Développement psychomoteur de 1 à 2 ans

Développement psychomoteur de 1 à 2 ans

Le développement neurologique

La maturation cérébrale continue et permet de nouveaux apprentissages : marche, langage, acquisition de la propreté…

 

Dans
le cas de troubles marqués (du langage, de la motricité ou des
relations avec les autres), une consultation rapide chez le pédiatre
s’impose.

Le spécialiste posera un diagnostic sur ce retard selon les différentes étapes du développement psychomoteur, permettant un dépistage précoce d’un trouble du développement. Cela nécessite un bilan neurologique et psychomoteur complet.

 

Le développement moteur

Généralement, un bébé est physiquement capable de marcher vers 12-13 mois. Pourtant, ce n’est que vers 15 mois qu’il sait s’agenouiller et se relever et qu’il est donc complètement prêt à se lancer… quitte à chuter et se relever. Il grimpe, escalade et commence à courir.

Du point de vue de la motricité fine, il imite de plus en plus : vers 15 mois, il commence à gribouiller, à manger seul, à tourner les pages d’un livre. Après 18 mois, il dessine de mieux en mieux, fait des gribouillages circulaires en regardant ce qu’il fait.

Capable de manger seul proprement, l’enfant de 2 ans
tente de guider sa main quand il dessine et de reproduire ce qu’il a
conçu dans sa tête. C’est aussi l’âge des premiers puzzles, avec grosses
formes parfois à encastrer.

Développement psychomoteur de 1 à 2 ans
Conseils pratiques

Le langage

L’enfant de 1 an se fabrique son propre lexique basé sur ce qu’il entend le plus souvent, soit des mots, soit des expressions toutes faites.

 

Cinq à 6 mois après le premier mot prononcé (vers 12-16 mois), il en prononce une cinquantaine, en apprend environ dix par jour et en comprend environ 250 à 300.

Si les mots sont compris avant de pouvoir être exprimés, le « non » bien compréhensible apparaît vers 18 mois.
C’est la crise d’opposition, qui commence avec la prise d’autonomie :
l’enfant parle de mieux en mieux et commence donc à manifester son
désaccord.

 

La première phrase (de deux mots en général) apparaît vers 20-26 mois.

 

À 2 ans, il commence à reprendre les expressions et le ton des adultes (mimétisme nécessaire à l’apprentissage).

 

L’interaction avec les autres


Très sociables (comportement génétiquement déterminé par l’évolution de l’espèce), les enfants s’imitent les uns les autres et singent les adultes. À 2 ans, c’est l’apogée de la prise d’autonomie, mais les jeux auparavant solitaires ou côte à côte deviennent collectifs. À l’aise dans leur corps, curieux, capables de se faire comprendre, ils partagent (ou pas !) poupées, voitures, ballons, puzzles…

 

L’acquisition de la propreté

 

L’enfant peut jouer à identifier les différentes parties de son corps et se reconnaît dans le miroir. Vers 18 mois, il commence à se rendre compte quand il salit sa couche, il sent qu’il est mouillé et peut, dans certains cas, réclamer le pot avant 2 ans, surtout s’il a des aînés.

L’éducation à la propreté peut commencer à cet âge, car l’enfant qui sait pédaler et monter les escaliers tout seul est physiologiquement capable de contrôler ses sphincters, donc d’être propre. Mieux vaut éviter de le mettre sur le pot avant, car il est physiquement incapable de se contrôler.

CATEGORIE : les-petits