi l’asthme du nourrisson apparaît souvent dès les premiers mois de vie, au début de l’hiver. Il s’agit le plus souvent de symptômes de sifflements respiratoires perçus au moment de l’expiration. Mais parfois, ce sont les crises nocturnes avec des symptômes de gêne respiratoire et toux sèche qui doivent alerter les parents et amener à consulter un médecin.

 

Toutefois, un nourrisson qui fait d’importantes crises d’asthme n’est pas pour autant assuré d’être asthmatique plus tard.

 

Asthme du nourrisson
Conseils pratiques

Quand consulter ?

Dès que l’enfant tousse ou siffle et/ou qu’il manifeste une gêne respiratoire, et que ces épisodes se répètent.

 

Quand est-ce une urgence ?

Toute gêne respiratoire est une urgence,
a fortiori quand le nourrisson a un traitement de fond. En cas de
manque d’appétit et/ou de détresse respiratoire, rendez vous aux urgences pédiatriques.
Aux urgences, on pourra être amené à lui donner un bronchodilatateur
plus fortement dosé sous forme d’aérosol, qui dilatera les bronches plus
rapidement et plus efficacement.

 

Quels sont les traitements pour l’asthme avéré ?

Il y a deux types de traitements pour lutter contre les crises : les traitements de fond et les traitements de crise.

 

Les
traitements de fond (corticoïdes inhalés) diminuent l’inflammation des
bronches, les traitements de crise (bronchodilatateurs de type bêta-2
mimétiques, type Ventoline®) dilatent très rapidement les bronches en
cas de crise, afin de permettre une meilleure oxygénation.

 

Ces deux types de traitements doivent être administrés à l’aide d’une chambre d’inhalation. Quand l’affection est connue, il ne faut pas hésiter à administrer de la Ventoline® dès les premiers symptômes. Des corticoïdes par voie orale peuvent éventuellement être prescrits pendant quelques jours en cas de crise importante.

 

Quels sont les traitements dans les cas les plus sévères ?

Dans les cas les plus sévères, il est important de pratiquer une exploration approfondie pour faire un bilan du terrain et éliminer notamment les faux asthmes (corps étranger dans les bronches, malformation…).

 

Avec quoi ne pas confondre ?

• La bronchiolite, infection virale qui provoque en général de la fièvre. Encore une fois, n’oublions pas que la bronchiolite peut déclencher l’asthme : c’est le caractère traitant et répété qui fait le diagnostic.
• La coqueluche.
• Le corps étranger dans les bronches.
• La mucoviscidose.

CATEGORIE : les-petits