Les origines du handicap mental

Les origines du handicap mental

 

Certains préjugés entourent encore l’origine du handicap mental. Est-il héréditaire ? Génétique ? Accidentel ?

En
réalité, les raisons de la survenue d’un handicap sont diverses, et
certaines restent inconnues. Les causes possibles ne produisent
d’ailleurs pas toutes leurs conséquences au même moment du développement
de la personne.

 

Handicap mental : des causes diverses


Contrairement
aux idées reçues, si le handicap mental est parfois héréditaire, ses
origines peuvent être diverses. Dans 30 % des cas, elles restent
inconnues.

Un grand nombre de handicaps mentaux ont une cause
génétique. On distingue les anomalies chromosomiques telles que la
trisomie 21, dont la récurrence au sein d’une même famille reste faible,
des maladies génétiques telles que le X fragile, considérées comme
héréditaires.

En dehors de causes génétiques, un handicap
mental peut résulter d’une malformation cérébrale ou d’un
dysfonctionnement du métabolisme.

Il peut également être la conséquence d’un accident pendant la grossesse, au moment de la naissance, voire au cours de la vie.
Certaines maladies contagieuses touchant le nourrisson peuvent également causer de graves séquelles.

 

L’apparition du handicap mental à différentes étapes de la vie


Schématiquement, un handicap mental peut se déclarer :

• à la conception (maladies génétiques, aberrations chromosomiques, incompatibilité sanguine…) ;

• durant la grossesse (radiation ionisante, virus, médicaments, parasites, alcool, tabac…) ;

• à la naissance (souffrance cérébrale du nouveau-né, prématurité…) ;

• au
cours de la vie (maladies infectieuses, virales ou métaboliques,
intoxications, traumatismes crâniens, noyades, asphyxies…).

Causes et conséquences de la déficience intellectuelle

Conséquences du handicap mental

Les
conséquences quotidiennes d’un handicap mental diffèrent pour chaque
personne, selon son type de déficience, ses prédispositions, son
environnement, son entourage, etc.

Quoi qu’il en soit, un
accompagnement humain est souvent indispensable, à des degrés divers,
notamment pour aider la personne atteinte à acquérir de l’autonomie ou à
communiquer…

 

Des difficultés propres à chaque individu

Chaque personne handicapée mentale est différente et présente des capacités et des difficultés qui lui sont propres.
Le handicap s’avère plus ou moins sévère selon les individus.

Concrètement,
une personne en situation de handicap mental peut, du fait de sa
déficience, avoir notamment des difficultés pour :

• mémoriser les informations orales et sonores ;
• fixer son attention ;
• apprécier l’importance relative des informations à disposition ;
• évaluer l’écoulement du temps ;
• se repérer dans l’espace (difficulté à utiliser les plans ou cartes) ;
• apprécier la valeur de l’argent ;
• mobiliser ou remobiliser son énergie ;
• connaître l’environnement immédiat ou élargi ;
• connaître les conventions tacites qui régissent l’échange d’informations ;
• connaître et comprendre les modes d’utilisation des appareillages, des dispositifs et des automates mis à sa disposition ;
• connaître les règles de communication et de vocabulaire ;
• maîtriser la lecture ou l’écriture, voire les deux.

 

Un accompagnement nécessaire


Si
les pathologies à l’origine d’un handicap mental sont diverses et
entraînent des difficultés plus ou moins importantes, toutes les
personnes concernées ont notamment comme point commun le besoin d’un
accompagnement personnalisé afin de leur permettre de progresser vers le
plus d’autonomie possible.

CATEGORIE : vivre-avec